Equipes

Blazers : vous reprendrez bien un petit peu d’Oregon sur vos Playoffs M. Lillard ?

Avant-hier, les Blazers n’ont pas seulement enquillé leur neuvième victoire en dix matchs, ils ont battu un concurrent direct pour les Playoffs – le Jazz – et ont ainsi remporté leur série de saison régulière face à Utah (3-1). Voilà qui pourrait se révéler décisif en fin d’exercice. Sauf que si Damian Lillard et sa bande continuent sur leur rythme actuel, ce genre de « détails » n’aura que peu d’importance.

Car à l’image de leur leader, les pensionnaires du Moda Center sont très en forme depuis le début de l’année 2016 avec 15 succès sur 21 sorties et même 14 victoires lors des 17 derniers matchs. Solide et… surprenant tant on ne les attendait pas du tout à la septième position de l’Ouest muni d’un bilan au-dessus des 50% aux deux tiers de la saison. Après les départs conjoints de LaMarcus Aldridge, Nicolas Batum, Wesley Matthews et Robin Lopez cet été, les Blazers ont entamé une reconstruction avec pour pilier principal le meneur au numéro 0, Damian Lillard. Après avoir signé un énorme contrat de 120 millions sur cinq ans, « Dame » était attendu et malgré tout son talent, pas mal de doutes subsistaient quand à sa capacité à devenir un vrai franchise player. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’au cours des 49 matchs auquel il a déjà participé cette saison, Lillard a déjà levé une bonne partie de ces doutes ou de ces médisances.

Attention, il ne s’agit pas ici de s’enflammer et de faire de Portland une valeur sûre de l’Ouest ou de Lillard un candidat MVP. Mais il faut reconnaître que ce bon Damian a su endosser son nouveau rôle. Il a su devenir bien autre chose qu’un joueur offensif extrêmement clutch. Il envoie 25 points, plus de 7 passes décisives, plus de 4 rebonds et 1 interception de moyenne par match depuis le début de saison. Certes, ses pourcentages au tir ne sont pas dingues (42,6 % dont 37% à trois-points) mais ils restent très honorables et ils sont dans la lignée de ce que fait le meneur depuis qu’il est en NBA. Lillard peut planter 30 ou 40 unités sur la tête de n’importe quelle équipe, il peut même carrément prendre feu lors de grandes occasions – les Warriors peuvent en témoigner – mais ça, on le savait. Personne n’a jamais douté des qualités d’attaquant du meneur-rappeur. Et le voir assumer avec une si belle matûrité ce nouveau rôle de franchise player chargé de porter la reconstruction de son équipe, fait plaisir à voir et force le respect. Parce que s’il y a encore du boulot à effectuer, on constate que c’est en très bonne voie. Bien sûr, le niveau défensif de « Dame » laisse encore grandement à désirer. Il permet encore trop aux arrières adverses de s’exprimer en duel face à lui mais il a les outils athlétiques pour s’améliorer sur ce point. On pense encore à la leçon qu’il a reçue l’an dernier au premier tour des Playoffs contre des Grizzlies pourtant amputés de Mike Conley Jr…

Mais cette saison, avec un C.J. McCollum qui s’épanouit à ses côtés et entouré d’un groupe de role players motivé, Lillard arrive à sublimer le collectif mis en place par Terry Stotts. Oui, vous avez bien lu, le « collectif mis en place par Terry Stotts ». Car à Portland, il n’y a pas que Lillard qui prend très à coeur la reconstruction. Neil Olshey a fait un tout à fait bon boulot pour donner à son entraîneur un roster pertinent en fonction des moyens et des objectifs de la franchise. Et Stotts s’applique, il utilise au mieux les ressources mises à sa disposition. Pour compléter sa ligne extérieur, le coach des Blazers a intronisé Al Faruq Aminu au poste 3. Pour tenir la raquette, Stotts a décidé de faire confiance à Mason Plumlee en point d’ancrage au poste 5 et de l’accompagner par un Meyers Leonard, un Ed Davis ou un Noah Vonley selon les disponibilités ou l’opposition proposée. Et il s’en sort plutôt bien. Le scoring est réparti, les rotations assez complémentaires et Portland surpend tout type d’adversaires. Portland est l’une des cinq seules équipes à avoir battu les historiques Warriors…

La franchise d’Oregon est aujourd’hui à une victoire de la sixième place et de Mavs en perte de vitesse. Une victoire que Lillard et ses acolytes pourraient tout à fait s’offir cette nuit lors de la réception des Nets. Ce serait la sixième de suite, la onzième en douze match… 

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top