News NBA

Le Sky sacré champion WNBA : Candace Parker offre son premier titre à Chicago, oh les beaux souvenirs qui remontent !

Candace Parker WNBA Champion 18 octobre 2021

Congrats, legend!

Source image : ESPN

La victoire de Chicago en WNBA cette nuit, c’est d’abord celle du collectif. Pour réaliser cet upset après une saison terminée à la sixième place avec un bilan à peine équilibré (16-16), le Sky a eu besoin de tout le monde. Et si Kahleah Copper obtient finalement le trophée de MVP des Finales, la plus belle story de la saison revient logiquement à Candace Parker.

Retenue dans le Top 25 all-time de la WNBA à l’occasion du quart de siècle de la Ligue il y a un mois, Candace Parker rêvait d’un autre titre cette saison. Double championne NCAA, double médaillée d’or aux Jeux Olympiques et deux fois MVP, il lui manquait encore un titre WNBA pour voir double à tous les niveaux. A 35 ans, la légende avait surpris tout le monde durant l’intersaison, mettant fin à 13 ans de collaboration avec les Los Angeles Sparks pour rejoindre la ville de Chicago où elle a grandi. Le choix du cœur avant tout, mais un choix également sportif quand on voit l’issue de la saison du Sky hier soir. L’idée avait toujours été là, dans un coin de sa tête, sans jamais la concrétiser. Il y a quelques années, elle avait d’ailleurs conseillé à Courtney Vandersloot de glisser le nom de James Wade dans les petits papiers de la franchise qui était alors à la recherche d’un nouveau coach. En 2021, le marie d’Edwige Lawson-Wade la remerciera en la menant jusqu’au titre. Mais pour la petite anecdote, c’est peut-être le colis surprise bourré de spécialités culinaires chicagoanes envoyé à Candace Parker durant la Free Agency par Courtney Vandersloot et Allie Quigley qui a terminé de la convaincre de signer dans l’Illinois cette saison.

Pourtant, ce n’était pas gagné. La franchise créée en 2006 n’avait jamais remporté le trophée ultime et la saison régulière avait de quoi faire douter les observateurs : 50% de victoires seulement, une série de sept défaites consécutives et la garantie de croiser le leader en demi-finale si l’équipe arrivait à se hisser jusque-là. Qu’à cela ne tienne, les deux premiers tours en une manche sèche n’ont pas posé le moindre problème et le Connecticut Sun fut avalé en quatre manches au round suivant. À ce moment précis, rien ni personne ne pouvait arrêter la machine. Pas même le Mercury de la GOAT Diana Taurasi qui avait sweepé Chicago lors de leur dernier affrontement en Finales en 2014. Le Game 1 dans l’Arizona donna le ton et même si Phoenix arracha le deuxième acte, c’est bien le Sky qui se pointait à la maison pour clore la série ce dimanche après une large victoire lors du Game 3 (+36). Là encore, l’équipe fit preuve de caractère, remontant un déficit de 11 points dans le dernier quart-temps pour soulever le premier trophée de sa jeune histoire. Avec 11 points dans la dernière période, Allie Quigley a remis le Sky sur les rails avant que Candace Parker ne fasse exploser une Wintrust Arena à guichets fermés en égalisant du parking à 1 minute 57 du buzzer. C’est encore elle qui captera le rebond défensif de la gagne à 5,9 secondes de la fin pour sceller la victoire avant d’aller célébrer ce succès avec son clan. Signer à Chicago signifiait également être séparée de sa fille, Lailaa, restée à Los Angeles. La preuve d’amour ultime de la part de sa progéniture qui l’a toujours soutenue.

« C’est quelque chose que l’on a traversé ensemble. Elle a dû sacrifier sa mère pour que je puisse vivre mon rêve. »

C’est finalement Kahleah Copper qui fut désignée MVP des Finales, mais le trophée aurait très bien pu être collectif tant toutes les tâches ont été réparties. A l’image de ce Game 4, le danger venait de partout dans cette équipe avec cinq joueuses en double figures de moyenne cette saison. Au-delà de ses services en attaque, Candace Parker a aussi été un rempart infranchissable en défense, se servant de son expérience pour apporter ce qui manquait au Sky pour réaliser son rêve. C’est la première fois qu’un seed 6 l’emporte depuis la réforme des Playoffs en 2016 et c’est la première fois que Chicago ramène le trophée WNBA à la maison. Pour Phoenix en revanche, 2021 laissera un goût amer avec deux Finales, chez les garçons et chez les filles, pour deux défaites. Un joli hommage à la FFL.

Cela faisait longtemps que Windy City n’avait pas vécu cette émotion de remporter un titre majeur en basketball. En attendant de voir ce que proposeront les Bulls sur le terrain cette saison, Candace Parker a rendu fière toute une ville, à commencer par Barack Obama et Dwyane Wade. Congrats, legend!

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top