Rockets

Jalen Green a-t-il les épaules pour être le franchise player des Rockets, et si possible d’une équipe qui gagne ?

Jalen Green Rockets 2 16 septembre 2022

Au vu de sa fin de saison l’an passé, on a envie de répondre oui.

Source image : YouTube / Houston Rockets

Sélectionné en deuxième position de la Draft NBA 2021 derrière Cade Cunningham, Jalen Green a connu une première partie de saison rookie faite de hauts et de bas, avant de véritablement exploser après la pause du All-Star Weekend. Simple coup de chaud ou vraie indication des choses à venir ? Chez ces Rockets post-James Harden, on mise évidemment sur le deuxième scénario. 

41 points à 14/26 au tir en 39 minutes, avec quatre tirs primés marqués et des highlights dans tous les sens. Voilà la dernière image qu’on a de la saison rookie de Jalen Green. Auteur de son record personnel en carrière lors de cette ultime soirée de saison régulière, la pépite des Rockets a fini sa première campagne NBA en beauté, confirmant par la même occasion ses très grosses prestations qui ont donné le sourire à la fanbase de Houston entre fin février et mi-avril. Sur les 24 derniers matchs de la saison 2021-22, Jalen Green c’est plus de 22 points de moyenne, avec 4 rebonds et 3 passes en prime, le tout à plus de 47% de réussite au tir dont un très prometteur 39% à 3-points. En l’absence de l’intérieur Christian Wood (aujourd’hui à Dallas), il a notamment enchaîné à un moment donné cinq matchs à minimum 30 pions, une série qu’on n’avait pas vue chez un rookie depuis un certain Allen Iverson en 1997. Pas rien. Ce finish XXL a notamment permis au numéro 2 de la Draft 2021 de s’incruster dans le meilleur cinq des débutants (désolé Josh Giddey) aux côtés de Cade Cunningham, Scottie Barnes, Evan Mobley et Franz Wagner. Quand on se souvient de sa première partie de saison où – malgré quelques coups d’éclat – Jalen était globalement dans le dur au milieu des innombrables défaites de Houston, c’était clairement pas gagné. Celui que beaucoup attendaient dans la course au Rookie de l’Année a donc mis quatre mois pour prendre la température de la NBA, mais la fusée a véritablement fini par décoller et le Jalen Green qu’on imaginait au moment de la Draft s’est enfin révélé.

Comparaison Jalen Green avant et après le All-Star Break

Meilleur dans ses choix, plus efficace dans son jeu, moins perdu des deux côtés du terrain, Jalen Green a tout simplement proposé un nouveau visage après le All-Star Weekend. Il a proposé le visage d’un joueur pouvant potentiellement devenir le fer de lance d’une franchise en reconstruction.

On ne va pas se mentir, la saison dernière à Houston, ça ressemblait plus à une colonie de vacances qu’à une vraie équipe NBA. Beaucoup de jeunots, du talent certes mais pas vraiment de structure, et une hiérarchie qui peine à se mettre en place. Ce qu’on attend de Jalen Green en Année 2, c’est justement qu’il mette tout le monde d’accord sur l’identité du joueur numéro 1 de la franchise texane. On aime bien Alperen Sengun, on connaît le talent de Kevin Porter Jr., et le potentiel de Jabari Smith Jr. (numéro 3 de la Draft 2022) est hyper excitant, mais ce sera à Green de confirmer sa très grosse fin de saison et de dire à tout le monde : « suivez-moi les gars je connais le chemin ». Une responsabilité dont il a visiblement conscience au vu des propos qu’il a pu sortir durant l’intersaison (via Inquirer.net).

« Dans mon esprit, je veux devenir la meilleure version de moi-même sur comme en dehors du terrain. Essayer de construire une mentalité de gagnant.

On est très jeunes. On est en phase de reconstruction. On va essayer d’être sur la même longueur d’onde et de progresser vers la bonne direction. Il faut qu’on essaye de garder cette mentalité de gagnant. »

Jalen Green le sait, ça va prendre du temps et faudra de la patience. On ne dit pas qu’il doit porter les Rockets vers les Playoffs en tant que sophomore ou jouer le All-Star Game dès cette année. N’oublions pas qu’il n’a que 20 piges et qu’il est toujours en phase d’apprentissage. Par contre, on veut voir le même Jalen que celui de la fin de saison dernière, avec des axes de progression bien définis. Le numéro 2 de la Draft 2021 a particulièrement bossé son handle cet été, ainsi que sa lecture du jeu et son tir extérieur. Limiter les déchets et augmenter son efficacité global en attaque, voilà les principaux objectifs que possède aujourd’hui le jeune arrière des Fusées.

« La prochaine étape pour Jalen, c’est de continuer à affiner ses lectures sur les pick & rolls et ses finitions. Ce serait bien aussi qu’il développe un floater. Il peut également progresser au niveau de l’exécution sans ballon. Mais globalement, vu la manière avec laquelle il a terminé la dernière saison, c’est très encourageant. »

– Un scout NBA, via Sports Illustrated 

Délaissant son numéro 0 pour prendre le 4 qu’il portait au lycée puis sous les couleurs du G League Ignite, Jalen Green doit réaliser ce gros jump qu’on voit parfois chez certains sophomores. Cela doit évidemment se manifester dans les chiffres, avec une campagne à genre 20 points de moyenne minimum, mais aussi dans le leadership, dans la manière de porter les Rockets soir après soir avec régularité même s’il y aura sans doute encore beaucoup de défaites au bout. Le talent du bonhomme, il est indiscutable. Ses qualités athlétiques, elles sont exceptionnelles. Mais à lui maintenant de prouver qu’il a clairement les épaules pour être le nouveau franchise player des Rockets après l’ère James Harden. Nous en tout cas, on a envie d’y croire.

Au terme de la saison 2022-23, on doit pouvoir dire que les Rockets sont l’équipe de Jalen Green. Il a désormais une année NBA derrière lui, il commence à comprendre tout ce qui est nécessaire pour s’imposer au plus niveau, et possède toutes les qualités basket pour être le visage de la reconstruction des Fusées. Alors, grosse saison incoming pour le numéro 2 de la Draft 2021 ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top