Pistons

Killian Hayes s’est fait plaisir face aux Mavs : 22 points à 10/13 au tir et 8 passes, et si décembre était le mois des Killian ?

Killian Hayes postgame 2 décembre 2022

Oh Kiki, si tu savais.

Source image : NBA League Pass

La tendance se vérifiait, de plus en plus, depuis quelques matchs. De nouveau titularisé à la mène depuis le 10 novembre en l’absence de Cade Cunningham, Killian Hayes monte en puissance et semble prendre en confiance. C’est pas de la psychologie à deux balles hein, c’est juste un ressenti, et cette nuit le meneur de jeu français a même lâché son… plus beau match de la saison. Allez, on enchaine !

Killian Hayes n’a définitivement pas le niveau pour jouer en NBA.

(Il a 21 ans).

En deux phrases voilà résumé le début de carrière NBA de Killian Hayes, prodige lancé – peut-être – trop tôt dans le grand bain. Peu importe, temps perdu ou pas temps perdu, aujourd’hui le natif de Lakeland n’a que 21 ans et il performe, de manière presque constante car ses derniers matchs dégagent tout de même une jolie tendance. Oui, Killian Hayes va bien, il va mieux, et le match de cette nuit face aux Mavs pourrait même, soyons fous, agir comme un électrochoc dans la saison du Français. Ci-dessous ? Les stats des quatre derniers matchs de Kiki, regarde ça et on parle de son match juste après :

stats Killian Hayes 2 décembre 2022

Un seul match cette nuit ? L’occasion donc, logiquement, de taper un grand coup dans l’œil de… tout le monde ? Deal. Killian a été saignant comme un steak du Buffalo quand on le demande à point, Killian a été d’une propreté folle (10/13 au tir, stats de pivot ça), Killian a gavé les copains (8 caviars), et surtout Kiki s’est emparé du money time pour en faire sa serviette de table. 14 points entre le dernier quart et la prolongation, Maxi Kleber, Luka Doncic et Josh Green qui mangent sa papatte gauche, un énorme trois mais un peu mordu sur Luka Doncic, un autre pas du tout mordu sur Dorian Finney-Smith et le dernier sur Tim Hardaway Jr., oui Killian Hayes avait décidé de se transformer en sniper et son costume lui va très bien.


Psychologie à deux balles on y revient, mais quand on prend quatre énormes tirs du parking en trois minutes alors qu’on n’en a pas pris un du match, c’est – il nous semble – parce qu’on se sent bien dans ses pompes. Alors de deux choses l’une : 1) on ne va pas s’enflammer plus que de raisons et on attend de voir la suite, comme toujours, mais 2) qu’est-ce que ça fait du bien de voir un Kiki fermer des bouches, sur un parquet comme sur une pelouse.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top