Spurs

Gregg Popovich a un crush pour Nikola Jokic : « Il est comme la réincarnation de Larry Bird »

Gregg Popovich masqué

C’est qu’il deviendrait presque romantique, le Pop.

Source image : Youtube

Alors qu’à Denver les fans se réjouissaient de Bol Bol en pré-saison et qu’ils s’excitent maintenant sur MPJ, le coach un peu mythique des Spurs s’est extasié sur Nikola Jokic après sa performance de la nuit dernière. Pour Gregg Popovich, le meneur/pivot serbe des Nuggets est un OVNI sur la planète basket.

Grand artisan de la victoire des poulets en croquettes panées et frites face aux Spurs ce mercredi, Skinny Jokic a donné l’impression à Pop d’être un Hall of Famer descendu tout droit de son Mont Olympe ou plutôt de Springfield, Massachusetts. Adoubé par le sélectionneur de Team USA, le Joker a dû rougir de bonheur après les éloges de la part de l’un des meilleurs coachs de l’Histoire. On avait déjà eu le droit à la punchline de Larry Bird sur MJ qui disait que « c’était Dieu déguisé en Michael Jordan », cette fois c’était Larry Legend déguisé en Jokic. Le coach de San Antonio s’est lâché au micro pour sa déclaration sur le Big Honey en conférence de presse dans des propos relatés par ESPN :

« Jokic est comme la réincarnation de Larry Bird. Il fait tout. Il est incroyable. […] Ils [les jeunes joueurs des Spurs qui défendaient sur le Joker, ndlr] n’ont jamais rien vu de tel. Il s’écarte et met des 3-points. Il prend des rebonds, il devrait y avoir une règle en NBA pour que vous ne puissiez pas sortir la balle pour vous même. C’est Moses Malone. Vous savez, il est dessous et il saute d’environ 5 millimètres, puis tape la balle deux ou trois fois, l’attrape et il la met dans le cercle. Ce n’est pas seulement de la chance. Il le fait tout le temps. Il est très bon au rebond, il est peut-être le meilleur passeur parmi les big men de la Ligue. Si ce n’est pas le cas, alors il s’en rapproche. C’est un joueur assez spécial. »

Avec les promesses que Michael Porter Jr. nous montre en ce moment – celles d’un joueur anciennement promis au first pick et gêné par les blessures – et un Jokic au sommet de son art pour sa cinquième saison outre-Atlantique, les Nuggets impressionnent. Si même après l’expérience malheureuse du premier tour 2019 et la rancœur d’une série perdue au terme d’un Game 7 chelou Pop parvient à encenser un adversaire, c’est dire le niveau du gars. En même temps, avec des moyennes à 20,4 points, 10,1 rebonds et 7 caviars par match, il mérite le respect. Ça drafte malin dans le Colorado : le Serbe en 41ème position, MPJ en 14ème et l’an passé Bol Bol en 44ème. Denver n’a pas peur de prendre des risques et pour le moment ça a l’air de payer.

Les Nuggets se rapprochent dangereusement de la deuxième place de l’Ouest avec leur bilan de 45-23 en n’étant plus qu’à un demi match des Clippers. Ils sont sur la pente ascendante et c’est bien grâce à la deuxième partie de saison de Niko Bird. S’ils restent au troisième seed, le match-up face aux Rockets risque d’être des plus cocasses.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top