TrashTalk Award

TrashTalk Award – S03 E08 : c’est nous ou les Sixers ont pris salement cher sur cette édition ?

Joel Embiid Sixers

Avoir Ben Simmons comme meneur, ça doit être dur pour Joel.

Source image : YouTube

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par Trae Young qui tire sa révérence au Madison Square Garden.

Candidat # 1 : Josh Smith a un message pour Doc Rivers

Josh Smith n’est actuellement plus en NBA mais il a récemment souhaité faire parler de lui. Pas pour son niveau de jeu, porté disparu depuis de longues années maintenant, mais pour son sens de la joute verbale et du vocabulaire bien fleuri, qui lui n’a pas émigré loin de l’animal. La cible de l’ancien voltigeur des Hawks n’est autre que son ancien coach Doc Rivers, qui a eu l’ailier-fort sous ses ordres lors de son passage chez les Clippers lors de la saison 2015-2016. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que J-Smoove ne mâche pas ses mots vis-à-vis du daron d’Austin.

« Doc Rivers, tu as raconté de la merde à propos de Paul George, et tu as dit comment Tyronn Lue allait avoir le même style d’attaque pour lui. Ferme ta g****e de clochard, tes ajustements étaient pourris. Commence à donner du crédit à ces gars-là, c’est pour ça que tu as le karma à ton petit c*l de s****e et que tu ne peux pas passer le deuxième tour. »

Avant toute chose, on notera l’infinie politesse de Josh Smith, et également le fait qu’il n’ait pas consommé que des brocolis et de la tisane. Le sosie de The Game a complètement craqué avec son ancien entraîneur, duquel il ne garde visiblement pas un excellent souvenir. Ensuite, il est nécessaire de préciser que PG13 était mécontent de son utilisation par son coach, s’estimant utilisé comme un Ray Allen ou un JJ Redick, comprenez par là un simple shooteur, mais Paul George n’est pas qu’un simple shooteur et il peut scorer de différentes manières, il l’a répété et il l’a surtout prouvé en amenant les Clippers sans Kawhi Leonard jusqu’aux premières finales de conférence de leur histoire, mettant au passage un terme à cette punchline vieille comme le monde. Pendant ce temps là, Doc Rivers se faisait sortir par les Hawks alors que sa franchise était clairement favorite dans cette série, voire dans la course au titre…

Candidat # 2 : le monde entier semble s’en prendre à Ben Simmons

…toutefois, il serait injuste de ne blâmer que le coach dans cette histoire. Le meneur de Philadelphie Ben Simmons a également semblé errer dans cette série, ne s’étant toujours pas acheté de shoot et étant incapable de peser positivement dans cette série pour les Sixers. Son malheur ayant fait le bonheur de Trae Young, l’australien a été pris pour cible par de nombreuses critiques, par Shaquille O’Neal et Tony Allen, mais aussi par son coéquipier Joel Embiid et par son coach Doc Rivers, l’histoire ne dit pas si Josiane de la compta et Rex, le chien du propriétaire, ont également donné leur avis.

« Sois agressif, je ne veux pas entendre d’excuses (…) Si je m’étais retrouvé dans le vestiaire avec lui, je lui aurais cassé la gueule. » – Shaquille O’Neal

« Ben Simmons aime les jeux-vidéos c’est ça, putain mais lâche les jeux-vidéos et file à la salle ! Sérieusement, je n’ai jamais pu jouer à Philadelphie, mais je ne l’aurais pas lâché, je lui aurais dit « mon gars, tu gagnes 40 millions, c’est l’heure de prendre tes shoots ». » – Tony Allen

Journaliste : « Est-ce que vous pouvez gagner le titre avec Ben Simmons comme meneur titulaire ? »
Doc Rivers : « Je n’ai pas la réponse à cette question. »

« Je vais être honnête, pour moi le tournant du match est le moment où nous avions un tir grand ouvert, mais nous n’avons marqué qu’un lancer-franc. » – Joel Embiid

On dirait quand même que ça fait un petit paquet de monde qui a une dent contre Ben Simmons, à ce rythme là, l’Australien va pouvoir se refaire un nouveau dentier. Pour contextualiser, Simmons a tourné à 10/28 aux lancers-francs au premier tour face aux Wizards. Pire encore, il n’a même pas dépassé les 10 points de moyenne contre les Hawks et a rendu un effroyable 15/45 depuis la ligne de réparation, tout en refusant n’importe quel tir se trouvant à plus de 3 mètres du panier. Plus que les pourcentages, c’est l’implication à ce niveau du jeu qui pose problème, et peut-être également son utilisation au sein du jeu des Sixers.

Candidat # 3 : John Collins porte un t-shirt où il postérise Joel Embiid

Vous pensiez que les Sixers en avaient fini et qu’ils allaient enfin avoir un peu de tranquillité ? Vous êtes aussi mignons que naïfs… C’est désormais au tour de Joel Embiid et son ticket numéro 27 de voir son nom appelé sur le petit écran par monsieur John Collins. Vous vous souveniez de cette époque où Collins disait rêver plus que tout de mettre Embiid sur un poster ? A l’époque, le camerounais n’avait jamais subi de poster de la part du virevoltant ailier des Hawks, mais l’inverse avait été vrai. Sauf que durant ces demi-finales de conférence, JC a réparé l’affront.

On peut lire de la satisfaction dans le regard du Hawk malgré les lunettes de soleil, et ce n’est pas seulement parce que sa team a écarté les Sixers pour se hisser jusqu’en finales de conférence, à la surprise quasi générale. John Collins a également réalisé un autre de ses rêves durant cette série et l’a fait immortaliser sur un t-shirt. Joel Embiid avait déclaré que cela n’arriverait jamais, il avait même eu son paragraphe à ce sujet dans l’un de nos TTA, malheureusement, le Camerounais a eu tort environ un an plus tard.

Candidat # 4 : après Vernon Maxwell, c’est Marcus Morris qui se moque du Jazz

Décidément, Utah aussi en prend beaucoup pour son grade en ce moment, Vernon Maxwell n’avait déjà pas été tendre avec l’équipe de la ville du lac salé ces dernières semaines, et désormais c’est au tour de Marcus Morris d’en placer une petite. Alors qu’il affrontait le Jazz avec ses Clippers en demi-finales de conférence, il pouvait compter sur le soutien de son frère jumeau Markieff, éliminé avec les Lakers et toujours présent dans les travées du Staples Center pour soutenir son bro. Présent à Los Angeles, mais absent à Salt Lake City. Demandez à Marcus pour savoir pourquoi.

« Non, il n’ira pas à Utah. Je ne connais personne qui veut aller à Utah. »

Markieff soutient son jumeau sous le soleil, mais pas dans les rocheuses sous la neige, c’est simple comme bonjour. Puis le Jazz, malgré sa première place dans la ligue, n’a pas pu passer les demi-finales de conférence, permettant même aux Clippers de dépasser ce stade pour la première fois de leur histoire, on le rappelle. Et visiblement, la ville de SLC n’attire personne, ça vous surprend vous ?

Candidat # 5 : Jae Crowder humilie encore un peu plus Patrick Beverley

En voyant une finale de conférence entre Clippers et Suns, il était évident que lors de l’écriture de ce TTA, nous aurions à faire au moins une mention pour Patrick Beverley et Jae Crowder, la seule question qui demeurait était de savoir de quelle façon. Nous allons vous éclaircir à ce niveau là : Patrick Beverley a complètement disjoncté lors d’un temps-mort, poussant violemment Chris Paul dans son dos et finissant logiquement éjecté, les nerfs du chihuahua pitbull des Clippers ont totalement lâché dans le Game 6 qui a scellé l’élimination de sa franchise, pour le plus grand plaisir de Jae Crowder.

« On sait qu’ils ont lâché, on sait qu’on les a brisés. Il n’y a pas de signe de défaite plus fort qu’à ce moment là… C’est une grande sensation, une très grande sensation. »

Effectivement, comme on dit dans le jargon, on peut affirmer que Pat Bev a salement pris le seum après que les Suns aient enterré tous les derniers espoirs de Finales NBA des Clippers. Les Suns ont misé sur une solidité défensive de tous les instants, mais également d’un certain vice, avec CP3 et le sosie de Burna Boy, mais également Mikal Bridges, il faut dire que les Soleils n’en manquent pas, les Bucks sont prévenus

Du lourd encore une fois pour cette période, avec de la punchline et du tacle en veux tu en voilà. La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule dans cet épisode ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top