Futures stars

Le mois de mai de Victor Wembanyama : nouveau trophée de meilleur jeune dans le sac et découverte des Playoffs

Victor Wembanyama 2 20 avril 2022

Le palmarès continue de s’étoffer… en attendant un titre de champion de France dans quelques semaines ?

Source image : Twitter @LDLCASVEL

À quelques heures du début des Finales NBA, les Playoffs battent aussi leur plein sur les parquets du championnat de France. L’ASVEL s’est fait très peur au premier tour face à Cholet mais les Villeurbannais affronteront bel et bien Dijon pour une place en finale. L’occasion notamment de voir comment se débrouille Victor Wembanyama pour sa toute première postseason chez les pros.

Avant même de se plonger dans le sportif et les récents résultats du V sous le maillot noir et blanc de Villeurbanne, il y a plein de choses à dire dans l’actualité du natif du Chesnay. Plus de 12 mois avant sa Draft, la hype ne fait que monter et il n’y a qu’à voir tous les fans de franchises NBA mal en point souhaiter voir leur équipe tanker la saison prochaine pour comprendre à quel point il alimente de nombreux fantasmes au pays de l’Oncle Sam.

Une armoire à trophées qui continue de se remplir

Juste devancé par Rokas Jokubaitis au vote des coachs pour le EuroLeague Rising Star récompensant le meilleur jeune, Victor Wembanyama n’est pas passé loin de succéder à Luka Doncic, Usman Garuba ou encore Bogdan Bogdanovic et Ricky Rubio pour remonter un peu plus loin en arrière. Meilleur contreur de la compétition, le Frenchie a sans doute payé ses nombreuses absences en première moitié de saison avec 13 apparitions contre 37 pour le meneur lituanien. Il aura une autre chance l’année prochaine d’inscrire son nom au palmarès de ce trophée qui promet généralement une belle carrière ainsi qu’un passage correct en NBA à ses lauréats. Heureusement, le prodige de l’ASVEL ne repartira pas les mains vides cette saison. En attendant de peut-être remporter une nouvelle récompense durant les Playoffs, il a été désigné meilleur jeune du championnat de France pour la deuxième année consécutive. Certains pointeront, là encore, ses absences à répétitions jusqu’au mois de février, mais avec des moyennes de 9,4 points, 5,1 rebonds et 1,8 contre à 47% au tir en 16 matchs, le dossier du protégé de Tony Parker avait tout de même des arguments solides. Déjà très rôdé à l’exercice médiatique, VW s’est tout de même fendu d’une petite quote pour résumer sa première année dans le Rhône sur l’antenne de beIN Sports.

« Une saison très satisfaisante puisqu’on termine premiers de la régulière. Pour revenir à l’individuel, je pense que c’était une saison intéressante et que j’ai confirmé que je pouvais dominer en Betclic Élite et en EuroLeague. »

Victor Wembanyama toujours au sommet des mock draft NBA 2023

Être désigné meilleur jeune dans son pays, c’est bien. Être considéré comme le meilleur de sa génération worldwide, c’est encore une autre histoire. En janvier dernier, nous faisions état du statut de favori de Victor Wembanyama à la Draft 2023. À l’époque, il n’avait presque pas joué de la saison. Quelques mois plus tard, son rang de leader n’a fait que se renforcer, avec cette fois des images et des statistiques pour appuyer les propos des experts scouting de chez ESPN. Habitué à voyager dans le monde entier pour observer les meilleurs prospects de la planète, Mike Schmitz reste bouche bée devant le potentiel du Français.

« Wembanyama est la vraie pépite de cette cuvée et le meilleur prospect au monde, peu importe l’âge. J’ai longtemps considéré le big man français de 18 ans comme le meilleur prospect que j’ai personnellement pu observer, et à 2,19 m, avec une envergure de 235 cm et plus de 3 mètres les bras levés, il est en train de confirmer ce potentiel infini avec une réelle production à l’ASVEL. […]

Plus que les chiffres, c’est la manière dont il obtient ses statistiques qui impressionne. L’ASVEL le libère avec des écrans sans ballon comme un ailier, lui permettant de profiter de son toucher de balle. Avec son handle et son footwork, il ressemble à un Kevin Durant en plus grand, capable de créer et mettre stepbacks à trois points. Il commence à étoffer son jeu à mi-distance, il peut se retourner à coup d’épaule avec une facilité déconcertante. Il arrive à attraper des lobs qu’aucun autre joueur sur la planète ne peut imaginer attraper. En plus de tout ça, il protège son cercle à un niveau fantastique – bien plus que Rudy Gobert au même âge – tout en montrant une capacité à switcher sur les arrières comme aucun autre joueur de sa taille ne peut le faire. Wembanyama est le seul joueur de l’histoire de l’EuroLeague à avoir un pourcentage de contre de 12%.

Il a toujours des petits errements défensifs proche du panier et il peut parfois être un peu trop confiant offensivement. Sa carrure encore frêle pose aussi question sur sa longévité. Mais Wembanyama est un prospect unique, il peut changer une franchise et c’est un futur MVP en NBA tant qu’il reste en bonne santé. »

Vous ne lirez certainement rien de plus élogieux à son sujet aujourd’hui et on parle d’un expert qui passe son temps à étudier le jeu des futurs joueurs NBA. Si vous doutiez encore du potentiel du jeune homme ou de notre neutralité à propos du plus grand prospect français de tous les temps, cela vous aidera peut-être à ouvrir les yeux à son sujet.

Mike Schmitz, parlons en. Le responsable de la rubrique scouting d’ESPN est actuellement en train de se reconvertir dans la gestion sportive d’une franchise NBA. Selon les dernières rumeurs lancées par son confrère et collège, Adrian Wojnarowski, il serait en train de finaliser un contrat pour devenir le nouvel assistant GM des Blazers. Son expertise sera de grande utilité dans l’Oregon qui n’a pas forcément toujours fait les meilleurs choix à la Draft par le passé. Tout le monde ne peut pas se vanter d’avoir laissé passer Michael Jordan et Kevin Durant à la Draft. En tout cas, vu la situation critique à Rip City, cette annonce nous fait dire que les Blazers ne refuseront pas de miser sur Victor Wembanyama en cas de disponibilité en 2023. Malheureusement pour eux, ils risquent de ne pas être les seuls sur le coup. Alors que la loterie de Draft 2022 a rendu son verdict, on voit déjà de nombreux fans se projeter vers la Draft suivante. Il y a des années ou le tanking est plus rentable que d’autre et il faudra s’attendre à des bilans extrêmement faibles en 2022-23 dans la course au V.

Récemment, un scout NBA resté anonyme a même été plus loin en dressant un portrait qui ferait rêver n’importe quel manager d’équipe.

« Pour faire simple, il peut défendre comme Gobert, attaquer comme Porzingis et avec les qualités de passe de Jokic. S’il reste en bonne santé, humble et ambitieux, il peut être le nouveau phénomène NBA à venir d’Europe. »

Les Playoffs, la découverte d’un autre monde

Loin de se préoccuper de tous ces compliments prononcés à son égard, Victor Wembanyama poursuit sa saison d’apprentissage à la confluence du Rhône et de la Saône. Dès le 1er mai, il pose un chantier face au Mans pour célébrer la fête du travail. Absent trois rencontres pour prendre soin de son corps et prendre des précautions maximales, il a fallu attendre le début des Playoffs pour le retrouver. Contre Cholet, il réalise une première prestation timide, à l’image de toute son équipe surprise à domicile. L’entraîneur, T.J. Parker, fera le choix de ne presque pas faire appel à lui dans l’acte II à la Meilleraie (2 minutes de jeu). L’apprentissage du haut niveau passe également par-là et Victor n’est pas encore le go-to-guy de son équipe ce qui est presque rassurant pour son âge.

Victor et Villeurbanne peuvent remercier Élie Okobo pour les travaux. De retour à l’Astroballe pour un Game 3 décisif, Wembanyama est beaucoup plus en jambe. Il enquille notamment deux tirs primés de suite en milieu de troisième quart-temps dont un and-one qui s’avérera précieux au final (victoire 84-82). Sous les yeux de Giannis Antetokounmpo venu encourager son frère, Wemby a répondu présent et on salive déjà des duels qu’il pourrait se livrer avec le Grec sur les parquets de la NBA d’ici quelques années.

Un avenir en Bleu à préparer

Il existe même un scénario dans lequel Victor Wembanyama et le Greek Freak se croisent dès cet été sur les terrains de l’EuroBasket 2022. Pour le moment, le Villeurbannais ne fait pas partie de la liste des 16 joueurs retenus par Vincent Collet pour disputer les qualifications pour la Coupe du Monde 2023. Cet oubli interpelle alors que deux joueurs de l’ASVEL ont été appelés. On suivra évidement la suite des événements pour voir si on peut espérer apercevoir le V se faire une première expérience internationale avec les adultes en septembre ou si le sélectionneur juge que c’est encore un peu tôt dans le développement du jeune joueur.

Autre perspective aguichante, le processus de naturalisation de Joel Embiid a fait naître des envies qu’on n’aurait jamais soupçonné. Un trio Rudy Gobert, Joel Embid et Victor Wembanyama sous le maillot de l’EDF, c’est quel genre de cheat code ça ? Pourtant, la phrase ne paraît plus si impossible que cela. Les cainris sont prévenus, la France ne se contentera de rien d’autre que l’or.

Pour terminer avec les rumeurs autour du maillot bleu-blanc-rouge, la venue de Vincent Collet sur le banc de l’ASVEL est chuchotée par certains en coulisses. Ce serait notamment l’opportunité pour le sélectionneur de côtoyer son joyau toute une saison avant les grosses échéances internationales de 2023 et 2024.

Le mois de mai de Victor Wembanyama en chiffres :

  • 1er mai vs Le Mans (championnat) : 12 points à 5/7 au tir dont 2/3 du parking, 6 rebonds, 4 contres, 1 interception, 3 turnovers, 4 fautes personnelles et 2 fautes provoquées en 19 minutes
  • 4 mai @ Gravelines-Dunkerque (championnat) : DNP
  • 10 mai vs Cholet (championnat) : DNP
  • 17 mai @ Limoges (championnat) : DNP
  • 24 mai vs Cholet (Playoffs) : 2 points à 1/4 au tir dont 0/1 du parking, 2 rebonds, 1 contre, 3 fautes personnelles et 1 faute provoquée en 15 minutes.
  • 27 mai @ Cholet (Playoffs) : 0 point à 0/0 au tir et 2 fautes personnelles en 2 minutes.
  • 29 mai vs Cholet (Playoffs) : 7 points à 2/4 au tir dont 2/4 du parking et 1/1 aux lancers, 1 rebond, 1 contre, 2 turnovers et 3 fautes provoquées en 9 minutes.

C’est encore un mois riche qui se termine pour le V, pleinement concentré sur le terrain pour continuer sa progression censée l’amener jusqu’à Pluton. Cela passera par un premier match important face à Dijon dès ce soir, dans sa quête d’un premier titre collectif chez les pros. Mais à en croire les spécialistes, quelques statuettes devraient vite venir garnir son armoire à trophées.

Sources texte : ESPN, LNB

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top