Blazers

Damian Lillard, le pyromane de l’année : 51 points et démolition des Warriors, ha-llu-ci-nant !

Damian Lillard

Damian Lillard n’a pas vraiment apprécié qu’on lui sucre sa place au All-Star Game cette saison : premier match en sortie de break, il a tout simplement massacré les Warriors.

S’il y en a bien un qui n’a pas apprécié sa non-sélection au All-Star Game, c’est lui. De retour sur les parquets après avoir vu ses collègues s’amuser à Toronto, le meneur des Blazers a tout simplement pris feu pour offrir le carton de la saison : victoire 137 à 105 face à Golden State !

On en voit tout de suite venir, avec les autres grosses douches de cette année en NBA. Oui, les 56 de DeMarcus Cousins face à Charlotte étaient impressionnants. Oui, les 53 de Curry et Butler vendaient du rêve également. Et la soirée en transe de Kemba Walker face au Jazz l’était aussi, sans aucun doute. Mais quand on compare les adversaires avec celui que Lillard vient d’abattre ? La discussion est close. Point barre, terminé. Oser taper les Warriors à domicile en claquant la cinquantaine, alors que Golden State abordait sa seconde partie de saison en regardant le record des Bulls en permanence, c’est exceptionnel. Et il fallait l’être justement, exceptionnel, pour l’emporter ce vendredi. Non pas que les Warriors aient pratiqué leur meilleur basket, eux qui ont rendu les armes en milieu de troisième quart-temps notamment à cause de la déflagration lancée par Damian et le back-to-back qui les attend ce samedi, mais connaissant le niveau défensif du champion en titre on ne pensait pas voir le moindre joueur planter 51 points sur leur tête cette année, encore moins un joueur écarté du match des étoiles. Certes, d’un pur point de vue technique et talent, ‘Dame’ mérite sa place tous les jours et ce n’est pas la première fois qu’on le voit réaliser des chefs d’oeuvres du type, mais ce vendredi tous les fils étaient croisés, le contexte était parfait, et le résultat le fût aussi pour lui.

Ne pas être sélectionné au All-Star Game, ni par les coachs ni les fans, ne pas être retenu pour participer aux Jeux Olympiques (avant d’être repêché suite à une discussion téléphonique fondamentale), affronter le MVP en titre, probable double-MVP en titre, et selon de nombreux fans le meilleur joueur à son poste, en sortie de break ? Que demander de plus ? C’était la plateforme parfaite, la scène idéale pour que Lillard frappe des deux poings sur la table et gueule son message haut et fort : ça suffit. Oui, sa notoriété ne montera jamais en flèche à cause des résultats collectifs des Blazers et l’exposition médiatique de la franchise située dans l’Oregon. Mais dans la discussion des tous meilleurs ? Damian a bien sa place. Car si ce coup de chaud était isolé et ne représentait qu’un moment exceptionnel dans tout une campagne, on laisserait ce match pour le goûter en demandant à Portland de confirmer derrière. Sauf qu’à l’heure actuelle, avec un effectif qui vend autant de rêve que Tim Duncan dans un film comique et des pronostics qui étaient très largement tournés vers les profondeurs abyssales de l’Ouest en début de saison, les Blazers sont en Playoffs. Oui, les Blazers sont actuellement en Playoffs et quand on voit le niveau de jeu de leur meneur, on n’est pas prêt de les voir chuter de sitôt. Bien évidemment, il convient de souligner les prestations quotidiennes de soldats valeureux comme Allen Crabbe, C.J McCollum, Mason Plumlee et compagnie, mais à l’heure d’aujourd’hui la franchise est tirée à deux bras par un phénomène dont on ne parle pas souvent, un Lillard qui est discrètement en train de faire passer le départ du quatuor Aldridge-Lopez-Matthews-Batum l’été dernier pour une anecdote. Avec son carton d’hier soir en tout cas, on avait presque oublié que ce groupe entourait le meneur il y a quelques mois.

Les votes ne disparaîtront pas et l’avis des fans non plus. Mais encore une fois, après avoir été snobé et forcé à devoir se taire pendant la fête des grands, Damian Lillard s’est vengé en réalisant son meilleur match en carrière. Et face à une équipe aussi historique que Golden State ? Il fallait le faire.

Couverture

Source image : @World_Wide_Wob

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top