Knicks

Donovan Mitchell est passé sous le nez des Knicks : retour sur les raisons d’un transfert avorté

donovan mitchell jazz

Il devait porter le maillot des Knicks, il va désormais porter le maillot des Cavs. On vous explique pourquoi.

Source image : NBA League Pass

Alors qu’on était en plein dans le match des Bleus hier soir face à l’Allemagne, une grosse bombe est tombée sur le monde de la NBA avec le transfert XXL de Donovan Mitchell à Cleveland. Si on s’attendait à un potentiel trade de Spida, on ne l’imaginait pas du tout terminer dans l’Ohio. Et pour cause, les Knicks étaient les grands favoris pour s’attacher ses services. Mais que s’est-il passé dans les négociations entre New York et Utah ? Le Woj raconte. 

Pendant deux mois, les Knicks et le Jazz étaient en contact. Il y a eu des discussions, il y a eu des impasses, il y a eu des rumeurs, mais pendant tout ce temps New York restait tout en haut sur la liste des destinations potentielles pour Donovan Mitchell. Originaire d’Elmsford dans l’État de NY, Spida s’était d’ailleurs rendu plusieurs fois dans la Big Apple, notamment pour aller mater l’équipe de baseball des Mets et accessoirement imaginer son avenir au Madison Square Garden.

Si l’on en croit Adrian Wojnarowski d’ESPN, la première véritable offre soumise par les Knicks au Jazz date de début juillet, et elle était conséquente : R.J. Barrett, Obi Toppin, Mitchell Robinson et pas moins de trois picks de premier tour non protégés. Les décisionnaires d’Utah Danny Ainge et Ryan Smith ont dit non, probablement dans le but de faire monter les enchères. C’est souvent comme ça que ça se passe au début des négociations, on demande la lune pour obtenir le meilleur deal possible. D’un côté comme de l’autre, on savait que les discussions étaient alors loin d’être terminées, et ce malgré la prolongation de contrat de Robinson.

Dimanche 28 août 2022. Aucun deal ne s’est manifesté depuis l’offre initiale et Donovan Mitchell est donc toujours à Utah. Mais c’est précisément à ce moment-là que les choses s’accélèrent. Une base de transfert vient effectivement d’être trouvée entre les Knicks, le Jazz et une troisième équipe (Evan Fournier aurait notamment été impliqué dans le deal, rejoignant cette troisième équipe en compagnie d’un premier tour de draft de New York), une base comprenant R.J. Barrett, trois choix de premier tour de draft, deux picks de second tour, deux pick swaps et un jeune joueur supplémentaire. C’est précisément sur ce dernier élément que le transfert va capoter. D’après le Woj, le Jazz veut Quentin Grimes, mais les Knicks proposent Immanuel Quickley. Utah est prêt à prendre Quickley dans le deal, mais à condition que les trois picks de premier tour de draft soient tous non protégés. Dans le potentiel deal impliquant Grimes, Danny Ainge était prêt à accepter deux picks de premier tour non protégés et un troisième protégé Top-5.

Au final, le Jazz a dit non et Leon Rose a dit non également, le boss des Knicks voulant garder quelques assets en réserve pour réaliser d’autres trades à l’avenir. New York et Utah quittent ainsi la table des négociations sans avoir trouvé d’accord, mais sans pour autant avoir fait une croix sur un potentiel transfert, et ce même après la grosse prolongation de contrat de R.J. Barrett. Sauf que les discussions ne reprendront jamais. Le manager général des Cavaliers Koby Altman a profité de la brèche pour s’incruster et doubler les Knicks en proposant une grosse offre à Utah, une offre suffisamment convaincante aux yeux de Danny Ainge pour ne pas envisager une nouvelle négociation avec Leon Rose.

La question que tout le monde se pose aujourd’hui, c’est la suivante : les Knicks le regretteront-ils ? Ils étaient en pole position pour obtenir un joueur calibre All-Star et l’associer à Jalen Brunson sur le backcourt, mais c’est Cleveland qui a fait le nécessaire pour réaliser un gros coup. Forcément ça passe mal aux yeux de certains fans de New York, d’autant plus que la Conférence Est s’annonce hyper compétitive la saison prochaine. Mais dans le même temps, les Knicks ont conservé R.J. Barrett qui devrait continuer son ascension, ainsi que leur gros capital draft. Peut-être que Spida n’était pas l’homme sur lequel il fallait tout miser pour tenter de retrouver les hauteurs de l’Est, et que New York a bien fait de refuser les demandes de Danny Ainge. Ou peut-être qu’on se dira un jour que les Knicks ont clairement raté le coche. Seul l’avenir peut nous apporter des réponses mais ce qui est certain, c’est que l’année prochaine il y a une équipe qui aura les moyens de jouer les premiers rôles et une autre qui risque de galérer une nouvelle fois pour jouer les Playoffs. On vous laisse deviner laquelle.

Pratiquement tout le monde attendait Donovan Mitchell à New York, c’est finalement à Cleveland qu’il continuera sa carrière NBA. Une nouvelle preuve que tout peut arriver en NBA et que rien n’est jamais écrit à l’avance. Les Knicks sont aujourd’hui les mieux placés pour en témoigner. 

Source texte : ESPN / Woj Pod

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top