Warriors

Sans blague : Jason Thompson crie sa joie d’être à Golden State, « le jour et la nuit » avec Sacto

Rejoignant cet été le yacht des champions en titre, Jason Thompson change du tout au tout, même s’il ne pouvait quitter totalement le soleil radieux de la Californie. Bien intégré au sein de son nouveau groupe, l’ancien intérieur des Kings en a profité pour souligner les différences évidentes d’une franchise à l’autre…

En 7 années de carrière NBA, toutes passés sous les couleurs de Sacramento, Thompson, 29 ans, n’a jamais réellement connu une saison sereine, où tout aurait marché comme sur des roulettes. Un coup de tanking pour mieux reconstruire, un coup des engueulades néfastes dans les vestiaires pour aucun séjour rêvé en Playoffs. Beaucoup d’illusions perdues en route pour ce joueur agile pour sa taille qui a sans arrêt été sous-estimé. Parce que membre des Kings ? Il y a de ça, demandez donc à DeMarcus Cousins… Toujours est-il qu’à présent son chapitre « Sacto » est terminé ; place maintenant au bonheur de faire partie intégrante d’un effectif taillé pour l’excellence et qui aura à cœur de défendre sa suprématie naissante sur la Ligue. Interrogé par les reporters locaux de CSN Bay Area, l’intéressé – échangé contre Gerald Wallace suite au trade de David Lee vers Boston – a exprimé son sentiment sur ses expériences antérieures tout en les comparant à ce qu’il s’apprête à vivre dans la rotation des Warriors de Stephen Curry. « Le jour et la nuit », comme il le précise non sans perspicacité.

Vous pouvez dire que c’est (la franchise de GS) une organisation de premier plan. Je ne voudrais pas manquer de respect à Sacramento mais il n’y a jamais eu de stabilité durant les 7 saisons où j’y étais. Depuis mon premier jour ici, dès que le trade a été rendu officiel, vous pouvez ressentir les différences de méthode sur et en dehors du terrain.

Même si cela va être ma huitième saison, j’essaie toujours d’apprendre comment gagner et toutes les spécificités qui sont autour. J’assimile tous les conseils et les infos qu’on me donne. (…) Je suis considéré comme un vétéran même si j’ai l’impression de redevenir un rookie avec cette équipe.

Pour un nouveau départ, le choix n°12 de la Draft 2008 ne pouvait pas espérer mieux. En effet, si sa jouissance ne sera pas illustrée dans ses statistiques ou son nouveau de temps de jeu accordé (9,4 points et 6,9 rebonds en 26,5 minutes par match en carrière, des stats qui devraient relativement baisser ou rester ainsi), celle-ci transparaîtra dans l’énergie qu’il déploiera sur une période donnée en se montrant le plus efficace, précis et lucide possible. Trois adjectifs qui ne fuyaient pas son vocabulaire lorsqu’il était à Sacramento à enfiler son bleu de travail pour un résultat peu ragoutant, éreintant à la longue.

En un mot, sans vouloir trop cracher dans la soupe, Jason Thompson va pouvoir s’épanouir dans une atmosphère propre à la victoire. Ça va lui faire tout drôle, c’est une évidence, puis niveau insolence et folie avec un public déchaîné pour le pousser toutes les nuits, il ne peut que s’estimer heureux du tournant que sa carrière dans l’élite vient de prendre !

Source texte : CSN Bay Area

Source image : nba.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top