News NBA

Victor Wembanyama a tabassé l’Hapoël Holon : 34 points (encore) à 10/17 au tir et 13/13 aux lancers, ça fait beaucoup là, non ?

Victor Wembanyama

Presque insolent ce marmot.

Source image : Philippe Nicolas / @philnicolas49

Une finale d’EuroBasket monopolise généralement la ligne édito et empêche des actus “parasites” de se glisser sur le site de TrashTalk. Mais là, une finale d’EuroBasket qui concerne l’équipe de France monopolise à coup sûr la ligne édito et empêche des actus “parasites” de se glisser sur le site de TrashTalk. Et pourtant, un bonhomme continue de déroger à la règle.

Il s’appelle Victor Antoine Wembanyama. On a rajouté le “Antoine” car ça fait toujours plus stylé de développer, mais ce n’est absolument pas l’un de ses prénoms. Ce samedi, alors que toute la France avait les yeux rivés sur son lendemain, Victor Wembanyama lavait tranquilou-bilou les professionnels de l’Hapoël Holon. Où ça ? À Angers. Dans quel cadre ? Toujours pour le tournoi Pro Stars. Qu’entend-on par « lavait » ? Le Golden Boy des Metropolitans 92 a posé 34 points à 10/17 au tir et 13/13 aux lancers, 5 rebonds, 1 interception et 4 blocks. « Ah, mais j’avais déjà vu cette information il y a deux jours, je ferme l’article ». Non malheureux ! Jeudi soir, Victor Wembanyama avait effectivement déjà planté 34 points sur le Darüşşafaka, un solide club de Super Lig turque. Resté au repos vendredi soir face au Mans, il s’est relevé samedi soir pour défier l’Hapoël Holon, club pro du championnat israélien engagé en BCL, la Coupe d’Europe de la FIBA (rivale de l’EuroCup, elle organisée par l’EuroLeague). Encore une fois donc, il n’est pas question de joueurs amateurs ni de simples professionnels, mais bien de garçons qui pourraient tranquilou-bilou gratter un top 8 de Betclic Élite. Petite vidéo des “nouveaux 34 points” du Vic juste en-dessous, et pas mal de séquences à relever/analyser.

Qu’est-ce donc que ce 13/13 aux lancers-francs ? Comme nous, vous avez dû halluciner sur les dernières possessions de la vidéo : que des feintes à la James Harden, suivies du coup de sifflet des arbitres. Il n’a que 18 ans et a déjà compris que du haut de ses 2m20 et des poussières, les défenseurs sont obligés de s’avancer, de sauter ou de s’engager vers l’avant pour gêner son tir extérieur. On peut critiquer le fond, mais la forme est excellemment exécutée. Pour le reste, ce post-up finition main inverse est toujours aussi dingue. L’impression qu’à côté de Victor, des intérieurs de 2m08 sont des enfants et que leur avantage de poids ne leur apporte… aucun avantage. Pour parler en langage plus commun : non, ce n’est pas encore le niveau NBA, mais comparé à d’autres joueurs européens draftés à 19, 20 ou 21 ans – et indépendamment de ses mensurations – Victor Wembanyama est en avance. Il ne se suffit pas de répéter un seul move en boucle, alternant parfaitement entre le jeu extérieur et dos au panier. Filmé en courtside, c’est encore plus impressionnant.

Une fois n’est pas coutume mais deux commencent à l’être : Victor Wembanyama a donc claqué 68 points sur ses deux derniers matchs de présaison, contre des adversaires référencés sur les parquets européens. Match pour du beurre ou pas, c’est assez dingue.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top