Rockets

Les Rockets s’interrogent sur l’avenir de Stephen Silas : encore un coach qui pourrait bientôt pointer à Pôle Emploi

rafael stone stephen silas

Jean qui pleure et Jean qui rit, façon Rockets, ça donne Silas qui pleure et Stone qui rit.

Source image : YouTube/Houston Rockets

Depuis le début de la saison, les Rockets perdent et c’est normal, c’est l’objectif de la franchise. Mais pourtant, malgré cette mission jusqu’à présent ardemment remplie, Stephen Silas sent le vent tourner en sa défaveur. Le coach en chef des Fusées pourrait bientôt se faire licencier de la base spatiale. Perdre oui, mais avec la manière.

Nous sommes le 24 novembre 2021 et à ce jour, Houston n’a plus goûté à la victoire depuis plus d’un mois. La dernière fois, c’était le 22 octobre à l’occasion d’un duel au sommet (non) contre le Thunder, Jalen Green et ses potes avaient alors battu OKC 124-91. Les Texans étaient à l’équilibre avec une victoire pour une défaite, et on se disait qu’on pourrait peut-être voir de belles choses (encore non). Depuis ce jour, la jeune garde a tout perdu : quinze rencontres, quinze défaites d’affilée et un bilan lunaire de 1 victoire pour 16 revers. Le problème ne réside  pas dans la défaite pour Houston qui est dans un processus de reconstruction et qui a troqué la fusée pour un bon gros tank bien équipé. Non, le problème réside dans le jeu proposé par les Rockets. Les plus pragmatiques diront que si la troupe de Stephen Silas jouait bien, elle ne perdrait pas. C’est vrai mais il y a un juste milieu. Le tanking c’est bien, mais être affreux sur le terrain ça l’est moins. La preuve en chiffres : les Rockets sont la 28e attaque de la Ligue avec 100,2 points marqués et la 27e défense avec 111,4 points encaissés. Les calculs ne sont pas bons et comme souvent c’est le coach qui pourrait bien en faire les frais, indique Bleacher Report.

Le coach des Rockets n’a pas le vestiaire à dos et entretient une bonne relation avec ses dirigeants, mais cela ne fait pas tout. Les défaites s’accumulent et le fond de jeu des Rockets est vraiment déprimant, ce qui pourrait bien sceller le sort du natif de Boston. Son équipe est celle qui perd le plus de ballons de toute la NBA avec 18,8 turnovers par match, sans oublier que les Rockets comptabilisent seulement 20,2 assists par rencontre, soit là aussi le pire total de la Ligue. Les Texans sont donc premiers dans plusieurs domaines, c’est vrai, mais seulement si on regarde les classements à l’envers. Tous ces éléments dégradent l’image de coach Silas qui est en place à Houston depuis la saison dernière. Son bilan global ? 18 victoires (1 cette saison) et 71 défaites (16 cette saison), ce qui n’est vraiment pas jojo. Non, Houston n’est pas dans l’urgence au niveau des résultats et le board texan est bien conscient de la difficulté de la tâche de Silas, mais il faut aussi penser au développement des futurs visages de la franchise. Avec autant de défaites et si peu de jeu mis en place, Jalen Green et Kevin Porter Jr. n’évoluent pas dans un environnement sain et c’est aussi la raison qui pourrait pousser le GM Texan, Rafael Stone, a couper l’herbe sous le pied de son technicien.

Après Luke Walton et avant Frank Vogel, c’est au tour de Stephen Silas de se retrouver sur un siège éjectable. Quand une fusée ne décolle pas, l’on change son premier fusible et à Houston, ce fusible est coach Silas. La messe n’est cependant pas encore dite et il pourrait tenter de sauver sa tête dans les prochains matchs.

Source Texte : Bleacher Report, Jake Fisher.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top