News NBA

[Débrief] Game 3 : C’est chaud, ça brûle pour OKC

On va pas s’arrêter en si bon chemin concernant les références musicales, même si on voit bien les gars du Thunder couper-décaler dans le vestiaire sur ce classique du Magic System. En tout cas, Kevin Durant a bien coupé-décalé les Rockets, ce qui n’était pas mince affaire puisqu’il jouait son premier match professionnel sans Russell Westbrook.

Ce qu’il s’est passé

Dès le début du match, toutes nos théories se sont révélées vraies concernant la possible explosion d’un Kevin Durant conscient que sans son partenaire préféré il devrait mener à lui seul le Thunder jusqu’en demi-finale. 17 points sur les douze premières minutes, et une équipe d’Oklahoma qui mène rapidement de vingt points. Seulement, imaginer que les jeunots de Houston vont baisser les bras, c’est comme affirmer que le Toyota Center était plutôt calme hier soir. Un public en délire, qui poussa même ses héros à passer devant avec quelques minutes à jouer, après avoir été mené de 26 points par les visiteurs ! Sous l’impulsion d’un duo Harden – Parsons ultra-excitant (51 points, 15 rebonds et 13 passes, hello), la foule explosait sur un trois à 45 degrés du sergent Garcia pour donner l’avantage de deux points à son équipe, une minute à jouer. Durant répondra automatiquement avec un coup de pouce venu d’ailleurs : sur un trois points rapide, la balle tape le fond de l’arceau et monte carrément au-dessus de l’horloge des 24. En redescendant, elle flirte avec l’avant de l’arceau, avant de rouler et traverser le filet. Thunder up by one. Un coup de chance magnifique qui résumera la performance de KD hier soir : 41 points, 14 rebonds et 4 passes sans forcer, record au scoring égalisé en phases finales. 

Ce qui aurait dû se passer

Plusieurs choses sont à corriger chez les jeunes Rockets. Premièrement, leur jeu est basé énormément sur ce qu’on appelle le momentum : quand la foule pousse, et que deux tirs d’affilé rentrent, tout le monde est capable de prendre feu façon NBA Street Volume 2 et n’importe quelle équipe de la Ligue n’est pas à l’abri. Sauf que comme l’a bien dit James Harden en conférence de presse, ces pics d’intensité laissent aussi place à des trous énormes en terme de discipline. Balles perdues de niveau NCAA, décisions offensives niveau Région, défense collective niveau Départementale, on ne sait même pas encore comment Kevin McHale peut encore être vivant. Gregg Popovich serait déjà décédé sur place. Les Rockets doivent donc jouer 48 minutes au prochain match, pas 8 puis 10 puis 5 puis 3 puis 7. Côté Thunder, c’est assez flippant à dire mais Kevin Durant n’a pas très bien joué. On s’attend donc à ce qu’il tire mieux, et que Kevin Martin fasse mieux que ça (3/11 au tir, 12 points). Encore une marge de manoeuvre pour ce nouveau Thunder qui donne tout à son ailier All Star.

Les réactions des deux côtés

« C’était bizarre comme match, sans lui. Je joue chaque rencontre pour lui, donc j’essaye de faire de mon mieux. Il m’a texté en fin de match pour me dire qu’on avait fait du bon boulot et qu’il nous aimait. » Kevin Durant et Russell Westbrook se pacseront d’ici quelques semaines.

« On doit avoir cette énergie du début à la fin du match. On peut pas se permettre d’avoir des trous comme on a eu, on doit jouer 48 minutes solides, ce sont les PlayOffs. » James Harden découvre la joie d’être un leader.

Prochain match

Lundi 29 Avril, à Houston, à 3h30 sur vos écrans.

2 Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top