News NBA

Le point sur les petites signatures de la nuit : Harry Giles se relance chez les Clippers, et trois autres garçons sauvent leurs meubles

Et une raison de plus (s’il en fallait encore) pour Dame d’en avoir marre de Neil Olshey.

Source image : YouTube/Sacramento Kings

À proprement parler, il n’y a pas eu de bombes cette nuit, mais quatre signatures en sous-marin dont on pourrait facilement sous-estimer l’impact futur. Pour résumer, on a Harry Giles qui file aux Clippers pour tenter de s’y refaire une santé, Chandler Hutchinson qui s’envole claquer des alley-oops à Phoenix, Tremont Waters qui tente sa chance chez les Bucks et Keita Bates-Diop dans le tank Spurs. On débrief.

Allez, on commence par le plus gros blaze de tous, Mister Harry Giles. L’ailier-fort revient en Californie après un bref passage à Portland, pour une saison bien trop discrète à notre goût. Malheureusement pour lui, les blessures ne l’ont pas épargné et l’empêchent de confirmer ses quelques belles soirées en NBA. Le 20ème pick de la Draft 2017 a notamment eu de gros problèmes aux genoux, pépins qui l’avaient même forcé à rater sa première saison dans la Grande Ligue. Aujourd’hui, Harry va tenter de se relancer chez les Clippers, un peu à la manière de DeMarcus Cousins cette année. Le deal n’est néanmoins pas garanti et le bonhomme devra faire ses preuves pendant le camp d’entraînement. À 23 ans, Giles doit prendre conscience qu’il a une vraie chance d’intégrer le roster des Clippers, les intérieurs ne courant pas les rues hollywoodiennes. Alors ok, Ty Lue adore le small ball et ça lui réussit plutôt bien (demandez à Quin Snyder), mais une présence intérieure ne fait jamais de mal. Quand on voit qu’il n’y a que Marcus Morris en réel ailier-fort et que Ivica Zubac et Serge Ibaka sont pour l’instant la seule concurrence au poste de pivot, on se dit qu’il y a un vrai coup à jouer pour l’ancien crack de Duke et du lycée d’Oak Hill.

À peine arrivé aux Spurs dans le cadre du gros trade de Russell Westbrook, Chandler Hutchinson dépose finalement ses valises à Phoenix après avoir été libéré par la franchise de Pop. L’ailier ultra-athlétique avait passé deux saisons et demie du côté de Chicago avant de nous gratifier de quelques beaux highlights dans la capitale, notamment en finissant les alley-oops envoyés par Russ. On s’attend donc a ce qu’il fasse à peu près la même avec Chris Paul & Cie. Les termes du contrat ne sont pas encore connus mais de nombreuses sources indiquent que ce serait un two-way contract. L’ancien Bull devrait batailler avec Abdel Nader pour être le back-up de Mikal Bridges cette année. Allez, on passe de la chaleur de l’Arizona au froid du Wisconsin pour retrouver Tremont Waters qui débarque quant à lui chez les Daims. Le meneur format poche d’1m78 n’a joué que 27 matchs chez les Celtics et a passé la majorité de ses deux saisons en G League. Le Rookie of the Year 2020 de la ligue de développement (oui oui, ce trophée existe) devra d’abord s’assurer une place au training camp des Bucks qui en sont déjà à 19 joueurs sous contrat, non loin donc de la vingtaine autorisée. Difficile donc, de croire qu’on verra le 51ème pick de la Draft 2019 jouer une seule minute avec les champions cette année. Enfin, une trentaine de matchs à 2,6 points de moyenne ont donc suffi aux Spurs pour re-signer Keita Bates-Diop sur 2 ans. C’est ce qu’on appelle, revoir ses exigences à la baisse. De toute façon, on voit mal KBD – et non KDB – se faire une réelle place cette année avec l’accumulation de joueurs sur les postes 3 et 4 texans. Le garçon essaiera tout de même d’apporter sa défense et son absence de shoot dans l’ancienne franchise de TP, histoire de bien faire avancer le tank.

Bref, pas d’énormes news qui auraient pu nous réveiller en pleine nuit, mais on se devait d’en parler. Harry Giles va peut-être enfin lancer sa carrière du côté de Los Angeles en renforçant le secteur intérieur – plutôt faible – des Clippers, tandis que les trois autres garçons vont se battre pour rester dans la Grande Ligue. On ne serait tout de même pas étonné qu’au moins deux d’entre eux finissent en G League, ou soient même carrément coupés pendant la saison. Affaires à suivre.

Source : The Athletic, ESPN, NBA.com, Bleacher Report

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top