Pistons

Killian Hayes se montre un peu face au Thunder : 20 points à 62% au tir et 7 assists, on en connaît un qui a vu les infos

Killian Hayes

Le copain est passé à la trappe.

Source image : NBA League Pass

Qu’est-ce qui différencie Killian Hayes de Théo Maledon ? L’un a passé une superbe nuit, quand l’autre n’a tout simplement pas passé la nuit. Une poignée d’heures après que son homologue ait été coupé par les Rockets, Killian s’est montré sous son plus beau mardi pour la réception du Thunder en pré-saison. On se fait couler un thé vert, histoire d’ouvrir un peu les yeux, et on regarde ça.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

En un sens, l’éviction de Théo Maledon a fait l’effet d’un bon mémo. On oublie parfois que les Américains n’en ont absolument rien à carrer du fond de jeu, que les stats dirigent leur monde, et que ne pas être concrètement mauvais – ainsi meilleur que d’autres – n’assure absolument pas un spot dans une rotation NBA. Pas forcément tonitruant sur la saison passée avec les Pistons, Killian Hayes prend volontiers ce genre de rappel. Ce mardi, il a même traduit cette prise de conscience par une chouette performance de pré-saison, à une semaine du début de la saison régulière. Pour la réception du Thunder, Kiki a envoyé 20 points à 8/13 au tir dont 4/6 à 3-points et 7 assists en 27 minutes de jeu. Le 1er avril dernier – sans aucune vanne – l’enfant choletais posait déjà son record en carrière avec 26 points, 7 rebonds, 8 assists et 5 interceptions contre… le Thunder. On sait désormais que le bleu est à la couleur qui donne envie à Killian de déterrer les ancêtres de ses défenseurs pour les jouer en un-contre-un. Cette nuit, Killian a terminé avec la meilleure marque (20) et le meilleur pourcentage global (62%) de son équipe. On n’a pas checké – et on pense qu’il n’est absolument pas utile de le faire – mais ce doit être la première fois qu’il combine ces deux hauts faits sur une seule rencontre depuis sa sélection en 7e position de la Draft 2020 par les Pistons. En 92 matchs NBA, Killian a pris la fâcheuse habitude de scorer avec du déchet. Inversement, si son ballon ne trouve pas le chemin du nylon, il est propre dans les autres secteurs du jeu. Un résumé un peu simpliste qui a le mérite d’illustrer ce pourquoi Killian Hayes n’est pas encore considéré comme un 7e choix « rentable », malgré d’évidentes qualités offensives montrées trop… alternativement.

Cette main gauche, cette foutue main gauche. Dans l’un de ses grands soirs, Killian pourrait driver absolument n’importe quel défenseur, l’écarter à l’épaule puis terminer main gauche. Une séquence de plus en plus instinctive à laquelle on espère assister dans une semaine, pour la réception du Magic, premier match de la régulière des Pistons. Outre les belles promesses dispersées par Killian en sortie de banc, Ousmane Dieng s’est lui aussi montré avec 13 points à 5/6 au tir dont… 3/3 du parking. Le Thunder l’a emporté, rien à foutre, mais le freak tricolore a cuisiné les Pistons sur plusieurs de ses offensives. On a vu le pauvre Jaden Ivey (11 points à 4/12 au tir) découvrir de quel bois se chauffait le gamin de Villeneuve-sur-Lot. Des hésitations bien placées, une finition clinique, un corps qui ne se décompose pas en l’air et surtout, de la patience. Nul besoin de faire le tour de la raquette en courant comme si le championnat australien allait le rattraper, sa tenue de balle est rythmée et les possessions rendues cohérentes. « On vous connaît TrashTalk, plein de bons qualificatifs pour qu’il signe finalement à l’ASVEL après deux saisons poussives en NBA ». Pour le coup, le projet n’a vraiment pas l’air de prendre ce chemin. Et ce qui est magnifique, c’est qu’on ose tenir ce propos après cinq matchs de pré-saison. On apprend définitivement jamais de nos erreurs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top