Pistons

Killian Hayes répond présent devant Théo Maledon : prises de responsabilités et victoire à la clé, il s’agit désormais d’enchaîner

Killian Hayes

Cocorico.

source image : NBA League Pass

Dans l’espoir d’apercevoir l’étendard tricolore flotter entre les nuages ricains, il va de soi que certains matchs gagnent en appétit. Nos Français jouent les belles sapes et habillent magnifiquement ce qui, à l’origine, n’est autre qu’une infamie de saison régulière : Théo dans le potage et Killian porte la toque. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

C’est la folie furieuse dans cette Chesapeake Arena qui, sans la crise sanitaire, n’afficherait que deux ou trois spectateurs supplémentaires. Au menu de la soirée, Adam Silver s’improvise chef Alexandre Leroy et balance un vieux Thunder – Pistons qui nous coûte tout de même 200 boules en League Pass. Celui que l’on appelle désormais le malin des fourneaux dépose sa truffe signature avec un petit duel de frenchies : Théo Maledon against Killian Hayes. Mais rajouter un met de luxe sur une assiette de potatoes fourrées au surimi est rarement une bonne idée, et l’on va se contenter de dire que ça rentabilise un peu l’investissement. Eh oui, la liste des joueurs indisponibles côté Thunder est phénoménale : Shai Gilgeous-Alexander, Luguentz Dort, Darius Bazley, Al Horford, Isaiah Roby, Mike Muscala et Josh Hall manquent à l’appel. M’enfin, les cinq majeurs sont annoncés par le speaker, et l’effet grand bonhomme se fait ressentir lorsque Théo – en l’absence de ses supérieurs – est appelé en tant que franchise player. Aussi – fraîchement débarqué dans l’Oklahoma – Jaylen Hoard est bel et bien disponible pour jouer cette rencontre. Allez, le trio arbitral réunit tout ce garbage gang, et l’entre-deux est donné.

Ainsi orphelin des ses titulaires, le Thunder se met instantanément en difficulté avec des séquences offensives timides et naïves. La longueur Moses Brown oublie sa souplesse au vestiaire et se présente devant un Isaiah Stewart qui ne fait pas de prisonniers : l’intérieur de Detroit donne une leçon de dynamisme à son homologue et s’approprie la raquette dans le premier acte. Côté Line Renaud, l’entame de Théo Maledon est douteuse mais le guard se réveille dans le deuxième quart-temps, assenant ses quatre premiers points sur Killian Hayes. En face, l’ancien Choletais est à la peine et semble rongé par le stress : airball depuis l’aile, simple passe de contre-attaque manquée et choix précipités, tout paraît compliqué. Ceci étant, le sujet du bac de philo 2021 se précise. Est-il plus agréable de servir Hamidou Diallo qui balance trois cliniques vétérinaires, ou Graham Brown qui termine scotché par un arceau des Mauges ? Quoi qu’il en soit, on retrouve le sourire lorsque Sekou Doumbouya force la porte de la cave dans laquelle il était enfermé. Le quinzième choix de la Draft 2019 lock-down un – jusqu’à présent – excellent Aleksej Pokusevski, et se montre offensivement. À l’entracte, le binôme Josh Jackson – Jerami Grant sécurise une belle avance pour Detroit (Thunder 47 – 58 Pistons).

Cette sortie de vestiaires pue le frometon et la bonne piquette. D’abord, Théo Maledon pose 8 points en l’espace de quatre minutes, guidant les siens vers un potentiel retour au score. Le natif de Rouen possède les clés de la camionnette en attaque, et il est impressionnant de constater la vitesse à laquelle il s’est imposé dans une rotation dont il est désormais morceau de l’édifice. Mais le retour aux affaires de Killian Hayes vient contrarier les plans du Thunder : tir primé, floater signature et assists pour Sekou, la décompression est totale. Les commentateurs de Detroit ne se gardent pas d’associer leur soulagement à de grandes respirations qui saturent les micros. Et même s’il mange une mixtape de Ty Jerome en fin de rencontre, Killian lâche douze dernières minutes classieuses avec un somptueux lob pour Hamidou Diallo. Ainsi, le guard quitte l’Oklahoma en laissant derrière lui une belle prestation : 9 points, 3 rebonds, 7 assists, 2 contres et 4 interceptions à 44% au tir dont 1/4 du parking. Son association avec Sekou Doumbouya fut remarquée, et l’ailier des Pistons compte 14 points, 3 rebonds et 2 assists à 46% au tir dont 2/6 de la buvette. En face – dans la continuité de son excellente saison – Théo Maledon envoie 14 points, 6 rebonds et 1 passe à 42% au tir. Une performance étonnement imitée par Jaylen Hoard qui signe son acte de naissance avec le Thunder : 10 pions et 6 rebonds à 40% au tir. C’est bon, tout y est ? Allez, mention honorable à Aleksej Pokusevski qui progresse vitesse grand V.

Une rencontre placée sous le signe de l’Hexagone, avec Martin Fourcade à la mène et Philippe Lucas au velleda. Le retour de Killian Hayes prend forme, tandis que Théo Maledon poursuit sa belle épopée et ferme toujours les yeux lorsque l’on discute victoire. M’enfin, dans quelques années tout ce beau monde risque d’avoir belle goule, et ce n’est pas Vincent Collet qui dira le contraire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top