Nets

Kevin Durant a tout donné, absolument tout : 48 points en 53 minutes, et une qualification manquée à cause… d’une demi-pointure en trop

Kevin Durant 20 juin 2021

48 points, 9 rebonds, 6 passes, 17/36 au tir dont 4/11de loin, 10/11 aux lancers, un shoot extraordinaire, 53 minutes sur 53, et un putain de bout de semelle en trop.

Ce matin les mots manquent pour décrire la performance de Kevin Durant dans ce Game 7, perdu au bout de ses forces face aux Bucks. 53 minutes de cannibalisme basketballistique, 141 minutes sur les trois derniers matchs de la série, et à un mythique Game 5 s’est donc ajouté cette nuit un Game 7 passé à… une semelle près de rentrer dans la légende.

Une démonstration de basket et d’abnégation, une nouvelle fois. Après un Game 5 légendaire Kevin Durant avait donc une nouvelle fois de gravir quelques échelons dans la hiérarchie all-time, bien décidé à porter à lui seul des Nets privés de Kyrie Irving et d’une bonne moitié de James Harden. On remarquera très vite dans ce match la stratégie adoptée par Steve Nash, la fameuse « donnez lui ce foutu ballon et écartez-vous », et malgré la présence dérangeante d’un P.J. Tucker incroyable, le MVP 2014 aura une nouvelle fois écœuré toute la défense des Bucks, pendant 48 minutes. Sauf que ce match… a duré cinq minutes de plus, et que Kevin était tout simplement lessivé. Sans blague. Dommage. Vraiment. Intenable KD fut, injouable, trop grand, trop vif, trop adroit. Des grands threes sur la tronche de P.J. Tucker, Khris Middleton ou Jrue Holiday, des joutes intérieures musclées face à Giannis Antetokounmpo, un poster sur le rigolo tout plein d’poil Pat Connaughton, puis la surchauffe au quatrième quart-temps, et enfin ce shoot que l’on a cru entrer dans la légende durant quelques secondes :

Shoot impossible à rentrer pour le commun des mortels mais Kevin Durant ne répond pas à cette définition, le tir du parking est validé sauf que… KD a mordu, tel un Teddy Tamgho en lendemain de soirée, mais il ne manquerait plus que ça qu’on lui en veuille pour quoique ce soit (à Kevin hein, pas à Teddy). Un bout de put*in de chaussure en trop, une demi-pointure en trop, voilà donc à quoi tient un match, une série, une saison. Cruel, et terriblement marquant.

Un tir qui envoie donc tout le monde en overtime, à défaut de qualifier les Nets, et malheureusement le jus laissé au quatrième quart était aussi le fond du réservoir. La station essence vient de fermer ses portes, KD terminera son incroyable série par un 0/5 au tir en prolongations, indigne de son talent mais surtout terriblement… logique compte tenu des forces laissées dans la bataille. Un dernier shoot qui cette fois-ci ne tutoiera pas les dieux mais plutôt la défense pot-de-colle de Jrue Holiday, et c’est battu et réconforté par la maman et par un P.J. Tucker vache mais respectueux que The Real MVP quittera définitivement la scène NBA 2020-21. Dur, terriblement dur, durement terrible.

Incroyable Game 7 de Kevin Durant, le plus efficient de tous les Game 7 all-time au passage, avec 48 pions inscrits dans le plus grands des calmes, au sens le plus abstrait du terme. Il a tout donné, même plus encore, et il n’a absolument rien à se reprocher. Lui c’est KD, lui c’est le meilleur attaquant de la planète.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top