Jazz

Lauri Markkanen : « À chaque victoire du Jazz, les gens considèrent que c’est une surprise, et on déteste ça »

Si ça continue comme ça, ça va vite changer.

Source image : YouTube

Grosse surprise de ce début de saison, le Jazz défie tous les pronos en enchaînant les victoires alors que la plupart des Hexperts les voyaient dans les bas-fonds de l’Ouest pour pouvoir se mêler à la course à Victor Wembanyama. Pour Lauri Markkanen, c’est l’heure de respecter un peu plus les Mormons. 

Nous sommes le 8 novembre 2022, une dizaine de matchs ont été joués par chaque équipe depuis le début de la saison régulière, et en tête de la Conférence Ouest on retrouve le… Utah Jazz.

Oui, cette phrase est bien réelle.

Plusieurs fois associée au mot « tanking » après les transferts des All-Stars Rudy Gobert et Donovan Mitchell, la franchise de Salt Lake City affiche aujourd’hui un bilan de 9 victoires pour 3 défaites en 12 matchs, soit le deuxième meilleur de toute la NBA derrière celui des Bucks. Les Jazzmen sont également troisièmes de la NBA à l’efficacité offensive (115,7 points pour 100 possessions) et huitièmes à l’efficacité défensive (109,3 pour 100 possessions), preuve de la grosse solidité du collectif de Will Hardy sur ce début de saison. Et pour couronner le tout, Utah possède déjà de belles équipes à son tableau de chasse avec des victoires contre Denver, Minnesota, New Orleans, Memphis à deux reprises et les Clippers. Autant d’indicateurs qui montrent que le Jazz est peut-être plus qu’une belle histoire de début de saison.

En tout cas, pour l’intérieur Lauri Markkanen, le moment est venu de prendre cette formation du Jazz un peu plus au sérieux qu’auparavant (via The Athletic).

« Quand les gens parlent de tanking par rapport à notre équipe, cela nous nourrit. Tous les matins, après une victoire, les gens considèrent que c’est une surprise, et on déteste ça. On utilise ça comme une source de motivation, et on va essayer de faire durer ça le plus longtemps possible. »

« Le plus longtemps possible », mais jusqu’à quand ? Cela dépendra sans doute des envies du boss Danny Ainge, qui n’avait sans doute pas prévu de tels résultats dans son plan destruction/reconstruction du Jazz. On le sait, quand une équipe qui est censée viser la Draft dépasse toutes les attentes en début de saison, il arrive que des blessures mystérieuses viennent perturber la bonne dynamique et que des trades se matérialisent en cours d’année. Les joies du tanking quoi. Peut-être que ce sera le cas avec Utah, qui possède un certain nombre de vétérans (Jordan Clarkson, Mike Conley…) pouvant potentiellement aider des franchises qui jouent le haut de tableau mais qui galèrent à décoller. Mais en attendant, on va continuer à kiffer le Jazz nuit après nuit car en matière de fun, on est tout en haut là.

Entre Lauri Markkanen qui confirme son très bel Euro en ce début de saison, une équipe qui joue sans complexe peu importe l’adversaire en face, des joueurs qui s’arrachent les uns pour les autres et un collectif qui fait plaisir à voir, Utah coche toutes les cases d’une équipe League Pass. Les vétérans, de Jordan Clarkson à Mike Conley en passant par Kelly Olynyk, guident bien le groupe pendant que Markkanen (22 points, 9 rebonds par match) vise le All-Star Game, que Collin Sexton revient progressivement et que les role players comme Jarred Vanderbilt et Malik Beasley font le taf de l’ombre pour aider Utah à enchaîner les wins. Un mix étonnant mais kiffant, très bien géré par le coach rookie Will Hardy.

« Avant le début de la saison, on a regardé l’effectif et on s’est dit qu’on n’était pas du tout la même équipe que ce que les gens disaient de nous. Nous avons trop de bons joueurs pour tanker. On le savait dès le premier jour. On s’est dit qu’on n’était pas si mauvais, et les gars y ont cru. Tout le collectif y a cru, et on savait qu’on avait une chance de réaliser un bon départ. »

– Mike Conley, via The Athletic

Le Jazz surprend. Mais si ça continue comme ça, il faudra peut-être arrêter d’être surpris. Car le Jazz, plan tanking ou pas, est aujourd’hui une équipe hyper solide qui a tout ce qu’il faut pour continuer à être compétitive pendant le reste de la campagne 2022-23.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top