Notes de match

Les notes de Clippers – Bucks : Giannis Antetokounmpo n’est pas le genre de cerf-volant que l’on croise à la Baule

Giannis Antetokounmpo 19 septembre 2020

Greek Freak.

source : YouTube / NBA

Pour la seconde saison consécutive, la team notes de TrashTalk continuera de régaler vos week-ends en proposant ses saillies verbales et punchlines acérées. Les games qui sont visibles à des horaires adaptés pour les personnes n’ayant pas un rythme de sommeil de drogués seront passés au crible par nos claviers, pour se marrer en bande organisée, parce qu’en bande organisée, personne peut nous canaliser. C’est donc dès maintenant que nous allons déposer nos cerveaux sur le sol pour faire un débriefing de ce match ensemble, vous êtes avec nous ? Parfait.

Quel plus beau cadeau en ce dimanche soir, qu’une confrontation entre Bucks et Clippers ? Le troisième de la Conférence Est contre le second à l’Ouest, Giannis Antetokounmpo versus Kawhi Leonard – et surtout – Khris Middleton face à Nicolas Batum (à peine chauvine celle-là). Des Daims qui semblent enfin avoir trouvé leur rythme de croisière avec 4 succès consécutifs, opposés à des Clippers qui alternent entre le bon et le moins bon. Résultat des courses : le suspens s’est ramené, laissant la victoire à un Giannis Antetokounmpo tout veineux. On n’oubliera pas le marché du Grec, le poids de Zubac et la préciosité de Middleton, ce dandy.

LOS ANGELES CLIPPERS

Serge Ibaka (6,5) : heureusement pour les Clippers, Serge Ibaka collabore mieux avec l’arceau qu’avec Ninho : 15 points et 11 rebonds à 6/13 au tir dont 3/7 de loin. Il lui a été préféré Marcus Morris en fin de rencontre, une énigme que nous vous quémandons de résoudre avant 2022.

Nicolas Batum (6) : 8 points, 2 rebonds et 6 passes à 3/6 au tir dont 2/4 de Compiègne. La Batte s’est – sûrement trop – limitée à son statut de facilitateur de jeu et n’a pu profiter de la méforme de ses partenaires pour prendre de nouveaux risques. Après, la perf est bonne et malgré quelques tirs refusés, on prend de nouveau du plaisir à voir le Français utile au sein d’une escouade qui joue le titre.

Kawhi Leonard (7,5) : omniprésence de la grosse palme au beau milieu d’une rencontre léguée à son style de jeu : des ouvertures à mi-distance, aucune prise à deux sur les fadeaways et de l’espace en veux-tu en voilà. L’étau défensif des Bucks s’est quelque peu refermé en deuxième période, privant Kawhi de la trentaine : 25 points, 9 rebonds, 3 assists et 2 interceptions à 48% au tir dont 33% du strip club. La longueur est bonne, mais l’issue manquée : Kawhi Benioff.

Paul George (5) : connaissez-vous le point commun entre Paul George et l’architecte du centre des impôts de Paris ? Les deux voulaient aider, mais s’y sont mal pris : un grisonnant 7/21 au tir condamne les siens dans une rencontre disputée jusqu’au terme. Paul Weiss.

Patrick Beverley (3) : tellement de briques que ton grand-père s’arrête devant le chantier pour regarder. Il ne risque pas d’être déçu, le maçon bosse bien : 2/8 au tir et 1/6 de loin. Ça commence à discuter autour du poste de meneur chez les Clippers… David Holston ou Axel Julien ?

Ivica Zubac (2,5) : a provoqué – sur une tentative de poster – un tremblement de magnitude 8.7 dans le Wisconsin. S’il saute comme ça dans un Airbus en plein vol, il se retrouve instantanément dans un sous-marin. Concernant le contenu de son match, erreur 404 not found.

Marcus Morris (4) : l’une des raisons des galères angelinos, avec un apport bien en deçà de son activité habituelle. Oui, la bonne fin de rencontre du garçon camoufle le vide auquel il nous a confronté : mise en retrait permanente, tirs hors de rythme et surtout, la place de Serge Ibaka dans le money time.

Terance Mann (6) : Mann of the match, et surtout l’homme de la situation pour LA. Ses quinze minutes furent de qualité – ainsi – il s’agirait désormais de le tester sur le long terme. Terance Mann produit de la qualité quand on lui en demande, donc demandons-en lui davantage.

Lou Williams (5) : bien loin d’être aussi excitant que le chalumeau des années passées, Lou Will pourrait légitimement faire partie d’un futur trade, somme toute bénéfique aux deux partis. Les Clippers se renforcent là où ils le souhaitent, et lui part replanter ses 20 pions en terre inconnue. Cependant, il reste à souligner son dernier quart-temps de qualité.

Reggie Jackson (non-noté) : 0 point, 0 rebond, 0 passe et 1 agent de sécu qui s’est demandé si Reggie avait payé son billet.

MILWAUKEE BUCKS

Brook Lopez (6) : l’empereur du spacing préfère laisser les rebonds aux idiots et même s’il s’est ennuyé aux sept mètres, l’espace crée par son absence dans la peinture a permis la mixtape d’un Grec.

Giannis Antetokounmpo (8) : le seul homme sur terre capable de passer d’un airball au lancer à un spin-move back-reverse 360° up & under lay-up size gang avec la faute. On a pas tout compris – lui non plus – mais à la fin c’est toujours l’arceau qui se fait arracher, ou Zubac qui se fait contrer. Hop : 36 pions, 14 rebonds, 5 assists, 4 contres et 1 interception à 56% au tir, mais surtout une belle progression dans la lecture du jeu.

Khris Middleton (7) : discret, classieux et ô combien précieux quand il est en forme. Tout le mode – hormis son contrat – sous-estime l’un des meilleurs lieutenants de NBA. Pourquoi souhaiter les étoiles, quand on les disperse déjà dans les yeux des gens ?

Donte DiVincenzo (6) : une vivacité d’appuis qui fait toujours du bien en transition, mais surtout une vraie débauche d’énergie. Cependant, on sait le rouquin capable de bien mieux, notamment dans l’adresse.

Jrue Holiday (4) : étonnamment en dehors du cinq majeur, l’ancien des Pelicans s’est mué en carreleur : un pavé posé sur cinq commandés, et une participation dans le jeu restreinte.

Bobby Portis (5,5) : un premier acte on ne peut plus valuable avec une belle pochée de points et de rebonds, combinée à un véritable impact dans la raquette. Mais, kidnappé par Budenholzer en seconde période.

Pat Connaughton (5,5) : Milwaukee peut remercier la crise de la pomme de terre sans laquelle elle n’aurait pas eu telle profondeur de banc.

D.J. Augustin (6) : la feuille de match ne l’explique pas mais le meilleur plus/malus de la rencontre lui revient, avec +17 lorsqu’il est sur le parquet. Le calme de D.J. Augustin fait du bien, un peu comme lorsque tu discutes sur la plage à 4h du mat’ avec un bon pote.

Bryn Forbes (1/3) : un tirs à 3-points rentré, puis s’en est allé retrouver le « a » de son prénom.

Thanasis Antetokounmpo (non-noté) : nous n’avions jamais vu un frère aussi fan de son frère. Thana se lève à chaque tomar du frangin et en oublie même que ce n’est pas cool, car il ne joue pas.

Ce fut un plaisir de juger – du haut de notre mètre cinquante – cette rencontre. Comme annoncé (pourquoi être modeste dans la victoire ?), Giannis Antetokounmpo a sorti l’artillerie et défait des Clippers en demi-teinte. Une nouvelle édition des notes se tourne laissant d’ores et déjà place au All-Star Game de dimanche prochain. Nous le noterons avec plaisir – et ce – malgré l’absence de Killian Hayes. 

Stats Clippers-Bucks

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top