Heat

Debrief Game 2 : Une réponse de champion !

Il est environ 4 heures du matin heure française, l’American Airlines Arena est en feu, les fans sont tous debout, ils crient, ils hurlent leur joie. Le Heat vient de passer aux Spurs un run de 9-0 d’entrée de quatrième quart temps pour se retrouver avec 19 points d’avance.

Dans la foulée, Lebron James -qui a beaucoup souffert offensivement de la superbe défense de Kawhi Leonardcontre détruit une tentative de dunk de Tiago Splitter, court en attaque reçoit la balle, attire plusieurs défenseurs et décale Ray Allen dans le corner pour un trois points. Miami mène alors de 22 points. Sur l’action suivante des Spurs, King James intercepte pour Mike Miller, qui est instantanément pressé par deux Spurs mais réussit à lancer, d’une passe aveugle à la Bird, le MVP pour un dunk féroce. La salle saute de joie (encore), les fans ont compris que le match est fini. Temps mort Spurs.
Et comme si ce n’était pas suffisant, Lebron James plantait un 3 points à la sortie de ce temps mort. Gregg Popovich, lui, a déjà abandonné ce match. Le sorcier texan fait tourner. Tracy McGrady obtient ainsi sa première participation à un match de Finales NBA. Miami n’a plus qu’à se laisser tranquillement glisser vers une victoire remportée sur le score de 103 à 84.

Évidemment, la piètre performance du Big Three texan est à l’origine de cette déroute. Tony Parker finit à 5/14 au shoot, Tim Duncan à 3/13 et Manu Ginobili à 2/6 ce qui nous fait donc un horrible 10/33 en cumulé ! Cette faillite offensive est principalement dûe à l’excellente défense collective proposée par le Heat. TiPi n’ pas eu accès au cercle, il a dû se rabattre sur des shoots dans le périmètre et ce n’était pas son soir. Le grand Tim a été bien pris par Chris Bosh, Udonis Haslem ou Chris Andersen qui se sont relayés à son chevet. Quant à Ginobili, il n’a toujours pas commencé ses Finales. Peut-être attend-il d’être revenu dans le Texas pour s’y mettre. Espérons le pour les Spurs.
C’est bien simple, sans le superbe prestation au shoot de Danny Green (17 points à 6/6) et la non moins superbe performance en défense et au rebonds de Kawhi Leonard (14 rebonds dont 8 offensifs et un James tenu à 2/12 à la mi-temps pour 7/17 au final), les Spurs auraient coulé dès le début tant leur match a été de piètre qualité. Ils n’avaient perdu que 4 balles dans le premier match, ils en avaient déjà gâché 7 à la pause pour 16 au total sur le match. La fluidité collective à laquelle les hommes de coach Pop’ nous avait habitué, a disparu lors de ce match. On a même beaucoup (trop) vu les texans proposer des attaques en isolation. C’est dire à quel point les Spurs ont déjoué…

S’ils ont déjoué, c’est parce que Miami s’est mis à jouer. Miami a hissé son niveau de jeu à la hauteur de l’événement. Et par Miami, il faut bien comprendre toute l’équipe. Mario Chalmers a fait un très bon boulot sur Parker, Ray Allen (13 points) et Chris Andersen (9 points et 4 rebonds) ont aporté en sortie de banc. Chris Bosh a même pris 10 rebonds ! Seul Dwyane Wade a encore fait un match très moyen, finissant avec seulement 10 points à 5/13, 6 passes et 2 rebonds. La défense du Heat a étouffé l’attaque des Spurs et les Floridiens ont su appuyer sur l’accélérateur au retour des vestiaires alors que le match était encore très serré (50-45 pour le Heat).

La série est égalité. Les trois prochaines rencontres auront lieu dans le Texas. Le Heat doit absolument en gagner au moins une pour pouvoir revenir jouer le titre dans son antre. Lebron James et sa troupe en sont capables. Ils ont montré, dans ce Game 2, que leur défense pouvait tenir l’armada de Spurs. Ils ont montré qu’ils avaient eux aussi un collectif. Ces Finales sont définitivement lancées. Dorénavant, chaque match vaut de l’or avant de se transformer en bague pour l’une de ces deux superbes équipes… La suite dès mardi.

LE TOP

La défense de Miami : 16 pertes de balles pour les Spurs, 6 shoots contrés, 9 interceptions et des rotations excellentes. Il paraît que la défense fait gagner des titres, Miami est sur la bonne voie alors.

LE FLOP

Le Big Three des Spurs : 10/33 cumulé au tir. Pas d’idées, pas de réussite, parfois même pas de jambes pour faire la différence. Le Big Three texan, notamment Duncan et Ginobili, a bien fait son âge sur certaines phases.

En attendant le résumé du match, voici déjà l’action du match. Video interdite au moins de 18 ans.
[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »14uEYt2Cr4o »]

Au ralenti, sous tous les angles.
[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »zeuNB856m8c »]

4 Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top