Nets

Les Nets ont ouvert le bal face aux Warriors : ne prenons pas de pincettes, les Nets ont surtout ouvert les Warriors au bal

Stephen Curry 23 décembre 2020

Kevin Durant et Kyrie Irving ont explosé le game dès le premier quart, et derrière… le match était déjà fini.

Source image : NBA League Pass

On y est, le coup d’envoi de la saison NBA 2020-21 a été donné et les Nets ont donc envoyé un premier message. Certes ce n’était qu’un premier match, certes tout le monde n’en est qu’à ses premières foulées d’échauffement, mais la puissance de feu à la disposition de Steve Nash fait déjà saliver.

On ne retiendra pas le score, et on se gardera bien de tirer quelques conclusions même si ça nous brûle logiquement les doigts. C’était un match de reprise, à plus d’un titre d’ailleurs pour un certain Kevin, et c’est tout d’abord le bonheur de revoir de la NBA la nuit qui nous file un immense sourire, pour ne pas dire autre chose. Comme dans un monde parfait imaginé autrefois par Ilona Mitrecey, les premières secondes nous mettaient déjà dans des conditions idéales, avec 45 000 tirs à 3-points tentés de part et d’autres en trois minutes, avec un Stephen Curry plein de bonnes intentions mais surtout… un duo Kyrie Irving / Kevin Durant incroyable. Le premier qui nous file des frissons de par son seul dribble et qui en rajoute une couche en ne ratant quasiment rien, le second nous rappelant en l’espace de deux possessions qu’il reste le basketteur ultime, même après 18 mois sur la touche. Très vite un premier écart car les deux stars des Nets sont injouables, et si en face Curry fait le taf, Kelly Oubre Jr. fait exploser la jauge de swag, Marquese Chriss joue enfin juste et un James Wiseman titularisé montre déjà de belles promesses, Andrew Wiggins se mue alors en un espèce de pire joueur de tous les temps, enchainant les air defense et les fautes d’un côté du terrain et les grosses croûtes ou les marchers de l’autre. Toute une fanbase en pleurs et donc une première mi-temps où tout va beaucoup trop vite, une première  mi-temps lors de laquelle Caris LeVert aura mis le feu en sortie de banc, une première mi-temps lors de laquelle on aura aussi vu un KD investi en donnant quelques conseils à Caris LeVert lorsqu’il était sur le téco, une mi-temps que Kyrie Irving atteindra avec la bagatelle de 24 points estampillés Uncle Drew, n’est-ce pas Brad Wanamaker.

18 points d’avance à la mi-temps et très vite 30 et même pas loin de 40, des Warriotrs terriblement maladroits (4/22 du parking pour le trio Curry / Wiggins / Oubre), et un match déjà terminé beaucoup plus tôt que prévu. L’écart qui permettra à Steve Nash de pianoter tranquillement avec son roster, nous laissant découvrir ce à quoi pourraient ressembler ses rotations. Quinze joueurs, quinze vrais joueurs, guettez simplement les mecs de la… third unit :

  • Kyrie Irving
  • Spencer Dinwiddie
  • Joe Harris
  • Kevin Durant
  • DeAndre Jordan

  • Caris LeVert
  • Landry Shamet
  • Taurean Prince
  • Jeff Green
  • Jarrett Allen

  • Tyler Johnson
  • Bruce Brown
  • Timothe Luwawu-Cabarrot
  • Rodions Kurucs
  • Reggie Perry

Vraie profondeur, vraies possibilités, et déjà un statut d’épouvantail à l’Est… oups, on avait pourtant juré d’éviter les conclusions hâtives. On parlera donc plutôt des quelques belles prestations entrevues ce soir côté Warriors, il y en a eu, et notamment l’énergie apportée par Kelly Oubre, malgré sa maladresse du soir, les buckets offerts par Eric Paschall aka le jump-shot le plus chelou de la Ligue, et surtout la belle première de James Wiseman, très tendu en début de match mais faisant déjà admirer un body incroyable, avant de profiter d’une fin de match sans enjeu pour nous montrer un peu l’étendue de sa palette.

Le score final ? 125-99, et un match terminé très tôt dans la soirée, alors qu’il restait encore un quart-temps et demi. Kevin Durant is back et c’est très flippant, Kyrie Irving est en jambes et c’est très flippant, le roster de Steve Nash est incroyablement profond et c’est… très flippant. Côté Warriors il y a du boulot mais Steph est dans la place et le supporting cast a largement de quoi gagner une belle palanquée de matchs en attendant le retour de Draymond Green. Allez, on va dire que tout le monde est content, enfin presque, à un Andrew Wiggins près.

stats warriors 23 décembre 2020 stats Nets 23 décembre 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top