News NBA

Flashback : quand Lauri Markkanen s’est fait un nom en Europe juste avant de décoller pour la NBA

Lauri Markkanen EuroBasket2017

L’Équipe de France en fait encore des cauchemars.

Source image : YouTube/FIBA

Comme quoi, on peut avoir un père à 129 sélections dans l’équipe de Finlande de basket et un frérot footballeur passé par la réserve du Real Madrid et quand même être la star de la famille. Retour sur l’EuroBasket 2017 où le continent a fait la connaissance de Lauri Markkanen.

Désolé par avance pour les mauvais souvenirs ressassés pour certains, mais on pourra se réconforter en pensant à la dernière médaille de bronze de l’Equipe de France à la Coupe du Monde 2019. Car deux ans plus tôt, le maillot bleu le plus à la mode était celui de la Finlande. Une équipe rafraichissante avec des snipers dans tous les coins et surtout ce petit jeunot imberbe mesuré à plus de 2,13 m qui ne se gêne pas pour arroser du parking lui aussi. Un véritable cauchemar pour nos tricolores qui vont choker dès l’ouverture de la compétition face aux locaux dans une Hartwall Areena d’Helsinki chaude à en faire fondre la glace présente dans tout le pays. L’EDF s’incline en prolongation face à la Finlande (86-84), portée par son ailier-fort de 20 ans auteur de 22 points et 7 rebonds. Maintenant que les larmes ont coulé, autant profiter du jeune prodige tant qu’on en parle. Car Lauri Markkanen va tout simplement mettre sa petite nation sur son dos de licorne pour placer les Suomalaiset à la deuxième place du Groupe A, juste derrière la Slovénie future championne d’Europe, avec un bilan de 4 victoires et 1 petite défaite de trois points seulement face à la sélection de Luka Doncic, déjà leader au rebond. Ni la Pologne, ni la Grèce et encore moins l’Islande n’étaient prêts pour la puissance de ce jeune inconnu du grand public parti très tôt de l’autre côté de l’Atlantique pour faciliter son arrivée programmée en NBA quelques mois plus tard.

Petit coup d’oeil dans le rétro, en septembre 2017 Lauri Markkanen est déjà officiellement un joueur des Bulls après avoir été drafté en septième position par les Wolves puis échangé dans la foulée dans l’Illinois. Mais comment un no-name sur son continent natal peut-il être aussi attendu par les scouts NBA ? Tout simplement en rejoignant une université de renom (Arizona) pendant un an pour y démontrer toutes ses skills de basketteur comme la plupart des jeunes stars américaines. Convié au Nike Hoop Summit 2016 et nommé dans la First-Team All-Pac-12 dès sa saison freshman, il a échappé aux filets des plus grosses écuries européennes telles que le Real, le Barça ou le CSKA Moscou pour emprunter la voie classique des étudiants US. Un choix qui s’est avéré payant mais qui a quand même un peu profité à l’Europe lors de cette fameuse compétition qui sonnait un peu comme des adieux pour le nouveau visage du basketball finlandais. Leader de son équipe au scoring lors de quatre des six matchs joués, il termine à la septième place des meilleurs marqueurs de la compétition avec 19,5 points à 53,3% au tir et 47,8% du parking, auxquels il faut rajouter 5,7 rebonds. Malheureusement, il ne parviendra pas à réaliser l’exploit, chutant contre l’Italie au stade des huitièmes de finale. Tant pis, des centaines de maillots sont vendus, Rémi Reverchon est même le premier à se le procurer, et le rendez-vous est pris sur la scène NBA. L’Europe tient l’un de ses nouveaux porte-drapeaux chez l’Oncle Sam, un de plus.

De nouveau convoqué par le sélectionneur finlandais pour la fenêtre de qualification pour l’EuroBasket 2022 fin novembre en attendant la reprise de la compétition en NBA, Lauri Markkanen va peut-être relever le challenge et venir nous rappeler de vieux souvenirs qu’on préférerait oublier dans l’Hexagone. S’il est le prochain Dirk Nowitzki, on aura pu le constater en premier.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top