Los Angeles Clippers

Jason Preston, l’aspirant journaliste NBA qui a fini… en NBA

Jason Preston

Bon, on écrit l’article et on va s’entraîner.

Il a le nom d’un chanteur anglo-sicilien qui emmène ses pompes chez le cireur et ses chemises au pressing, Jason Preston n’a en réalité rien de très spécial. Un aspirant journaliste de 23 ans, probablement mis de côté par Parcoursup, qui va devoir se faire violence s’il veut intégrer une rédaction avant la trentaine. Dépêche-toi ou tu vas faire joueur NBA toute ta vie !

Une source d’espoir pour beaucoup – notamment l’auteur de ces lignes. Mardi soir, à 50 secondes de la fin du 1er quart-temps entre Blazers et Clippers, Jason Preston signait son acte de naissance en NBA. Une flèche plein axe depuis les sept mètres, sur une remise de Nico Batum : les premiers points du meneur dans la Grande Ligue. Avant d’être sélectionné en 33e choix de la Draft 2021 par les Clippers, Jason Preston s’est battu pour faire encore mieux que ce qu’il aimerait faire. C’est-à-dire ? Ce LIEN devrait vous éclairer. Il redirige vers la page auteur de Jason Preston, lorsqu’il écrivait pour le blog Piston Powered sur ses années lycée. À ce moment précis, il ne tourne qu’à 2 points par match avec la Believe Prep Academy et est encore à mille lieux d’imaginer qu’il puisse décrocher une bourse NCAA. Il envisage alors de devenir journaliste sportif. Mais un vieux sage disait que c’est à nous de donner des cartouches à notre imagination. Ni une, le compte de la Believe Prep Academy poste les highlights de Jason Preston sur Twitter en y ajoutant la mention : « Highlights du meneur d’1m96 Jason Preston !! Plusieurs offres de D1 ! ». Un message bien vendeur pour attirer le regard des scouts universitaires, alors qu’aujourd’hui Jason Preston est davantage annoncé autour des 1m90. Soit le doigt du communicant à ripé sur le clavier, soit le doigt du communicant a ripé sur le clavier : on est sûr que tout le monde y a trouvé son compte.

Flûte de zut, l’autre vidéo de ses highlights de l’époque a été strike à cause d’un problème de droits d’auteur. On aurait bien aimé apprécier les performances d’un meneur sous-évalué, lequel a finalement réussi à intégrer l’Université de l’Ohio. Une fois installé dans la ville de Columbus, Jason Preston n’a pas eu de mal à faire étalage de ses qualités : 6 points à 43% au tir et 3.4 assists la première saison, 16.8 points à 52% au tir et 7.4 assists dans son année sophomore, puis un dernier exercice « copier-collé » du précédent. À l’été 2021, Jason Preston est sélectionné au début du second tour par les Clippers mais, opéré d’une blessure au pied droit, il manque toute la saison 2021-22. L’énième tronc d’arbre d’un parcours du combattant, heureusement mené par un combattant. Il a aujourd’hui réintégré l’effectif fanion des Clippers grâce à dix bonnes sorties en G League. Six minutes de jeu contre les Blazers mardi soir, pour 3 points à 100% au tir et 1 assist, puis trois minutes cette nuit dans l’Utah, pour 2 points à 1/2 au tir, 1 rebond et 1 assist. « What a journey » pour celui qui a absolument tout vécu, du décès de sa mère des suites d’un cancer du poumon en 2015, jusqu’à sa performance – cinq ans plus tard – à 31 points et 8 passes contre l’Université de l’Illinois. Le soleil brille même quand la lune passe devant.

C’est une histoire folle, un parcours si inspirant qu’il décourage en fait pas mal de monde. Un seul type sur douze réussira ce genre de slalom. Et encore, un seul type sur douze c’est un peu trop. Un seul type sur quatorze peut-être.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top