Mavericks

Luka Doncic a touché au sublime face aux Sixers : 33 points, 13 rebonds, 15 passes, et un formidable duel remporté face à Joel Embiid

Luka Doncic 5 février 2022

On ne va pas y aller par quatre chemins : ce fut l’un des plus beaux matchs de la saison. Et Luka Doncic ? Il a joué comme un MVP, tout simplement.

Source image : NBA League Pass

On ne va pas se mentir, ce fut l’un des plus beaux matchs de la saison, avec tout ce qu’il faut de perf, de star system, de highlights, de beau jeu, de suspense et même de WTF. Au final Luka Doncic l’emporte face à Joel Embiid, les Mavs l’emportent face aux Sixers au terme d’un match arrête une heure et terminé au petit matin. NBA, voilà pourquoi on love this game.

Les stats maison de cette douceur ultime de match c’est juste ici

Un début de match à l’avantage des Mavs, avec un Dorian Finney-Smith qui pilonne d’entrée du parking et un Joel Embiid qui ne parvient à répondre que sur la ligne. 6-1 Dallas, place au deuxième set. On crédite ensuite Tobias Harris d’un bon début de match bien agressif, et quelques minutes plus tard Luka Doncic passe son compteur points à sept unités sur un gros step-back from the piscine mais s’agite dans tous les sens en revenant défendre. Ce qu’il se passe ? Ce qu’il se passe est assez ubuesque puisque Lulu fait signe aux arbitres que le cercle n’est… pas droit, il a l’œil le gamin, et tout le monde se dirige alors sur le banc le temps que Bob le Bricoleur ne se charge de rectifier tout ça. Spoiler, la pause durera plus d’une heure, incroyable roupillon devant le PC à patienter devant des daubes telles que Rockets – Spurs ou Thunder – Blazers, dont la mi-temps est sifflée alors que la moitié du premier quart n’est toujours pas passée à Dallas. L’une des images de la nuit ? Si l’on met de côté un badaud trouvé dans les coursives et se pointant avec une pince, un tournevis, une échelle et un niveau à bulles ? Luka Doncic et les arbitres qui vont chercher… Boban Marjanovic et ses 2m26 pour tenter de remettre le bouzin droit, le tout sans décoller les pieds du sol, incroyable délire à 4h45 du matin, comme si on avait que ça à faire alors que la boulangerie ouvre ses portes. Bref il faudra finalement ramener un panier entier sur le parquet, le cercle, la planche, le pied, tout, et ça prend une plombe, et tout le monde refroidit, et il fera bientôt jour.

Plus d’une heure plus tard tout est revenu dans l’ordre, on y retourne et après quelques minutes d’échauffement on a enfin droit au choc qu’on nous avait promis. Joel Embiid salue à nouveau tout le monde dès la reprise, Dallas met bien trois minutes avant de scorer dans ces toutes nouvelles ficelles et malgré un Reggie Bullock qui enquille les lancers les premières rotations des Sixers sont plus énergiques et Philly prend rapidement une dizaine de points d’avance. Luka Doncic sauve la mise des Texans à la toute fin d’un premier quart-temps qui aura donc duré deux heures, 33-24 Sixers, on enchaine. Le début du second quart est marqué par l’accélération de Tyrese Maxey et la bonne entrée de George Niang mais fort heureusement pour Jason Kidd et ses hommes Jalen Brunson met le nez à la fenêtre et permet aux Mavericks de garder le cap. Luka Doncic is back, score et sert Régie Bouloque, mais Joel Embiid tient à son rang de favori dans la course au MVP et décide que dix points d’écart c’est bien. A la dure, sur la ligne des lancers et dans la tronche de Boban, et la mi-temps résonne quelques secondes après un hook réussi de l’idole du peuple texan : Monsieur Boban Marjanovic, encore lui, dans une ambiance de fête foraine évidemment.

Le trio Luka Doncic / Jalen Brunson / Dwight Powell revient des vestiaires la bave aux lèvres, un peu comme quand votre rédacteur favori découvre stupéfait une promo sur de la Tomme de Savoie, et très vite les Mavs recollent, pendant que Luka Doncic plante sur la défense de Philly un… dunk féroce, son deuxième seulement de la saison puisque l’on parle d’un homme à la condition physique d’un lamentin même si la rumeur dit qu’il a perdu quelques kilos récemment. Ah, bah ça se voit. Joel Embiid bien tenu ce sont donc les lieutenants T-Max et Tobias qui assurent le scoring pour Philly, pendant que Luka chauffe salement, pendant que… Frank Ntilikina nous lâche un 3+1 tout droit venu de Strasbourg. Les Mavs ont récupéré le momentum et c’est le moment choisi par le Golden Boy slovène pour poser un énorme pétard, son deuxième en trois minutes, son troisième de la saison, et l’on se dit alors qu’il vaut mieux arrêter la saison tout de suite si le gamin se met à postériser tout le monde.

Avec ces conneries les Mavs ont pris sept points d’avance mais… Tyrese, encore lui, puis George Niang et Danny Green font chauffer le poignet et ramènent les gosses à la raison et les Sixers devant, 89-85 à huit minutes du terme. Luka Doncic vient de valider un énième triple-double et prend clairement les choses en main en régalant le public, Reggie Bullock et Dwight Powell, à moins de trois minutes de la fin Joel Embiid semble être fâché puisqu’il enquille un gros trois et une énorme bâche sur le blondinet… mais c’est bel et bien le blondinet qui aura le dernier mot après un dernier and one bien viril, synonyme de fin du bal dans un American Airlines Center en feu

Score final 107-98, Luka Doncic valide un énorme triple-double avec 33 points, 13 rebonds et 15 passes, et les Mavs frappent un grand coup face à une équipe en forme, face à un Joel Embiid en difficulté alors qu’il marche sur l’eau depuis trois mois, face à une équipe qui récupèrera peut-être très bientôt… James Harden, mais ça c’est encore une autre histoire. Notre histoire du jour, elle, vous rappelle une dernière fois que Luka Doncic est un extra-terrestre, et que cette équipe de Dallas joue très, très, très bien au basket, même quand un match dure plus de quatre heures.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top