Timberwolves

Tim Connelly et Rudy Gobert, l’heure des retrouvailles : le GM l’avait bazardé en 2013, mais il est finalement retourné le chercher

Tim Connelly Gobert

Les retrouvailles !

Source image : montage TrashTalk via YouTube

C’est l’une des grosses bombes de cette Free Agency 2022. Rudy Gobert sera un joueur des Wolves l’année prochaine, aux côtés d’Anthony Edwards, Karl-Anthony Towns et il retrouvera également… Tim Connelly, un homme qu’il connaît bien. Tout récemment nommé directeur des opérations basket de Minnesota, ce dernier avait drafté Rudy en 2013 alors qu’il était encore en poste chez les Nuggets. Il ne l’avait pas conservé et l’avait envoyé au Jazz contre Erick Green… 

Faute avouée à moitié pardonnée. L’adage fonctionnerait presque pour illustrer ce papier tiens. Et oui, puisqu’en rejoignant les vertes forêts de conifères du Minnesota, Rudy Gobert va retrouver son premier general manager. Il s’agit effectivement de Tim Connelly, lui aussi fraîchement débarqué chez les Loups il y a quelques semaines. Allez, c’est l’heure de remonter le temps, alors montez dans la machine et direction juin 2013. Nous sommes au Barclays Center de Brooklyn et les plus malins d’entre vous auront compris que ce n’est pas pour les Finales NBA – en même temps l’équipe des Nets d’alors fait flipper mais pas dans le bon sens – mais bien pour la Draft. Le monde tout entier bave devant le talent exceptionnel d’Anthony Bennett, le futur LeBron. Hé, ça vieillit plutôt mal par ici. Plus sérieusement, les Nuggets possèdent le 27ème choix de la soirée et c’est Tim Connelly, un GM de seulement 36 ans tout juste en poste à Denver, qui doit décider quelle direction la franchise doit prendre pour les prochaines années. Avec ce pick 27 c’est donc Rudy Gobert, le pivot de Cholet Basket, qui est choisi par les copains des Rocheuses. Une poignée de main rapide avec David Stern, puis un coup de fil et l’ordre de changer de casquette. Oui, après quelques minutes dans le Colorado, Rudy file à Utah. La contrepartie du deal ? Erick Green, le 46e choix de la même cuvée et du cash. Vous ne savez pas qui c’est ? Plutôt logique, il n’a eu qu’un rôle très limité en NBA avant de filer en Europe.

Pour tous ceux qui – à raison – voudraient se foutre un peu de la tronche de ce cher Tim Connelly, n’oubliez pas qu’avec le 41e choix de la Draft 2014, le monsieur a été nous chercher un certain Nikola Jokic. Oui, un double MVP en titre au second tour. Paraît que même dans les parfumeries de Grasse, ils n’ont pas un flair comme ça. L’affront est donc lavé depuis deux jours, puisque le néo-gestionnaire sportif des Wolves vient d’hypothéquer sa franchise toute entière pour s’attacher les services de son éphémère rookie. L’objectif de ce transfert ? Pouvoir décaler KAT au poste 4, semble-t-il à sa demande, et ajouter un rideau défensif de premier choix dans la raquette. Minny veut passer un cap et ramener pour la première fois le Larry O’Brien dans le Nord. Bien sûr, si l’histoire fait logiquement sourire puisque les deux hommes se retrouvent neuf ans plus tard, ne mettons pas un caramel gratos à ce cher Tim. Les GM de toutes les franchises font chaque année des échanges avec leurs picks de fin de premier tour, alors soyons un peu indulgents à ce niveau-là.

Tim Connelly aura t-il prévu les petits fours et le champagne pour les retrouvailles avec son (ex) nouveau pivot préféré ? On l’espère, car cette relation avec Rudy doit se lancer sur les meilleurs rails possibles. Pourquoi ? On vous rappelle juste que Minnesota a envoyé son assurance vie à Utah dans ce transfert hein. 

Source : thejnotes.com 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top