News NBA

Le mois de novembre de Victor Wembanyama : 5 victoires en 5 matchs, 132 points, Équipe de France et sélection All-Star, vis ma vie de MVP

Victor Wembanyama

Beaucoup d’images car beaucoup de stats.

CRÉDIT PHOTOS : @_AD.VISUAL_ ON INSTAGRAM

Quand les conquistadors s’en allaient découvrir le Nouveau Monde, leurs femmes se rendaient au port pour les y gratifier d’une dernière embrassade. Cette saison, Victor Wembanyama entame sa dernière danse dans le corps d’un joueur de basket-ball français, avant de bondir outre-Atlantique en très probable qualité de first pick. Ce suivi mensuel est notre manière à nous de l’embrasser.

Une jambe, 3-points, 3 millions de vues

« Fallait dire si tu voulais qu’j’te paie le million de vues ». La punchline est de Wojtek, son appropriation est signée Victor Wembanyama contre Limoges. Sous les yeux de la légende du grand écran Michael Douglas, tranquillement installé dans les premières rangées de Marcel-Cerdan, le prodige des Mets 92 lance de la meilleure des manières son mois de novembre : 33 points à 10/17 au tir et 10/12 aux lancers, 12 rebonds, 4 passes, 3 contres, 2 fautes pour 9 provoquées, et seulement 2 ballons perdus pour… 41 d’évaluation. Le code Wi-Fi bien relou à rentrer, avec une lettre qui accentue la confusion : « C’est un O ou un zéro ? ». Aussi pourrie soit la métaphore, cette lettre était ce tir à 3-points sur une jambe devant le pauvre Wilfried Yeguete. Une hallucination collective (filmée par nos soins huhu) repostée par tout le gratin amerloque : Bleacher Report, Sport Illustrated, Hoop Central, l’oncle de Barack Obama et le neveu de l’oncle de Barack Obama. On a eu l’impression de se faire payer la soirée par un sugar daddy au portefeuille sans fond. Bref, victoire 78 à 69, bilan collectif de six succès pour un seul revers, Victor Wembanyama est excellent et les Mets 92 en profitent.

Le Grand Bleu

Rideau tiré sur le match de Limoges, trêve de quinze jours en championnat, repos bien mérit… eh non ! Appelé par Vincent Collet, Victor décroche sa première sélection en équipe de France. L’enjeu ? Une qualification pour le Mondial 2023, laquelle nécessite deux succès sur les deux dates prévues (il en restera de toute façon deux autres en février 2023). Premier billet d’avion composté et premier déplacement à Panevėžys, une ville du Centre-Nord de la Lituanie. Les Bleus y retrouvent une sélection logiquement défaite de ses NBAers, Jonas Valanciunas et Domantas Sabonis. L’entre-deux est donné, ça joue au basket, Sylvain Francisco est intenable, Victor Wembanyama… n’est pas beaucoup cherché par ses coéquipiers. Quand les souris d’Amérique sont absentes, Andrew Albicy se prend pour le franchise player, dribble beaucoup et ne regarde pas assez le roll de son intérieur. Mais même snobé par les vieux briscards, Victor termine la partie à 20 points à 6/13 au tir, 9 rebonds dont 4 offensifs et +25 de plus/minus. On s’est fait peur sur une chute de girafon (Vincent Collet aussi), finalement rien à signaler.

C’est la festoche, l’équipe de France n’est plus qu’à une petite victoire d’une qualification pour la Coupe du Monde 2023 qui se déroulera en Indonésie, au Japon et aux Philippines. Mais le besoin d’une petite victoire n’interdit pas la lourde : nouveau succès 92 à 56, cette fois à Pau, avec un poster fantasmagorique de Sylvain Francisco, et un Victor Wembanyama discret mais productif. Bon et puis il cale quand même 19 points à 7/15 au tir dont 3/6 du parking, 4 rebonds, 1 passe et 2 blocks. Y’a des joueurs vraiment discrets qui seraient pas contents de voir qu’on leur emprunte leur qualificatif. M’enfin, Victor porte remarquablement le bleu, Vincent Collet a dû apprécier, Pascal Donnadieu aussi : rendez-vous en février 2023 pour deux nouvelles dates contre la République-Tchèque et la Lituanie.

Salut mon pote *prendre la voix de Michel Drucker*

Ne jamais vouloir griller les étapes, surtout quand on a 18 ans. C’est ce qui tôt ou tard portera préjudice à Victor Wembanyama dont la seule ambition est d’être n°1 dans tous les domaines. Une sorte d’employé du mois de la LNB, qui réitère chaque mois aux dépens des résultats collec… flûte. Il est n°1 dans absolument tous les domaines, même lorsqu’il s’agit de porter son équipe au sommet de la Betclic Élite. Rien à redire donc. Les Mets 92 sont premiers du championnat (ex-aequo avec Cholet) grâce à un bilan de 8 victoires pour 1 défaite, Victor a terrassé son ancien club de Nanterre à coups de 30 points, 9 rebonds et 5 contres, et s’est déplacé foutre son barouf à Nancy avec 30 points et 15 rebonds (career high). Nous fûmes en Meurthe-et-Moselle à ce moment-là, le papier un peu “inside” est juste ICI. Seul point rouge en ce mois de novembre ? La blessure de Ibrahima Fall Faye, coéquipier de peinture de Victor, victime d’une rupture des ligaments croisés. Fin de saison pour l’intérieur sénégalais, et arrivée dans la foulée de… Anžejs Pasečņiks. L’ancien poste 5 de fond de tiroir des Wizards mesure 2m16 et formera ainsi une raquette de 4m37 aux côtés de Totor. Il a disputé 27 matchs sur l’exercice 2019-20 avec Washington pour des moyennes de 5,8 points à 53% au tir et 4 rebonds en 16 minutes de jeu. Pas mal pour un roux.

Un autre Bol Bol, vraiment ?

On pourrait résumer l’affaire à une simple analogie : un enfant a un caramel au nougat (ça n’existe pas) et voit une confiserie devant laquelle sont amassés tous ses petits camarades. « Mais qu’est-ce que vous regardez les gars ? ». Fabricio, un petit roux du même âge, l’attrape par le bras et le tire vers une vitrine huilée par les traces de doigts. « Regarde, c’est le nouveau caramel au nougat 2000 ! Il paraît que son goût est mille fois plus onctueux que celui de l’ancien ». Vexé de voir son bonbon considéré comme « périmé » par ses camarades, l’enfant met un grand steak dans la nuque de Fabricio, puis lui dit : « N’empêche que tout ce qui vient après n’est pas forcément mieux. Votre caramel au nougat 2000 est probablement plein de sucre, de glucides, de matières grasses et de testicules de taureaux. Moi, je préfère largement l’ancien ». L’air snob, l’enfant se retourne puis prend le chemin de sa maison dans laquelle il restera enfermé trois jours pour y pleurer sous son oreiller. On a beau faire croire aux autres qu’on ne les envie pas, ce discours n’est souvent tenu qu’en apparence.

« Tout le monde parle de Victor, le Français. Je n’essaie pas de les comparer, mais Bol fait 2,18 m, il tire à 3-points, remonte le terrain, fait des passes et contre des tirs. J’ai l’impression que les gens l’oublient, mais Bol est un monstre de la nature. » – Paolo Banchero, pour Michael Scotto

Première étoile

On a tous déjà fait du ski. Boarf, on arrête là. Ce paragraphe commence comme un podcast de Norman en 2012. Droit au but : hier soir, Victor a décroché sa première sélection au All-Star Game de la LNB. Il fait partie de la sélection France aux côtés de Nando De Colo (Asvel), Elie Okobo (Monaco), Nicolas Lang (Limoges) et Ismael Kamagate (Paris Basket). On ne cite pas les joueurs de banc, ça prend trop de temps et vous en connaissez un sur quatre. C’est quoiqu’il en soit super mérité pour Victor. S’il continue sur les mêmes bases, il sera nommé MVP de la régulière sans aucun souci : leader au scoring en Betclic Élite (23,2 points par match), 1er aux rebonds (9,6), 1er à l’éval (26,4) et 1er aux contres (3). Bon par contre, la LNB a également sélectionné Wembanyama pour le concours à 3-points. Il sera opposé à Nicolas Lang (Limoges), Nando De Colo (Asvel) et Keith Hornsby (Nanterre). Pour rappel, le *prendre la voix de Stéphane Guy* génie français ne tire qu’à 31% du parking cette saison. Tendu de la ficelle quand on sait que Lang balance à 42%, Hornsby 43% et que De Colo – en dépit de son début de saison bof bof – atteint même les 50%. Si Victor l’emporte, on fait gagner son maillot avec lui dedans.

LE MOIS D’OCTOBRE DE VICTOR WEMBANYAMA EN CHIFFRES :

  • 4 novembre vs Limoges (championnat) : 33 points à 10/17 au tir et 10/12 aux lancers, 12 rebonds, 4 passes, 3 contres, 2 fautes pour 9 provoquées, et seulement 2 ballons perdus pour… 41 d’évaluation
  • 11 novembre @ Lituanie (qualif Mondial 2023) : 20 points à 6/13 au tir et 7/7 aux lancers, 9 rebonds dont 4 offensifs, 1 passe, 1 interception et seulement 1 ballon perdu
  • 14 novembre vs Bosnie-Herzégovine (qualif Mondial 2023) : 19 points à 7/15 au tir dont 3/6 du parking, 4 rebonds, 1 passe et 2 blocks
  • 20 novembre vs Nanterre (championnat) : 30 points à 10/19 au tir dont 1/5 à 3-points, 9 rebonds, 5 contres, 3 ballons perdus, 3 fautes pour 6 provoquées et 30 d’évaluation
  • 26 novembre @ Nancy (championnat) : 30 points à 9/19 au tir et 11/16 aux lancers-francs, 15 rebonds (record perso), 3 passes, 2 contres, 2 interceptions, 34 d’éval et +/- de +17

« Difficile de faire mieux que cette édition, mais difficile également que Wemby ne fasse pas mieux que cette édition ». C’étaient nos propos tenus à la fin du mois d’octobre, Victor a finalement réussi à faire encore mieux en novembre. Trois matchs de championnat à 30 perlouzes, une expérience en Bleus, la sélection étoilée qui va bien : turlututu chapeau pointu.

Merci à « @_ad.visual_ » sur Instagram pour ses photographies. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top