Warriors

Les 10 bonnes raisons de suivre les Golden State Warriors en 2022-23 : Stephen Curry vous connaissez ?

Rien qu’avec l’image, on perçoit le flow.

Source : NBA League Pass

Qui dit reprise de la saison NBA dit besoin de motivation. Et qui dit besoin de motivation dit…? Trouver des bonnes raisons ! Pour chaque équipe de la saison 2022-23, on a voulu se montrer utiles, serviables et un peu drôles si le sujet le permet. Voici donc les 10 bonnes raisons de suivre les Golden State Warriors sur les prochains mois, du Chef Curry à la dernière danse d’Iguodala en passant par l’Instagram de Klay Thompson.

#1 – Stephen Curry, tout simplement

Logique, inévitable, cartésien… Prenez l’adjectif qui vous plaît, car Stephen Curry est forcément la raison numéro uno de suivre les Warriors. On ne présente plus l’extraterrestre qui se transforme en pyromane dès qu’il en a l’occasion. Des bombes bien plus lointaines que le parking, des cours de danse improvisés dans tout le pays, une finition sans pareille et des célébrations qui deviennent virales. Vous l’aurez compris, Baby Face pourrait à lui seul remplir cette rubrique. On cause d’un joueur qui a révolutionné la NBA et qui ne va pas se faire prier pour continuer son chantier. Auréolé d’un nouveau titre, le plus grand shooteur de l’histoire semble bien apaisé avant de retourner sur le devant de la scène et ce n’est pas une bonne nouvelle pour ceux qui croiseront sa route. D’ailleurs, le Chef pourrait bien balancer sa première symphonie lors de l’opening night, le 18 octobre, contre les Lakers.

#2 – Bob Fitzgerald aux commentaires

Du côté des Warriors Bob Fitzgerald est une icône. Le commentateur va entamer sa 27è saison en tant que voix des Warriors ! Tout comme l’équipe qu’il voit évoluer, tonton Bob peut s’enflammer à tout moment. Apprécié ou non, Bob Fitzgerald est celui qui rythme les nuits des fans des Warriors et il est surtout l’une des personnalités phares de la baie. Pour la quatrième saison consécutive, il fera la paire avec l’ancien joueur des Warriors Kelenna Azubuike. À quelques jours du début des joutes, le duo doit déjà commencer à faire des vocalises.

#3 – Les progrès de la triplette Wiseman – Kuminga – Moody

Les Warriors ont une certaine science pour faire apparaître et éclore des joueurs. Au sein de l’effectif, trois jeunes joueurs proviennent de premiers tours de Draft. Choisi en deuxième position en 2020, James Wiseman n’a pas pu poursuivre sa progression à cause d’une saison anéantie par les blessures en 2021-22. Au contraire, Moses Moody, 14è de la Draft 2021, et Jonathan Kuminga, 7è de la même cuvée, ont montré de belles choses lors de leurs passages sur les planches. Cette année, les trois minots de Golden State auront surement l’occasion de se montrer et on a déjà hâte de voir les progrès qu’ils peuvent effectuer. Un staff qui sait y faire, des mentors en pagaille, il existe pire environnement pour se développer.

#4 – l’ambiance au Chase Center quand ça chauffe

En quittant l’Oracle Arena, les Dubs ont laissé derrière eux une partie de leur histoire. C’est dans cette salle que Steph Curry et ses potes avaient remis les Warriors sur la carte de la NBA. La nostalgie n’a pas duré bien longtemps et la ferveur des fans a fait partie du déménagement. Désormais, c’est un écrin flambant neuf de 18 064 personnes qui s’embrase en quelques secondes dès que possible. Et vu les artistes présents sur la feuille de match, on peut affirmer qu’elles seront encore multiples. Des ficelles de Steph, Klay et Jordan Poole aux grognements de Draymond Green, tout est prétexte à la folie au Chase Center.

#5 – les lives Instagram de Klay Thompson

Klay Thompson pourrait bien faire partie de ces joueurs qu’il est impossible de détester. Tout d’abord par son parcours, semé d’embûches et de gloires, mais aussi par sa personnalité vraiment pas banale. Si le meilleur pote de Steph est doté d’un talent hors norme sur le parquet, il l’est aussi en dehors. La meilleure manière de s’en rendre compte est de regarder ses lives Instagram. Un coup à la salle, un coup en décapotable ou en bateau. Klay est un showman, c’est sa nature, et une chose est sûre… on connaît un gros bateau qui n’aurait pas coulé s’il avait été le commandant.

#6 – Draymond Green en patron défensif

C’est une certitude, Draymond Green ne doit pas être facile à vivre tous les jours. Mais c’est surtout un joueur qu’il vaut mieux avoir dans son équipe qu’en face de soi, que ce soit en match ou à l’entraînement d’ailleurs. Peu importe l’enjeu, le poste 4 va tout faire pour nuire à l’équipe adverse. La défense, c’est son rôle, son domaine et il donne tout ce qu’il peut pour arriver à ses fins. Même si les fils se touchent parfois, l’intelligence défensive de Draymond Green est un exemple à suivre. Actuellement dans la tourmente, le boxeur sera à nouveau le patron de la défense des Champions en titre. La recette est simple : beaucoup d’envie, de physique et de grognements intempestifs.

#7 – Andrew Wiggins qui continue de progresser

Le soleil d’Oakland, l’air maritime, une bague, une renaissance et quatre ans de plus sur le contrat, Andrew Wiggins doit être un type heureux. Depuis son arrivée chez les Warriors au cours de la saison 2019-20, le numéro un de la Draft s’est clairement refait une santé. Solide en défense, l’ancien pote de KAT est aussi un apport offensif important pour Steve Kerr : 17,2 pions, 4,5 rebonds et 2,2 assists de moyenne. C’est propre et en plus ça shoote. En 2021-22, Wiggins a tourné à 39,3% derrière la ligne à 3-points, c’est tout simplement son meilleur taux de réussite en carrière. Épanoui, en confiance et plus que bien entouré, l’ailier exploite enfin tout le potentiel qui a fait de lui l’un des meilleurs prospects du pays il y a quelques années. Ne vous étonnez pas s’il continue de monter en puissance cette saison, on vous aura prévenu.

#8 – Les retrouvailles avec les Grizzlies

Golden State Warriors – Memphis Grizzlies. Ce fut l’une des séries les plus divertissantes des Playoffs 2022. Un duel entre une équipe expérimentée et sûre de sa force contre un troupeau de jeunes zinzins pétris de talents et prêts à tout pour gravir les sommets. Steph Curry face à Ja Morant, Desmond Bane face à Klay Thompson, Draymond Green et Dillon Brooks qui discutent vilaineries. Bref, les duels sont multiples et la confrontation a fait des étincelles tout en tournant à l’avantage des Dubs. Si vous ajoutez à ça du trashtalking, des tensions autour de la blessure de Gary Payton II et de Ja Morant, on obtient une rivalité naissante. Et comme la NBA est le plus grand des spectacles, on aura droit à quatre retrouvailles antre les deux franchises : 26 décembre (2h), 26 janvier (4h), 10 mars (4h), 19 mars (4h). Les deux premières manches au Chase Center, les deux suivantes dans le Tennessee, de quoi nous mettre l’eau à la bouche avant de les retrouver en Playoffs ?

#9 – le hustle total de Kevon Looney

82 matchs, Kevon Looney a disputé l’intégralité de la saison dernière en NBA. Quand on connaît le rythme infernal de la Ligue, on se rend compte que c’est un bien joli exploit pour le travailleur de l’ombre en chef des Warriors. Et sur les 1732 minutes passées au taf, Looney n’a pas chômé. Rebond, écran, box outs… le pivot de 26 piges n’arrête pas et il se plie en quatre pour que ses coéquipiers puissent briller. Son état d’esprit irréprochable et son expérience font du triple champion NBA un engrenage essentiel dans la mécanique de Steve Kerr. Ceux qui aiment le hustle seront à nouveau servis par Kevon Looney.

#10 – la dernière saison d’Andre Iguodala

Attention, avis aux nostalgiques, Andre Iguodala entame son ultime saison en carrière. Dinosaure de la NBA, Iguodala a réalisé ses meilleures saisons au scoring avec le maillot des Sixers entre 2000 et 2010, mais c’est avec les Warriors qu’il a écrit les plus grandes pages de sa carrière : 4 titres de champion et un MVP des Finales 2015. Une prestation mémorable qui restera comme le plus grand moment de sa carrière. En 2019, Iggy a tenté de s’exporter à Miami mais deux ans plus tard, il était déjà de retour sous les ordres de Steve Kerr pour l’aboutissement que l’on connaît tous. À 38 ans, celui qui a porté le maillot des Warriors a 444 reprises entame donc sa dernière danse. La NBA est prévenue, il reste environ neuf mois pour profiter de tonton André sur les terrains.

Source Texte : StephMuse, Golden State Warriors, Kylen Mills, Playoff Draymond, NBA History.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top