Equipes

Steve Ballmer était prêt à faire table rase après le choke des Clippers : l’euphorie de l’été 2019 paraît tellement loin…

Steve Ballmer clippers 31 décembre 2020

C’était très très chaud en coulisses.

Source image : YouTube

Considérés comme l’un des grands favoris pour le titre NBA après le recrutement de Kawhi Leonard et Paul George l’an dernier, les Clippers n’ont cependant pas réussi à passer ce maudit cap des demi-finales de Conférence, eux qui ont lâché un choke monumental face aux Nuggets en Playoffs. Et ça évidemment, ça n’a pas plu du tout au big boss Steve Ballmer, à deux doigts de retourner la table.

Sans aucun doute, Steve Ballmer est un vrai personnage en NBA. L’ancien patron de Microsoft fait partie de ces proprios de franchise qui sont à fond derrière leur équipe. Il n’hésite jamais à se lâcher quand l’occasion se présente, on le voit célébrer comme un die-hard fan en mouillant littéralement la chemise, tout ça avec le crâne qui brille. Un gros passionné donc. Et on le sait, quand il y a la passion, parfois ça peut déborder. Comme vous pouvez l’imaginer, lorsque Ballmer a vu ses Clippers craquer complètement face aux Nuggets, il est devenu tout rouge. Mais genre vraiment. Perdre trois fois de suite alors qu’il y avait une énorme bataille de Los Angeles à disputer, c’est le genre de délire qui ne passe pas du tout. Sur The Ryen Russillo Podcast, on apprend que l’ami Steve était prêt à faire le grand ménage au sein de sa franchise tout de suite après l’humiliation des demi-finales de Conférence. Le ménage dans le coaching staff, voire même dans l’effectif, bref faire table rase tout simplement, seulement un an après le recrutement XXL de Kawhi Leonard et Paul George lors de la folle intersaison 2019. Au final, il s’est calmé mais le coach Doc Rivers a tout de même payé l’addition, lui qui se retrouve désormais à Philadelphie. Alors qu’on pensait que Doc était safe pour la saison 2020-21, Ballmer a effectivement décidé de se séparer de lui deux semaines après l’élimination, et ce contre l’avis du front office, qui visiblement a perdu la confiance du proprio. Une décision assez radicale donc, d’autant plus que Kawhi serait venu en partie aux Clips à cause de la présence de Rivers.

La grosse frustration de Steve Ballmer, elle a plusieurs origines. Déjà, évidemment, c’était honteux de perdre avec un avantage de 3-1 et un tel effectif, mais ça va bien plus loin que ça. Plein aux as, Ballmer n’a pas hésité à lâcher beaucoup de billets verts sur le front office, le coaching staff et le département des analytics afin de maximiser les chances des Clippers. Sauf que Doc Rivers et ses gars n’ont pas vraiment collaboré avec les spécialistes des stats, qui conseillaient aux différents coachs d’utiliser plus souvent Ivica Zubac en lieu et place de Montrezl Harrell lors de la série face aux Nuggets. Sur l’ensemble des sept matchs contre Denver, le pivot croate a certes eu droit à plus de minutes que le Sixième Homme de l’Année (172 pour 134), mais la différence est assez faible par rapport à celle de l’efficacité entre les deux joueurs sur cette série. Vous voulez une stat qui pique ? Contre la bande à Nikola Jokic, le +/- de Zubac était de +32 sur les sept matchs. Celui d’Harrell ? -37. Ouch. Alors oui, le +/- ne dépend pas uniquement de la production d’un seul joueur, mais ça reste des chiffres significatifs. On peut donc comprendre la rage du chauve. À ça, vous ajoutez le dossier Michael Porter Jr., le prometteur rookie des Nuggets, qui s’est notamment montré clutch dans le Game 5 de la série. Pour rappel, MPJ a été drafté seulement en 14è position en 2018, la faute surtout à un dossier médical inquiétant. Devinez qui possédait les picks 12 et 13 cette année-là ? Les Clippers, évidemment, qui ont préféré miser sur Shai Gilgeous-Alexander (ok on comprend) et… Jerome Robinson (WTF). À l’époque, si l’on en croit de récents propos de Porter Jr., un médecin des Clippers avait carrément fait une croix sur le joueur en disant qu’il n’allait plus jamais jouer au basket. Et le pire dans tout ça, c’est que Ballmer voulait le sélectionner car il connaissait le jeunot, passé notamment par Seattle au lycée. Aie.

Ça fait quand même beaucoup là, surtout que les Clippers ont quasiment sacrifié leur avenir pour véritablement gagner maintenant, là tout de suite. Ils ont lâché environ 200 picks de Draft ainsi que la pépite Shai Gilgeous-Alexander pour pouvoir récupérer Paul George et Kawhi Leonard (deux stars au contrat max) à l’intersaison 2019, et ces deux-là peuvent potentiellement dire au revoir à Los Angeles dès… 2021. Car il ne faut pas l’oublier, Kawhi a signé un contrat 2+1 l’an passé, c’est-à-dire pour deux saisons avec une player option sur la troisième. Quant à Paulo, il possède également une player option après la saison prochaine. La campagne 2020-21 s’annonce donc particulièrement tendue dans la Cité des Anges, et tout autre résultat qu’un titre ou au moins une apparition en Finales NBA serait vu comme un échec retentissant, qui pourrait engendrer de très grosses conséquences pour la franchise californienne. Pour l’instant, on ne sait toujours pas qui va prendre la place de Doc Rivers pour mener les Clippers dans cette mission périlleuse. L’assistant Tyronn Lue (qui rencontre les Clippers ce samedi) pourrait être promu, mais il est également convoité par d’autres équipes au projet intéressant comme New Orleans et Houston. C’est donc un dossier qui n’est pas encore réglé, et on verra ce que Steve Ballmer va décider dans les prochains temps. En tous les cas, ça ressemble à un joli petit bordel chez les Clips.

Furax, le patron Steve Ballmer semble vouloir prendre les choses en main après la catastrophe des Playoffs 2020. Où est-ce que ça va mener l’autre franchise de Los Angeles ? Mystère mystère, mais ce qui est certain, c’est qu’on est bien loin de l’euphorie de l’été 2019. 

Source texte : The Ryen Russillo Podcast

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top