Jeux Olympiques

Luis Scola a tiré sa révérence : la fin d’une page énorme de l’histoire du basket FIBA, le départ d’un monstre sacré

Luis Scola 3 août 2021

IMMENSE CHAMPION. IMMENSE. CHAMPION.

Source Image : France Télévisions

À 41 ans, Luis Scola aura donc fait de ce tournoi olympique sa dernière campagne sous le maillot albicéleste, histoire de quitter la scène internationale par la grande porte. Sorti avec pertes et fracas par l’Australie, le vétéran a fait ses adieux comme il se doit : Standing O de la part des joueurs et du public (enfin ce qu’il en reste) à sa sortie, les larmes de Luis sur le banc… foutue poussière dans l’œil.

C’est un grand monsieur, au sens littéral (2m06) comme au sens figuré, qui raccroche le maillot de la sélection argentine. Avec Manu Ginobili, qui a pour sa part pris sa retraite internationale en 2018, Luis est sans aucun doute l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire du basket albi, du basket international tout court. En chiffres, l’ailier fort Sud-Américain c’est tout simplement… 16 médailles en 22 ans, parmi lesquelles on compte surtout le titre olympique en 2004 à Athènes, tellement mythique, une médaille de bronze aux JO en 2008, mais aussi deux médailles d’argent en Coupe du monde, et AUCUNE compétition officielle loupée avec sa sélection, ça c’est ce qu’on appelle du dévouement. Pas de doutes, aux côtés d’un certain Pau Gasol par exemple, qui a lui aussi pris sa retraite internationale aujourd’hui et on y reviendra en long et en large, l’ailier de 41 ans repart avec l’un des plus beaux palmarès du basket mondial puisque Scola c’est aussi… le deuxième meilleur marqueur de l’histoire de la Coupe du Monde derrière Oscar Schmidt, et le quatrième scoreur le plus prolifique de l’histoire des Jeux Olympiques, ça classe un peu le bonhomme.

Mais dans des moments émouvants comme celui auquel on vient d’assister, est-ce que l’on ne se lasserait pas de tous ces chiffres, de toutes ces stats ? On aura d’ailleurs le temps d’y revenir plus tard, car ce témoignage d’un amour si grand entre une sélection et un joueur, on n’y assiste pas souvent. Même si on le préférait avec ses cheveux longs, l’ancien des Rockets nous aura mis des frissons dans une fin de match qui perdait de son intérêt, les Argentins ne pouvant rien faire contre des Australiens au sommet de leur art. À 50 secondes de la fin du match, son sélectionneur Sergio Hernandez décide alors de le sortir du terrain, et ni une ni deux, ses coéquipiers, ses adversaires et chaque être humain présent dans la salle se met à acclamer l’intérieur argentin. On ne vous cache pas qu’on aurait aimé voir des adieux dans une enceinte pleine à craquer, mais ne vous inquiétez pas, ça aura fait le même effet auprès de Luis, qui n’a pas pu s’empêcher de faire couler quelques larmes sur le banc. Même si rien n’est encore sûr, cette retraite internationale pourrait également être synonyme de retraite professionnelle, lui qui jouait au Pallacanestro Varèse cette saison.

En tout cas Luis, tu es l’un des emblèmes de ces joueurs qui sont prêts à tout pour défendre les couleurs de son pays et ça, on ne te l’enlèvera jamais. Chapeau Monsieur Scola, avec un grand M, pour cette belle carrière, tu auras été un ambassadeur de ton pays sur et en dehors du terrain, notamment aux States et dans le Vieux Continent, toi qui nous a fait rêver aux côtés de Manu, et qui nous aura impressionné par ta longévité. Allez, repos soldat, ta retraite est plus que méritée !

2 Commentaires

2 Comments

  1. Brainy

    3 août 2021 à 20 h 42 min at 20 h 42 min

    Bravo champion.

  2. Alceste Poquelin

    3 août 2021 à 23 h 22 min at 23 h 22 min

    Ciao l’artiste. Grand respect.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top