Draft NBA

Officiel : Théo Maledon sélectionné en 34 par les Sixers, mais l’hôtesse d’accueil le redirige vers le Thunder

Theo Maledon

La France du basket pleure son premier tour, mais l’honneur est sauf.

Source image : YouTube/EuroLeague

Il était la pièce manquante d’une soirée à minima réussie. Théo Maledon a finalement été choisi en 34ème position par le Thunder, un second tour synonyme de déception pour celui qui ambitionnait un Top 10 il y a encore quelques mois.

Rémi Reverchon et ses amis rendent l’antenne quelques minutes trop tôt sur beIN. Oui, nous aurions aimé que ce premier tour dure des heures. Des heures, ou au moins quelques minutes supplémentaires, puisque c’est au 34ème choix que les Sixers – sur les ordres du Thunder – ont décidé de sélectionner Théo Maledon qui rejoindra donc Oklahoma City très rapidement. Oui, un meneur de 19 ans avec déjà de grosses sorties européennes à son actif ne mérite pas mieux qu’un 34ème choix. On imagine forcément la petite clim qui a dû faire son effet dans la salle où patientaient Théo et sa famille. Bref, il faut désormais passer à autre chose et regarder devant soi, car la route du meneur est pleine d’opportunités. Évoluer dans une équipe en pleine reconstruction rime aussi avec fort temps de jeu et même si les garanties contractuelles ne sont pas les mêmes que pour un joueur du premier tour (un an de contrat garanti au lieu de deux), le Rhodanien peut largement réussir dans la Grande Ligue. Alors oui, Théo était annoncé 20ème par CBS, 24ème par ESPN et 30ème par The Ringer, mais le meneur va rapidement devoir transformer la déception en motivation puisque les joutes reprennent le 22 décembre prochain. Ricky Rubio de retour à Minneapolis, c’est la mène toute entière qui s’offre à Maledon, si l’on considère que Gilgeous-Alexander est poste 2, bien entendu. Ainsi, il est important de préciser que le timing est mauvais, mais la destination elle, est parfaite.

C’était le choix que beaucoup attendaient pour aller pioncer et résultat, vous serez tous très fatigués demain. Là, c’est tellement un gros bazar que même si la mène du Thunder est libre de droits, on n’est pas à l’abri que Sam Presti lace les baskets pour faire suer son monde. Bref, « seul l’avenir nous le dira » prend aujourd’hui tout son sens. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top