Los Angeles Clippers

Le «Nice Guy» dit stop.

À bientôt 41 ans (il les aura en octobre prochain) et après 19 saisons passées dans la grande ligue, Grant Hill a annoncé hier sur la chaîne américaine TNT qu’il mettait un terme à sa carrière. Celui qu’on surnomme le «nice guy» à cause de son comportement exemplaire en toutes circonstances, semble avoir mûrement réfléchi cette décision :

« Je suis heureux de dire que j’en ai fini. Je prends ma retraite officiellement. […] Je suis arrivé à un point où je n’ai plus l’envie de jouer plus longtemps mais j’ai adoré jouer. J’ai adoré ça ! »

L’année dernière, Grant Hill avait signé un contrat de deux ans avec les Clippers mais plusieurs fois, au cours de la saison, il avait fait allusion à une possible retraite dès cet été. Voilà qui est fait. Grant Hill peut s’arrêter la tête haute. Sa carrière fut bien remplie. De son titre de co-rookie de l’année en 1995 (avec Jason Kidd) à cette saison avec les Clippers où il n’a joué que 29 matchs, Hill a tout connu ou presque.
Il a connu des périodes fastes voire même très fastes entre 1994 et 2000 sous le maillot des Pistons avant de connaître les galères accompagnant une blessure grave à la cheville. Avant ce coup du sort, Grant Hill était un ailier inarrêtable, un Point Forward qui savait tout faire sur un parquet. Aux Pistons,il tournait à 21,6 points à 47,6%, 8 rebonds, 6,3 passes et 1,6 interceptions par match !! Il faisait le spectacle avec des dunks venus d’ailleurs. Il nous a même gratifié en 1996/97 d’une saison d’un niveau exceptionnel avec 22 points, plus de 9 rebonds, plus de 7 passes et 2 interceptions par match !

Au bout de six ans à Detroit, c’est Grant Hill lui même qui décida de changer de club et de partir à Orlando où son association avec Tracy McGrady promettait beaucoup mais ne donnera jamais rien en terme de résultat d’équipe à part peut-être du gros boulot pour les médecins du club. Sur ses trois premières saisons en Floride, Hill ne joua que 47 matchs… C’est dire les difficultés qu’il connu à revenir durablement de ces blessures à répétition à la cheville. Grant Hill ne fut plus jamais le même après ça. Ses lignes de stats restèrent correctes car le talent du bonhomme est bien réel mais que ce soit à Orlando ou à Phoenix par la suite, le Nice Guy n’eut plus jamais le même impact. Sa classe va manquer…
Gary Sachs, le GM des Clippers, a d’ailleurs eu ces mots très justes à propos de Grant Hill hier :

« Pendant 19 ans, Grant a été la classe personnifiée, un vrai professionnel et pas seulement l’un des meilleurs joueurs mais l’un des hommes les plus fins qu’il me soit arrivé de cotoyer. Nous avons eu de la chance de l’avoir avec nous cette saison et nous lui souhaitons le meilleur pour son futur. »

Après 19 saisons, plus de 1000 matchs, 7 participations au All Star Game et le titre olympique en 1996, Grant Hill met un terme à sa carrière. Il a donc tout connu ou presque car il manque quand même une bague à ce «gentil garçon» pour que son palmarès soit complet. En guise de lot de consolation le Hall of Fame lui ouvrira probablement ses portes dans les années à venir. C’est déjà pas mal…

Un mix qui montre quel joueur était Grant Hill en pleine possession de ses moyens.
[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »8657ra4EBDg »]

1 Comment

1 Comment

  1. @live_nice06

    2 juin 2013 à 19 h 19 min at 19 h 19 min

    Le «Nice Guy» dit stop. http://t.co/QDpNeTeqEj #Nice06

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top