Los Angeles Clippers

John Wall est impatient de jouer avec les Clippers : « Vous me dites que le 3ème meilleur défenseur adverse sera sur moi ? Bah bon courage »

John Wall

Amitiés aux « troisièmes défenseurs » de NBA.

Source image : YouTube

Interrogé pour la première fois depuis qu’il a signé un contrat de 13 millions de dollars sur deux ans avec les Clippers, John Wall est revenu sur son futur rôle au sein de la franchise. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancienne star des Wizards n’a toujours pas sa langue dans sa poche.

Venu à Las Vegas pour assister – comme beaucoup d’autres joueurs NBA – à la Summer League 2022, John Wall a logiquement répondu aux questions des journalistes sur sa signatures à Los Angeles. Une prise de parole qui ne transpirait clairement pas l’humilité, mais où le meneur a au contraire montré toute sa confiance en ses capacités à revenir au plus haut niveau. La mise au point était nécessaire pour celui qui n’a participé qu’à 40 rencontres en trois ans et demi en raison d’importantes blessures, et était considéré par beaucoup comme le pire contrat de la NBA (47 millions de dollars pour la prochaine saison). Il était ainsi temps pour Jean Mur de prendre un nouveau départ. Renonçant à plus de six millions de dollars sur les 47 initiaux pour parvenir à un buy-out avec les Rockets, ce dernier a donc choisi de rejoindre les Clippers. Une situation que le meneur considère aujourd’hui comme idéale, au micro d’ESPN, en témoigne son enthousiasme bien palpable. Avis aux défenses adverses, le bonhomme n’a pas prévu de vous faire de cadeaux la saison prochaine.

« Je suis super excité ! Je n’ai pas encore pu jouer mais j’ai hâte de pouvoir le faire, d’accélérer le jeu, d’avoir tous ces gars qui peuvent rentrer des tirs mais aussi défendre très dur. […] Ça sera compliqué pour les autres équipes de nous défendre et je suis content de ça car je n’aurais pas le meilleur joueur en défense sur moi comme ça a été le cas toute ma carrière. Vous me dites que le troisième meilleur défenseur adverse va devoir me tenir ? Bonne chance. »

On aime toujours entendre ça, mais maintenant il va falloir assumer John. Pour rappel, tu es encore en compétition avec Reggie Jackson pour savoir qui d’entre-vous deux sera titulaire. Néanmoins, une place de sixième homme ne serait pas une mauvaise chose pour M’sieur Mur. En leader de la second unit, ce dernier pourrait à nouveau laisser ses qualités de scoreur et playmaker s’exprimer et ainsi retrouver un rôle qui lui correspond plus intrinsèquement. D’ailleurs, l’intéressé a lui-même avoué n’en avoir que faire d’aller sur le banc ou non, tant qu’il avait l’opportunité de se battre pour un spot, encensant par la même occasion Reggie et sa dernière saison. Si John Wall est donc plein de confiance sur son niveau actuel, il est également conscient qu’il va devoir se faire sa place au sein de cette équipe des Clippers qui n’a que pour seule ambition de remporter un titre. Ça tombe bien, c’est aussi l’objectif du meneur.

« J’étais juste heureux d’avoir l’opportunité de revenir dans la Ligue. Je n’étais pas vraiment intéressé par les autres équipes. Elles sont très bien et je suis ravi qu’elles aient tenté de me recruter mais je regardais la scène en me disant : ‘Où est-ce que je peux aller où je n’aurais pas besoin d’être le John Wall de 2016, de porter toute la charge et d’avoir la pression sur moi ?’ Et je pense qu’il leur manquait un élément sur le poste de meneur donc c’est une situation géniale pour moi d’être là. […] À ce stage de ma carrière, je ne veux pas être Batman tous les soirs pour que l’on gagne. Dans l’équipe, tout le monde peut être Batman. »

Désolé John mais non. Tout le monde sait qu’il n’y a qu’un seul Batman en NBA et que son prénom est Nicolas. Quoiqu’il en soit et indépendamment de notre super-héros national, l’ancien All-Star a tenu à rappeler de quel bois il était fait. Interrogé sur ses potentielles difficultés en raison de ses blessures et notamment celle au tendon d’Achille, le poste 1 est revenu sur ses dernières performances lors de la saison 2020-21 avec les Rockets. En tant que titulaire, ce dernier enregistrait quasiment 27 points et 7 passes de moyenne en 32 minutes de temps de jeu à Houston. On a beau dire ce que l’on veut, c’est franchement pas mal après une absence aussi longue. Après avoir pris le temps de se reposer, cette nouvelle page dans la carrière de John Wall pourrait donc s’avérer salvatrice, lui qui ne cesse de répéter qu’il n’est plus gêné par son corps et qu’il ne pense qu’à une chose lorsqu’il rentre sur le terrain : se la donner à fond. Toutefois, il lui faudra néanmoins s’adapter à ce rôle d’option offensive secondaire.

Expliquant avoir vécu les trois années les plus sombres de toute sa carrière (en plus de ses blessures, ce dernier a tragiquement perdu sa mère et sa grand-mère), John Wall va donc faire son grand retour sur les parquets NBA. Forcément, au vu de ses récentes déclarations, le quintuple All-Star sera attendu au tournant par l’ensemble des observateurs. Confiance, motivation, combativité, tous les ingrédients sont réunis pour que John Wall écrive peut-être les plus belles pages de son histoire. En tout cas, on le lui souhaite.

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top