TrashTalk Award

TrashTalk Award – S03 E03 : l’élève Kyrie Irving trolle le maître LeBron James sur ses lancers-francs

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par la paire de pompes de Damian Lillard en hommage à Paul George.

Candidat # 1 : Jusuf Nurkic ne porte pas LaMelo Ball dans son coeur

LaMelo Ball a déjà réussi deux choses en NBA depuis son arrivée dans la Ligue : il est déjà devenu meilleur que son grand frère Lonzo, et il a également hérité du surnom « Melo », pourtant propriété de Carmelo Anthony depuis 2003 et qui est toujours valable aujourd’hui. Tout ce raffut ne plait guère à Jusuf Nurkic, coéquipier à Portland de Melo (Anthony, on se comprend), qui a dézingué Melo (le meneur des Hornets donc, on va finir par s’y retrouver).

« Les gens sont fous… Soyons clair : il n’y a qu’un seul MELO en NBA, et c’est déjà un Hall of Famer. »

Un peu de zèle de la part du Bosnien envers son coéquipier, mais logique au final. Carmelo Anthony a eu des périodes compliquées en NBA mais a mine de rien fait plus que durer, étant dans sa 18ème saison, il tourne à 23 points de moyenne en carrière et a su s’adapter aujourd’hui dans le collectif de Portland. Tandis que LaMelo Ball, même s’il est favori pour le titre de ROY à l’heure actuelle et continue les belles performances avec les Hornets, doit encore s’inscrire sur la durée et prouver sur le long terme qu’il peut compter de façon significative dans cette Ligue. En tout cas il en a le talent.

Candidat # 2 : Kyrie Irving se moque des lancers-francs de LeBron James

Le match entre les Nets et les Lakers ne symbolise pas seulement une opposition entre des contenders de leur Conférence respective qui vont se disputer le titre en fin de saison, il marque aussi des retrouvailles entre les deux champions de 2016 LeBron James et Kyrie Irving. S’ils gardent un lien très fort depuis leur titre, ils sont néanmoins adversaires désormais, depuis qu’Uncle Drew a décidé de sortir de l’ombre du King, avec plus ou moins de succès… Désormais, tous les coups sont permis pour aller chercher la victoire, même les petits taquets de déstabilisation en plein match

« C’est ça, votre meilleur shooteur de lancers-francs ? »
Kyrie après que LeBron ait loupé son lancer-franc.

En effet, à la suite de deux « lancers-francs techniques », l’équipe en question choisit le joueur qui va se rendre sur la ligne de réparation pour les tirer, et ici, c’est LeBron James qui a été l’élu (coïncidence ? Parce que chez TrashTalk on adore l’humour). Malheureusement, après avoir converti le premier, le deuxième ne trouve pas sa cible, et Kyrie a donc lâché cette petite phrase ni vu ni connu. En effet, LeBron James n’a jamais été un tireur hors-pair, sans pour autant être scandaleux hein, tournant cette saison à 69,2% aux lancers, et à 73,4% en carrière. Mais au même moment, il y avait Kyle Kuzma (63,2%), Alex Caruso (69,6%), Montrezl Harrell (75,6%) et Talen Horton-Tucker (82,1%). Oui, on peut dire qu’il y a eu des passe-droits pour ces deux lancers, d’autant plus que Kyrie est reparti avec la victoire 109-98.

Candidat # 3 : Ja Morant se protège d’un air-ball de Jerami Grant

Jerami Grant a pris son envol, il est désormais le franchise player de Detroit (RIP Blake Griffin), mais forcément, ça lui arrive aussi de se trouer. L’ancien Nugget, même s’il est toujours performant individuellement, connait une petite période de moins bien en ce moment avec des pourcentages aux tirs en baisse. Il a d’ailleurs envoyé un immense air-ball lors du match contre les Grizzlies, ce qui a bien amusé Ja Morant.

Classique mais efficace. Le rookie de la saison passée s’est protégé pendant environ deux semaines, tellement le sous-marin envoyé par Jerami Grant a mis en péril son intégrité physique. Du simple, mais de l’amusant donc, merci Ja.

Candidat # 4 : Stephen Curry constate la rancœur tenace de ses adversaires

Si vous ne viviez pas dans un bunker entre 2015 et 2019, vous n’êtes pas sans savoir que les Warriors ont fait les Finales NBA lors de ces cinq saisons consécutives, raflant à trois reprises le titre suprême, et qu’ils ont été renforcés par Kevin Durant en 2016 après avoir perdu contre les Cavs, ce qui donnait une équipe pas trop mauvaise on va dire, mais depuis, à Golden State, on est un peu rentré dans le rang : Kevin Durant est parti à Brooklyn et Klay Thompson enchaîne sa deuxième saison blanche. Ceci explique cela, Stephen Curry, après une saison 2019-20 à seulement 5 matchs joués, est quant à lui de retour à son meilleur niveau et il ressent bien que les adversaires ont toujours une dent contre la suprématie passée des Warriors.

Steph est au courant que les Dubs ont toujours une cible dans le dos.
« Les autres équipes veulent toujours nous battre, et nous battre salement. Ils ont toujours des souvenirs des cinq dernières années. »

Effectivement, pendant un temps, les Warriors étaient clairement les « vilains » de la NBA, l’équipe à abattre, ceux que tout le monde voulaient voir tomber. Les Cavaliers et les Raptors y sont parvenus, respectivement en 2016 et en 2019, mais l’armada de Golden State a suscité la jalousie des 29 autres équipes. Quant à Kevin Durant, ce choix de rejoindre le finaliste en titre lui a souvent été reproché. Quoi qu’il en soit, les Warriors sont bien moins dominants mais sont toujours présents dans la course aux Playoffs.

Candidat # 5 : Joel Embiid tacle gratuitement Myles Turner

Joel Embiid a décidé d’être à la limite de l’injouable cette saison, peu de pivots sont parvenus à le faire déjouer, par exemple, Rudy Gobert n’a malheureusement pas fait figure d’exception, mais il n’est pas question du Frenchie ici, mais de Myles Turner. Lors d’une défaite 114 à 130 d’Indiana contre Philadelphie, le pivot des Pacers a servi de goûter au Camerounais récemment, et ce dernier l’a bien fait savoir à la salle de presse.

« Je dis ça de façon respectueuse, mais c’est une match-up que je domine depuis que je suis arrivé dans la Ligue. »

Allez hop, une balle perdue totalement gratuite, Myles Turner n’a pas eu à verser le moindre centime pour ramasser cette petite pique du pivot des Sixers, en même temps, difficile de donner tort à ce dernier même si Myles Turner est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs défenseurs à son poste et est actuellement le meilleur contreur de la NBA avec quasiment 3,5 contres par match… Que va donner le prochain match ? Réveil du pivot des Pacers ou nouvelle domination outrageuse de Joel Embiid ? On attend vos pronostics

Du lourd encore une fois pour cette période, avec de la punchline et du tacle en veux tu en voilà. La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule en NBA en février ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top