Suns

Jouer ensemble mais toucher moins : le dilemme des frères Morris

Partenaires de berceau, à l’école primaire, au collège et à l’université, les frangins Morris ont réussi leur coup en NBA. Alors que Markieff était drafté par Phoenix avec le 13ème choix de la Draft 2011, son frangin Marcus, sélectionné une position plus loin, commençait sa carrière au Texas, sous les couleurs de Houston. En 2013, ce dernier rejoignait son frère sous le soleil de l’Arizona.

Alors qu’ils entrent dans la dernière année de leur contrat rookie, on se demande ce qu’ont prévu de faire les Tic & Tac de la NBA. On en a parlé déjà dans un précédent article et ça se confirme : ils seraient prêts à prendre moins d’argent pour continuer à jouer ensemble. Éligibles à une extension de contrat dès cet été, ils pourraient ainsi s’assurer un futur ensemble plutôt que de tester le marché des agents libres l’an prochain.

Leur fraternité est assez puissante, comme l’anecdote de Zach Lowe, journaliste chez Grantland, le prouve : « Avant même la Draft de 2011, les frères Morris ont expliqué aux équipes qu’ils étaient prêts à prendre moins d’argent pour rester ensemble ».

La balle est donc dans le camp des Suns. Déjà bien emmerdés par l’affaire Eric Bledsoe, la direction de la franchise pourrait engager la conversation assez rapidement. Et si les propos rapportés par Zach Lowe ne sont pas ou plus d’actualité, il ne coûtera rien à Phoenix de s’en assurer. Dans le cas où la bromance serait poussée à l’extrême et où les frangins seraient prêts à faire des sacrifices, on imagine mal la franchise refuser de prendre quelque peu l’avantage de la situation.

Quels montants méritent Markieff et Marcus ? On ne parle pas ici d’un énorme salaire, non. Aucun des deux frangins n’a encore assez prouvé pour le mériter. Mais ils ont tous les deux démontré un certain potentiel et une bonne acclimatation à la ligue pour leurs trois premières années. Pour les frangins, il serait intelligent de sécuriser le deal au plus tôt s’ils veulent réellement rester ensemble. En devenant des free agents, les variables entrant en jeu seront trop nombreuses pour s’assurer un futur commun. Pour la franchise des Suns,  c’est une situation potentiellement profitable car, en règle générale, les jeunes joueurs aiment bien signer une grosse extension ou tester le marché pour y situer leurs valeurs. Et on parle là de deux solides joueurs à bon potentiel.

Certaines sources pensent qu’il est certain que Markieff (13,8 points et 5,1 rebonds par match en 26,6 minutes) se verra offrir une extension. Il continuera sans doute l’aventure à Phoenix. Pour Marcus (9,7 points et 3,9 rebonds en 22 minutes), ce n’est pas encore fait. Jusqu’à quel montant les Suns sont-ils disposés à aller pour s’assurer de garder en leur sein ce duo ? Et s’ils attendent l’été prochain et que d’autres équipes font des offres aux joueurs, seraient-ils susceptibles de les égaler ?

Avant ça, les frères Morris ont encore quelques jours afin de négocier avec le manager général Ryan McDonough. Ils pourraient la jouer solidaire et demander, voire négocier de façon commune leurs extensions. Les joueurs veulent rester ensemble. Le GM veut payer moins. Une situation win-win ? Les deux parties ont intérêt à se dépêcher, la deadline se situant au 31 octobre. Car l’an prochain, ça pourrait être beaucoup plus compliqué.

Source article : NBC Sports

Source image : Sportal.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top