Kings

Officiel : les Kings signent Hassan Whiteside pour un an, la boucle est bouclée pour le triple-vainqueur du Prix Pullitzer en NBA

Hassan Whiteside kings

Souvenirs, souvenirs de la merveilleuse Draft 2010…

Source image : YouTube

Il fallait un point d’exclamation sur la Free Agency 2020 des Kings. Il est tombé ce mercredi, quelques minutes avant minuit. Hassan Whiteside et la franchise de Sacramento se sont mis d’accord pour réaliser de merveilleuses retrouvailles, puisque le géant retournera dans la raquette des Kings pour un an et le minimum salarial.

Décidément, pas facile d’être fan de Sacramento ces derniers temps. Si nous aurons le temps de développer en détail les points positifs liés à cette récente signature (on va y arriver promis), on ne va pas se mentir, ces derniers jours ont été compliqués pour les boys du Golden 1 Centre. Il y avait le départ de Harry Giles, assez difficile à digérer. Il y a ensuite eu le non-match du management sur l’offre des Hawks faite à Bogdan Bogdanovic, pas simple à encaisser. Et maintenant ? Voilà que le poète le plus respecté de la Ligue vient signer un an dans la région ? Trop c’est trop. Et pourtant, on nous a appris à ne pas taper sur l’ambulance. Mais les faits sont indéniables, après la mini-bombe envoyée par Adrian Wojnarowski d’ESPN en pleine soirée. Whiteside sera le pivot des Kings cette saison, un comeback saisissant après ses débuts dans la franchise il y a dix ans. Souvenez-vous. Cette époque durant laquelle LeBron craquait en permanence et Dirk était plus proche de T-Mac que de Karl Malone dans un Top 100 all-time. Lors de la Draft 2010, les Kings sélectionnent notamment DeMarcus Cousins et Hassan Whiteside, ne sachant pas alors qu’ils vont faire avec deux des pivots les plus marquants de la décennie suivante. Enfin, marquants, dans le sens médiatique du terme. Après 19 matchs en deux saisons professionnelles, Whiteside n’a plus sa place en NBA. Son corps n’est pas prêt, son crâne non plus apparemment, et on se demande s’il fera son retour un jour parmi les grands. Passage par le Liban, la Chine également, puis cette révélation à Miami avec Erik Spoelstra qui le lance dans le grand bain. Depuis ce jour de 2014, tout a changé. Hassan n’a plus quitté la NBA, il a du Heat certes mais il a fait le nécessaire pour toucher un contrat à quasiment neuf chiffres sous Pat Riley, traînant ses longs bras et ses nombreux contres dans un paquet de raquettes. L’an passé, blasés par son manque de maturité et de concentration, Whiteside est envoyé à Portland. Les fans de Floride remercient les dieux du basket chaque jour depuis ce deal, Bam Adebayo étant devenu une révélation au poste de pivot, et Meyers Leonard apportant du solide dans le vestiaire comme sa récente prolongation l’a souligné. Chez les Blazers, on attend le Hassan défensif, pilier, qui va assurer en attendant le retour de Jusuf Nurkic. Et au lieu de ça ? Well

Les Blazers vont attendre Nurkic avec impatience, tombant sur la mauvaise version de Whiteside. Le grand dadais qui traîne des pieds, prend des tirs à distance, manque d’agressivité et se repose sur ses lauriers. Quelques bonnes performances certes, mais tellement représentatives du joueur : des statistiques dans le vent. Ils ne sont pas nombreux, les joueurs pouvant titiller les 16 points, 4 rebonds et 3 contres de moyenne en NBA. Mais ils ne sont pas nombreux non plus, les joueurs avec autant de capacités pouvant autant frustrer les fans. Miami en a fait les frais, Portland également. Et comme un symbole de ces stats sans impact, de ce joueur au caractère compliqué à gérer ? La Free Agency 2020 a avancé sans que quiconque face du géant une priorité. Plumlee, Favors, Baynes, Dwight, Noel, Thompson, Gasol, Len ou Biyombo, même Damian Jones a trouvé un deal avant lui, du côté de Phoenix. Des pivots plus faciles à intégrer dans un collectif, moins râleurs, moins fatigants, moins durs à manœuvrer. Pourtant, à Sacramento, on a tenté le pari. Les Kings, qui se sont retrouvés avec une raquette orpheline d’Alex Len et Harry Giles, ont préféré miser sur Whiteside. La bonne nouvelle, comme dit en préambule ? C’est qu’il s’agit d’un contrat d’un an, au minimum. Il s’agit donc d’une année durant laquelle Hassan devra tenter de montrer qu’il mérite un nouveau beau contrat en NBA. Le genre de joueur qui peut prendre une saison au sérieux et soudainement rappeler sa pleine-puissance, dans une équipe en besoin de longs bras. Poser des écrans en béton pour Buddy Hield et De’Aaron Fox ? Tout en nettoyant les erreurs défensives potentielles de Marvin Bagley ? Pourquoi pas. Luke Walton aurait certainement espéré mieux, mais voilà aussi le bateau dans lequel se retrouvent les Kings en ce moment. Une transition, à la fois interne et dans le jeu, avec un nouveau management qui tente de poser ses bases et navigue dans un océan d’incertitudes. Dans ce genre de situation, pourquoi faire appel à Whiteside ? Face à cette question, on a envie de mettre notre plus belle casquette de Sacramento et répondre : et pourquoi pas ?

Qui sait quelle version de ce bon Hassan Whiteside débarquera à Sacramento. Le plus probable, c’est une machine à stats avec des coups de gueule, des soirées épuisantes, et des déclarations stupides dans les médias. Mais il existe un scénario, un seul, dans lequel cette cette idée devient bonne. On a envie de croiser les doigts pour les fans des Kings, le bâton est en tout cas tendu pour que ça tape fort sur les prochains mois…

Source : ESPN

2 Commentaires

2 Comments

  1. JYG47

    26 novembre 2020 à 8 h 01 min at 8 h 01 min

    Peut-on avoir un set-up de conf de press (genre média day) avec Simon en GM des Kings tentant de se justifier devant les questions des journalistes, rôles tenus par le reste de l’équipe?

    • VinceR

      26 novembre 2020 à 13 h 18 min at 13 h 18 min

      Attendons encore un peu…. Ils nous réservent encore quelques WTF, ils ont déjà fait preuve d’une créativité sans faille dans le domaine

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top