One-on-One

Salut LeBron James, comment ça va ? Officiellement de retour sur le trône, le King peut savourer

Life is good.

Source image : YouTube House of Highlights

Étrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Focus aujourd’hui sur LeBron James, un joueur plutôt talentueux avec un potentiel intéressant.

35 ans, bientôt 36. 17 saisons dans les pattes, plus de 1 500 matchs en carrière, et désormais quatre bagues au doigt. LeBron James est au centre des débats depuis bientôt deux décennies, et il ne veut toujours pas lâcher l’affaire. En ramenant les Lakers au sommet dans la bulle de Mickey, le King a repris sa couronne, rappelant ainsi à tout le monde qu’il reste au top de sa discipline. 

Que peut-on dire de plus sur LeBron James ? On a parlé du monstre en long, en large et en travers au cours des Playoffs et après le titre des Lakers. À juste titre évidemment, car le numéro 23 a continué d’écrire sa légende en guidant la mythique franchise californienne vers une 17è bannière. Il a continué à repousser les limites, il est devenu le premier joueur de l’histoire à remporter le titre de MVP des Finales avec trois franchises différentes, il a rajouté un argument supplémentaire dans son dossier pour le statut ultime de GOAT… on pourrait enchaîner longtemps comme ça. Cigare à la bouche, bouteille de champagne à la main, BronBron a tout simplement montré qui était le patron après quatre ans d’infidélité de la part du Larry O’Brien Trophy. Suite à l’énorme exploit de 2016 avec les Cavs, le King avait dû s’incliner face à la suprématie des Warriors version Kevin Durant, et puis Kawhi Leonard était en quelque sorte devenu le nouveau maître des lieux en ramenant les Raptors au sommet pendant que BronBron regardait les Playoffs depuis son canapé. Mais tous ces gens vont désormais devoir se reprendre parce que l’autre, il ne semble pas connaître le mot déclin. D’habitude, les mecs de son âge, ils commencent à prendre un peu de recul car le corps montre des signes de fatigue, surtout avec autant de kilomètres au compteur. Sauf que LeBron, il est plutôt du genre à donner la leçon aux jeunots, en étant parfaitement accompagné par son grand copain Anthony Davis. Toujours motivé, toujours affûté, toujours inspiré. Un vrai cyborg, qui ne peut que savourer son nouveau titre après une saison très longue et remplie de challenges. Une petite virée à Vegas avec ses potes des Lakers et le trophée de champion, quoi de mieux ?

On ne sait pas combien de temps LeBron peut garder un tel niveau, mais quelque chose nous dit qu’il n’a pas fini de maltraiter la concurrence. Au fur et à mesure que ça va avancer, James devrait cependant laisser de plus en plus les clés au monosourcil, qui est plutôt pas mauvais dans son domaine. Le duo a fait des ravages cette année et il n’y a aucune guerre d’ego entre les deux superstars des Lakers. Ils s’entendent parfaitement sur les parquets, et se kiffent en dehors. Bonne chance pour rivaliser avec ça, et on retrouvera la franchise pourpre et or dans la course au titre pour les années à venir. La mission back-to-back pourrait d’ailleurs commencer dès le 22 décembre prochain, ce qui ne laisse pas énormément de temps à LeBron pour savourer ses vacances au sommet, à tel point qu’il pourrait les prolonger selon son copain Danny Green. On verra bien, on imagine que LBJ n’a pas trop la tête à ça en ce moment. Il doit tranquillement passer du temps avec sa petite famille, en suivant ses projets extra-sportifs comme « More Than A Vote » (coucou Barack) en cette période d’élections présidentielles, ou en créant des nouveaux. Un documentaire concernant l’émeute raciale de Tulsa il y a un siècle, nommé « Dreamland : The Rise and Fall of Black Wall Street », serait d’ailleurs dans les cartons. Et puis en parlant de production, il y a évidemment « Space Jam : A New Legacy » qui est prévu pour l’été 2021. Hâte de voir BronBron aux côtés des Looney Tunes, ça va rappeler les Cavaliers de 2007.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 200%
  • Jauge de hype actuelle : 100%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 1000%
  • Celui qu’il aimerait devenir : le GOAT
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : un LeBron complètement chauve

Solidement assis sur le trône, LeBron James peut savourer l’intersaison, même si elle risque d’être courte. De toute façon, le mec serait probablement capable de dominer la concu même en cas de reprise demain. Il y a des phénomènes comme ça qui ne sont pas construits comme les humains normaux. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top