Kings

WTF : Buddy Hield assassine Denver au buzzer, sur l’action la plus dingue de l’année… dès le 2ème jour de la saison !

Une soirée de treize matchs en NBA ? La semaine de la reprise ? Et un mercredi qui plus est…? N’en jetez plus, la coupe est pleine. Il fallait qu’il se passe une ou deux dingueries cette nuit, et si Jayson Tatum a assuré sa part sur la Côte Est, c’est Buddy Hield qui a régalé à l’Ouest. Avec, au bas mot, l’action la plus WTF de la saison alors qu’elle vient à peine de commencer.

On ne le répétera jamais assez, si on vous rabâche les Mercredi Panzani depuis des années, ce n’est pas pour faire joli dans le décor ! Premier MP, et premières dingueries en NBA. Le match opposant les Kings et les Nuggets ne semblait pas, sur le papier, nous apporter un moment d’anthologie vers 5h30 du matin. Ce à quoi on s’attendait ? Honnêtement ? Une balade de Denver, à domicile, avec un groupe qui trouve ses repères, marche sur la faible concurrence adverse, et fait ce qu’il doit faire. On ne donnait pas cher de la peau de Sacramento. Mais c’était sans compter sur les efforts de De’Aaron Fox, de Harrison Barnes, du jeune Tyrese Halliburton, les apports de Cory Joseph et Marvin Bagley, sans oublier Nemanja Bjelica. Face à des Nuggets particulièrement indisciplinés, notamment Jamal Murray qui nous a officiellement annoncé qu’il a bien quitté la bulle d’Orlando (9 points à 1/9 au tir, 6 fautes), les Kings restaient dans le match. Le genre d’erreur à ne pas faire, même avec tout le talent de Nikola Jokic et Michael Porter Jr, car tout peut se produire sur un terrain de basket. C’est donc, pour commencer, une prolongation qui était offerte par les deux équipes, Denver n’arrivant pas à passer définitivement devant et Sacramento ne lâchant pas l’affaire. Quand ce n’était pas Will Barton qui y allait de son panier crucial, c’est Harrison Barnes qui menait la charge dans le camp adverse. On voyait bien les Nuggets tenter de faire leur spéciale, c’est-à-dire arrêter de jouer avec leur proie, coller trois stops défensifs, trois paniers et plier le deal sur un 8-0, mais cette perspective ne restait qu’à l’état de… perspective, les Kings ayant une dernière chance d’y croire.

Remise en jeu Denver, score à égalité, 122-122.

Sachant que la remise en jeu est pour Denver, on sent le bon gros shoot de la gagne pour le Joker.

Et avec 6 secondes à jouer, on ne voit pas quel genre de miracle pourrait permettre à Sacramento de l’emporter.

Moteur, action.

La défense de Barnes, pas assez loué dans ce bordel indéfinissable, crée la perte de balle de Jokic. C’est le travail du vétéran qui permet, notamment, à Sacramento de récupérer le ballon. Harrison se voit bien planter le dunk qui lui permettra enfin d’être comparé réellement à Michael Jordan après les comparaison à North Carolina, sauf que Harrison Barnes reste Harrison Barnes donc son tomar est contré. Mais qui traîne dans le coin, futé comme jamais, bien content de roder dans la surface ? Buddy Hield, qui plein de finesse pose la claquette au buzzer. Kings win ! Pendant que les joueurs de Denver prennent leur tête à deux mains, conscients qu’ils ont réalisé l’action (et la fin de match) la plus débilos possible, Hield et ses potes sprintent vers leur vestiaire. S’il y avait eu du public, on aurait bien misé sur une danse de phalanges de la part de Buddy, lui qui aurait adoré dire bonne soirée aux habitants du Colorado à l’aide de ses deux majeurs. Pendant que les commentateurs de Sacramento sautant de joie, Luke Walton n’en revient pas et l’action ponctue une fin de match complètement hors-normes. Comment les Nuggets peuvent autant se foirer ? Et comment se prendre un putback aussi moche au buzzer ? Comment tu perds contre Sacramento en opening night… alors que tu avais la balle à six secondes de la fin et le score était à égalité ? On est sur du Devin Brown qui se vautre dans les pieds de T-Mac, lorsque ce dernier assassine les Spurs au buzzer.

Les mots nous manquent, mais le sourire est bien là. Car la réalité est indéniable : la NBA est de retour, avec ses matchs qui s’enchaînent, ses scénarios improbables et son slogan revisité qu’on adore, The NBA where amazing shit happens. Buddy Hield, merci pour cette main tendue pour qu’on retrouve tous la folie des Kings et de cette Ligue. Denver, danse de la honte et on se retrouve dans huit mois pour la 1ère place du Shaqtin. Quelle rentrée mes amis, quelle rentrée.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top