Warriors

Le dernier épisode de « La Malédiction de la Baie » est sorti : Marquese Chriss se pète le péroné, direction l’infirmerie pour toute la saison

Marquese Chriss

Marquese Chriss blessé, les Warriors en sont tout retournés.

Source image : YouTube

Finales 2019, Game 6, la fin d’une ère. Les Golden State Warriors vont non seulement voir leur rêve de three-peat s’envoler mais vont, en plus, dire adieu à leur salle de l’Oracle Arena, qui aura vécu tant de grands moments. Direction le Chase Center qui – manque de bol – semble avoir été construit sur un ancien cimetière indien. Avant même le premier pas posé sur ce nouveau parquet, la malédiction a pris place et ne semble plus lâcher les Dubs. Nouvel épisode d’une poisse sans nom, la fracture du péroné de Marquese Chriss, qui devra laisser ses coéquipiers toute la saison. 

Deux petits matchs et puis s’en va. La saison de Marquese Chriss a pris fin comme elle avait commencé : brutalement. Seulement, si on peut se remettre rapidement d’une fessée des Nets en ouverture, il sera plus long et douloureux de soigner une fracture du péroné. Comme l’indique Shams Charania de The Athletic, l’intérieur des Warriors se voit en effet dans l’obligation de laisser ses partenaires se débrouiller sans lui pour toute la saison. Une perte qui aurait pu être anecdotique si les Warriors étaient au complet et récitaient leur basket, sauf que ni l’un ni l’autre n’est vrai. L’année de la reconquête s’annonçait plus compliquée que prévu pour Golden State, en rafistolage constant depuis la rupture du tendon d’Achille de Klay Thompson, et devant également manœuvrer avec les pépins de Draymond Green, qui devrait toutefois retrouver les parquets prochainement. Mais la blessure de Chriss ne va pas faciliter les choses. Sans être un titulaire en puissance, Marquese pouvait apporter aux Dubs et avait trouvé un certain équilibre dans la Baie pour la première fois depuis son passage à Phoenix entre 2016 et 2018. Avec un apport de 9,3 points, 6,2 rebonds et 1,1 contre en 59 matchs avec les Dubs la saison dernière (21 titularisations), Chriss avait retrouvé un vrai rôle, rôle qui était d’apporter du physique, du physique, du physique… si possible sans pétages de plomb. Dans l’état, l’objectif semblait être atteint et à seulement 23 ans, il pouvait continuer à contribuer au sein d’une raquette loin d’être imperméable. James Wiseman, Kevon Looney, Eric Paschall en attendant le retour de l’irremplaçable Green, le secteur intérieur des Californiens doit désormais éviter toute nouvelle blessure sous peine de s’affaiblir définitivement, le problème étant justement que « éviter les blessures » n’est pas la force de Golden State depuis plus d’un an.

L’infirmerie de Golden State a donc vu un second membre de l’équipe débarquer pour l’intégralité de la saison après Klay Thompson… qui va connaître lui sa deuxième saison blanche après sa rupture des ligaments croisés lors du fameux Game 6 des Finales 2019, soit un seul match après la rupture du tendon d’Achille de Kevin Durant. Et si on fait cas à part de la déchirure du quadriceps de DeMarcus Cousins, lui-même phénomène dans le phénomène, on retombe malgré tout sur les bobos incessants de Draymond Green, et surtout la blessure à la main de Stephen Curry l’an passé, auteur de seulement cinq matchs au total. Des joueurs majeurs, et c’est un euphémisme, pour des blessures graves, et des questions qui se posent sur l’avenir des Guerriers. La poisse et la chance, concepts certes très sympathiques, ont leurs raisons que le sport professionnel ignore. Une telle accumulation de blessures ne peut résulter du hasard et après avoir passé plusieurs années à tirer sur la corde pour devenir cette équipe all-time connue de tous, nous sommes en droit de nous demander si – après une première saison blanche qui passe encore – la dynastie des joueurs de la Baie pourra survivre à une seconde et repartir comme si de rien n’était l’an prochain. Difficile d’y croire. Si Steph, Draymond et compagnie feront tout pour éviter une nouvelle année noire, le début de saison ne parle pas en la faveur des Californiens.

À 32 ans pour Curry et 30 pour Klay et Draymond, le temps joue également contre les hommes forts de Steve Kerr et si LeBron James a prouvé que l’âge n’avait que peu d’influence sur certaines légendes de ce jeu et continue de le faire à bientôt 36 ans, se remettre de blessures comme celles de la liste non exhaustive ci-dessus ne sera pas simple. Marquese Chriss semble lui loin de toutes ces considérations mais à ce rythme-là, qui voit la liste des blessés augmenter plus vite que celle des victoires des Dubs, la pression sera de plus en plus forte sur Stephen Curry et Draymond Green, et c’est bien ça le problème.

Marquese Chriss quitte donc les siens pour toute la saison, laissant des trous et des doutes dans une équipe qui n’en manquait pas et qui n’avait pas besoin de ça. Si la blessure d’un remplaçant semble dérisoire, perdre une rotation de 20 minutes pour 70 matchs va rendre l’équipe de la Baie encore plus fragile.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top