Bucks

La sale première mi-temps de Giannis Antetokounmpo : 5 points et 2 ballons perdus à 2/12 au tir, le Grec Frites s’est fait bouffer

Giannis Antetokounmpo

Pauvre bonhomme.

Source : NBA League Pass

Il avait dominé le Game 1 de bout en bout, laissant derrière lui un TD Garden estomaqué, Giannis Antetokounmpo a subi ce mardi la dure loi d’un match à réaction. La cause ? Une défense de Boston bien retapée par Ime Udoka qui s’est correctement occupée du Grec. Le double MVP n’a jamais pu tirer son épingle du jeu et influer sur l’issue de la partie, logiquement perdue par Milwaukee

Pour l’intégralité des stats du match, c’est par là !

Cette nuit, Giannis avait la gueule de bois, ou plutôt le coude en bois. Attendu au tournant par la planète basket pour poser une nouvelle soirée de domination, le Greek Freak est passé à côté de sa rencontre. Attention, dans l’argot athénien, « passer à côté » signifie 28 points, 9 rebonds et 7 passes. Mais voilà, le basket ne se résume pas aux statistiques, et bien heureusement d’ailleurs. Dans le texte, la soirée du double MVP n’a pas été une partie de plaisir avec un vieux 11/27 au shoot ainsi qu’un très douteux 5/9 aux lancers. Le Grec a été bien trop à l’étroit pour vraiment impacter le match, la suite du texte est donc déconseillée aux claustrophobes. Ime Udoka a très bien joué le coup, envoyant un Grant Williams complètement déchaîné pour harceler la star des Bucks. Torse en bitume, prises à deux systématiques, Giannis déjoue et n’arrive pas à rejoindre sa zone de confiance, sous le panier. Il est limité à des tirs en périphérie, ce qui est loin d’être sa première spécialité. Les seules fois où il a tenté de forcer l’accès au cercle se sont soldées par des passages en force provoqués avec beaucoup de filouterie par les C’s. Non, il n’y avait pas grand-chose à faire ce soir.

Les Celtics ont pourtant déjoué dans le deuxième acte, et le boss des Daims aurait pu en profiter pour remettre les siens sur de bons rails. Spoiler : il l’a fait, mais Jaylen Brown et ses potes ont résisté à l’assaut, et la défense flottante – excellement incarnée par Al Horford – s’est remise à… flotter. Tiens, parlons en d’Al Horford. Le gars a 35 piges, défend occasionnellement sur l’un des meilleurs joueurs de NBA avec une agilité féline, et l’empêche systématiquement de se rendre dans sa zone de confort. Nous on appelle ça une masterclass. Alors oui, Giannis aurait pu partager la gonfle et profiter, comme au Game 1, du ciblage défensif autour de sa personne. Mais ça, c’était sans compter sur l’ajustement « flottement » évoqué plus haut, qui a bloqué TOUTE l’attaque de Milwaukee. Placée à la perfection, la bande de Grant Williams a dissuadé les Daims de tenter l’extra-passe, ainsi que toute percussion suivie d’une sortie de balle vers les extérieurs. Mike Budenholzer a désormais trois jours pour trouver la solution qui permettra à son groupe de parer cette chorée Just Dance, sinon ça pourrait vite sentir le sapin dans les vertes forêts du Wisconsin.

Pour Giannis Antetokounmpo, il va falloir relever la tête une fois rentré à la casbah. L’alerte est encore légère et le tir est rectifiable, mais il s’agit tout de même d’une alerte. Ne pas considérer ceci à sa juste valeur en Playoffs peut s’avérer fatal, et ça les Bucks ne doivent pas l’oublier. Surtout sans Khris Middleton.

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top