Pistons

Jaden Ivey drafté par les Pistons : gros duo à venir avec Cade Cunningham, mais ça veut dire quoi pour Killian Hayes ?

Sacré duo en perspective. Mais Kiki dans tout ça ?

Source image : montage Youtube

Non sélectionné par les Kings qui ont préféré miser sur Keegan Murray avec leur quatrième choix, Jaden Ivey est finalement tombé aux Pistons avec le pick #5. Une sélection qui fait le bonheur de la plupart des fans de Detroit, très excités à l’idée de voir le duo Ivey – Cade Cunningham à l’œuvre dans le backcourt. Il y a de quoi au vu du talent et de la complémentarité des deux pépites sur le papier, mais on se demande forcément ce que ça veut pour notre Killian Hayes national.

Quelque part, Jaden Ivey était destiné à devenir un joueur des Pistons. Sa mère, Niele Ivey, a porté les couleurs du Detroit Shock durant sa carrière WNBA. Son papa Javin Hunter est né à Detroit. Son grand-père, James Hunter, a joué en NFL chez les Detroit Lions et sa grand-mère vit toujours à Motor City. Jaden a même assisté à des matchs des Pistons quand il était gamin. Autant dire que le cinquième choix de la Draft 2022 – qui a versé pas mal de larmes juste après qu’Adam Silver ait prononcé son nom – ne sera pas dépaysé dans le Michigan, qui représente désormais sa nouvelle maison dans laquelle il devrait vite se sentir très apprécié. Il suffit de regarder la réaction des fans des Pistons à l’annonce du pick pour comprendre la cote que possède déjà le gamin du côté de Detroit. Son talent, son explosivité, ses qualités athlétiques et son potentiel global ont vraiment de quoi mettre des étoiles dans les yeux, surtout quand vous ajoutez à ça une tête bien faite et l’ambition des plus grands. Jaden Ivey l’a dit à Richard Jefferson avant la cérémonie d’hier, il veut tout rafler autant individuellement que collectivement, du titre de MVP de la Summer League à celui de champion NBA un jour. Ce ne sont évidemment que des paroles aujourd’hui mais quand on sait ce que sont devenus les joueurs historiquement sélectionnés juste après le pick des Sacramento Kangz, on se dit que tout est possible.

Jaden Ivey va bien entendu représenter très vite un pilier de la reconstruction des Pistons. Il débarque dans un backcourt déjà composé de Killian Hayes et bien évidemment Cade Cunningham, les deux guards respectivement draftés par Detroit en septième et en première position lors des deux dernières années. Ivey va aussi retrouver un ancien copain en la personne de Carsen Edwards, passé comme lui par l’université de Purdue entre 2016 et 2019. Mais au final, c’est logiquement son futur duo avec Cade qui fait le plus parler aujourd’hui. Car on ne va pas se mentir, y’a de quoi être hypé. Entre les qualités athlétiques et de dynamiteur qu’Ivey met sur la table, et la facilité technique et l’intelligence de jeu qui caractérisent Cunningham, niveau complémentarité sur les lignes arrières on est plutôt pas mal. L’un est là pour mettre le feu, l’autre est là pour jouer le rôle de stabilisateur avec ses capacités de scoreur smooth et de playmaker. Et si vous vous posez des questions sur le partage du ballon, sachez qu’Ivey a souvent évolué sans la gonfle à Purdue dans son rôle d’arrière. On a notamment aimé ses progrès au shoot au cours de son année sophomore en NCAA, une progression qui devrait bien l’aider en NBA si elle se confirme. La transition vers les Pistons devrait donc se faire en douceur, même si son évolution – et ainsi l’ascension de l’équipe de Detroit – passera aussi par des progrès dans le playmaking et sur le plan défensif.

« Troy Weaver [le manager général des Pistons, ndlr.] m’a déjà mis au défi pour devenir un grand défenseur. C’est ce que je veux faire. Il veut que je fasse partie de la culture que les Pistons essayent de construire de ce côté-là du ballon. Je veux ce challenge. Ils veulent gagner. Et je veux aider l’équipe à gagner. Je veux montrer que je possède cette niaque en moi. »

– Jaden Ivey, via The Athletic

Mais ça veut dire quoi tout ça pour Killian Hayes ? Est-ce que l’arrivée de Jaden Ivey aux côtés de Cade Cunningham remet en cause l’avenir du Frenchie à Detroit ? Peut-être, peut-être pas. On le sait, Kiki n’a pas vraiment eu le début de carrière qu’il espérait après avoir été choisi avec le septième pick en 2020, entre bobos et performances décevantes. Après la sélection d’Ivey, il est donc plutôt naturel de se poser quelques questions à son sujet. Cependant, rappel important à faire, Hayes a évolué pendant une bonne partie de la saison dernière en sortie de banc derrière Cunningham et Cory Joseph, un rôle dans lequel il se sentait plutôt à l’aise au vu des prestations qu’il a pu sortir vers la fin de la régulière. Ses qualités de playmaker et de bon défenseur sont là aussi assez complémentaires avec l’arrivée d’Ivey, et on peut donc tout à fait imaginer ce trio tourner sur le backcourt. Qui sait, peut-être que les trois seront même alignés en même temps sur certaines séquences, Hayes (1m96, envergure de 2m07) et Cunningham (1m98, envergure de 2m13) apportant la taille et l’envergure suffisantes en défense pour une association avec Jaden sur les postes 1-2-3. Bref, il y a des choses à mettre en place et même si on n’a pas la plus grande des confiances dans le coach Dwane Casey, on a quand même hâte de voir ce que ça peut donner.

Avec l’arrivée de Jaden Ivey et de l’autre rookie Jalen Duren aux côtés de Cade, Killian, mais aussi Saddiq Bey, Isaiah Stewart ou encore Marvin Bagley III s’il prolonge, les Pistons ont réussi à monter un noyau de jeunots très prometteur pour accélérer leur reconstruction. Tout ça en se créant de la flexibilité financière et à la Draft avec le récent transfert de Jerami Grant à Portland. Alors bien sûr, faudra savoir rester patient, mais la hype commence vraiment à grimper du côté de Motown.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top