Kings

Victoire des Kings au buzzer : Buddy Hield assassine les Pistons, if you don’t like that…

Buddy Hield
Source image : NBA League Pass

En déplacement à Detroit, les Kings n’auraient probablement pas dû remporter leur match, mais ils y sont arrivés sur un miracle au finish : Buddy Hield aux commandes, les Pistons en précommande.

Avant de commencer, forcément, on doit tendre un ou deux mouchoirs à nos amis du Michigan, qui n’auraient probablement jamais pensé perdre ainsi cette nouvelle rencontre. Comment ça, au buzzer ? Comment ça, à domicile ? Comment ça, contre Sacramento, alors que Blake Griffin est en feu, et qu’on a 12 points d’avance dans le dernier quart ? Oui, depuis six semaines maintenant, les Pistons nous étonnent jour après jour, et c’est donc une nouvelle prouesse qui a été réalisée cette nuit au Little Ceasar’s par cette équipe. Dominants sur les trois premiers quart-temps de la partie, les boys de Dwane Casey se sont littéralement effondrés dans le money-time, un spécial ces derniers temps et qui a été proposé une énième fois à domicile. Sans Andre Drummond, il fallait se reposer sur Blake et c’est une performance de mammouth que nous sortait Musclor, avec 38 points au compteur et quelques belles décisions en toute fin de match. Le genre de ligne qui, normalement, n’est pas matchée par un gars d’en face, encore plus un gars de Sacramento. No disrespect envers les Kings, simplement la répartition de leur scoring se fait de manière tellement aléatoire qu’on ne s’attend pas à voir un type débarquer de nulle part et tenir tête au multiple All-Star de Detroit. Et bien le justicier californien ne vient pas de nulle part, il a encore pris feu et a encore fait mal, de près comme à distance.

Monsieur Buddy Hield, roi du shoot à distance et grand candidat au titre de Meilleure Progression de l’année. En pleine bourre cette saison, le joueur formé dans l’Oklahoma était capable de trous noirs, comme il était capable aussi de soulever son équipe grâce à une adresse hallucinante. Ce samedi, c’est typiquement dans ce second modèle que les Pistons étaient ravis d’avoir leur buddy, puisque les pieds embourbés dans un sacré merdier, c’est Buddy qui plantait 20 points en première période et maintenait son équipe à la surface. Un effort qu’il ne pouvait pas tenir tout au long de la rencontre, enfin pensait-on. Car derrière l’ami Hield va enchaîner, bien aidé par la paire Bagley-Fox, représentant le futur des Kings. Entre eux trois, la franchise de Vlade Divac va remonter son retard puis forcer les Pistons à commettre de vieilles erreurs au finish, montrant une nouvelle fois les limites de leurs fondations. Pas la même affaire côté Sacramento avec des jeunes libérés et pas censés l’emporter ainsi. Exactement ce qu’il faut pour qu’un type comme Buddy dégaine de manière totalement maladroite au buzzer, avec une jambe qui part en couille, une autre qui part à la free agency, un corps totalement désaxé mais le poignet toujours bien droit. Il ne faut pas beaucoup de temps au bonhomme pour décocher sa flèche et faire mouche, ce que le public de Detroit va réaliser dans un cauchemar à yeux ouverts. Le buzzer sonne, la balle transperce les filets, victoire à la dernière seconde pour Sacramento et l’ensemble du groupe qui se taille au vestiaire en faisant limite des doigts aux passants. Le hold-up parfait, ponctué par un finish de rêve.

Avec ses 35 points cette nuit, mais surtout trois points d’une extrême importance, Buddy Hield confirme son excellente saison, et offre une précieuse victoire aux Kings dans la course au Top 8 : ce genre de win fait la différence en avril…

1 Comment

1 Comment

  1. Rob

    21 janvier 2019 à 9 h 20 min at 9 h 20 min

    On en parle, de la reprise de dribble ? ^^ »

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top