Celtics

Après le DPOY, Marcus Smart empoche le Hustle Award : un sacré doublé pour le gladiateur de Boston

Marcus Smart Gary Payton

Et de deux pour Monsieur Intelligent !

Source image : Twitter NBA on TNT

Si on recherche la définition de « soldat » sur Google, on tombe directement sur une photo de Marcus Smart. Normal, le meneur des Celtics a le combat dans le sang, et c’est pour cela qu’il remporte cette année le « Hustle Award » devant Pat Connaughton, Bruce Brown, Bobby Portis et Isaiah Stewart.

On sait que les Américains adorent tout transformer en statistiques. Donc en 2016-17, la NBA a décidé de créer une récompense spéciale pour les joueurs aux actions invisibles sur les feuilles de matchs, toutefois chiffrées depuis 2016. Les « hustle stats » permettent maintenant de repérer et de récompenser les joueurs les plus combatifs sur le terrain. Cette année, Marcus Smart a su montrer qu’il jouait avec un couteau entre les dents, comme un vrai mort de faim en manque de ballon. Après avoir été récompensé par Gary Payton pour son titre de Défenseur de l’année, le meneur des Celtics avait encore son mot à dire sur l’attribution des récompenses de la saison et en a profité pour en récupérer une autre. Les chiffres parlent pour lui : il se classe dans le top 25 de chaque catégorie de ces statistiques spéciales, comme les passages en force, les déviations, les balles perdues récupérées, les aides défensives sur écrans, et les box out. Des domaines dans lesquels peu sont réguliers, hormis Marcus Smart, ce bulldog à la faim de loup qui saute sur les ballons, et qui n’hésite pas à foncer dans le tas pour monter au cercle. Sur ces Playoffs, le Défenseur de l’année mène la danse avec huit passages en force en douze matchs. Un beau ratio pour un gars qui n’a pas peur de revenir en jeu après s’être plié la cheville en quatre.

Marcus Smart est donc devenu cette nuit le seul joueur ayant remporté plusieurs fois le Hustle Award depuis sa création en 2016-17. Il succède au vainqueur incontesté de la saison dernière, Thaddeus Young. Pour ce qui est des lauréats des années précédentes, on y retrouve – sans surprise – Pat Beverley, vainqueur inaugural de ce trophée, et symbole évident du joueur plein de combativité et de bave qui dépasse du coin des lèvres. Ensuite, on a eu Amir Johnson – du temps où il était un Sixer – Marcus Smart en 2018-19, et Montrezl Harrell l’année suivante, sous la tunique des Clippers.

Pour Marcus Smart, c’est l’heure des retrouvailles avec une récompense qui lui va très bien au teint, et qui s’accorde parfaitement avec son petit globe de Défenseur de l’année. Le soldat est blessé lors de ces Finales de Conférence Est, mais on espère le voir revenir en opération commando sous peu.

Source texte : NBA

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top