Documentaires

Zoom « The Last Dance » – le livre « The Jordan Rules » de Sam Smith : quand l’image de Michael Jordan a commencé à se dégrader

Non, Michael Jordan n’était pas parfait.

Source image : Netflix - The Last Dance

À travers la sortie de deux épisodes de « The Last Dance » tous les lundis jusqu’au 18 mai prochain, on va bouffer du taureau pendant un mois, et découvrir – ou redécouvrir – de nombreuses anecdotes ainsi que des histoires concernant les Bulls de Michael Jordan. Alors en plus du débrief dédié à chaque épisode, on a décidé de faire un zoom sur certains passages de ce docu-série qui nous paraissent particulièrement intéressants. Allez, on enchaîne. 

Non, Michael Jordan n’est pas parfait. Au cours du sixième épisode de « The Last Dance », les controverses autour de MJ avant sa première retraite en 1993 ont été le thème dominant. Et celui qui a véritablement ouvert la porte à toutes ces controverses, c’est Sam Smith, journaliste qui couvrait les Bulls pour le Chicago Tribune et auteur du bouquin « The Jordan Rules ». Ce dernier a fait beaucoup de bruit au moment de sa sortie fin 1991, entachant notamment l’image de gendre idéal qui caractérisait Jordan…

# « The Jordan Rules » version Sam Smith

Le titre est hyper bien choisi : « The Jordan Rules ». Habituellement, quand on pense aux Jordan Rules, on pense aux Bad Boys de Detroit et à leur manière de mener la vie dure à la superstar des Bulls. On avait d’ailleurs fait un zoom sur le sujet pour les épisodes 3 et 4. Mais ici, la signification est complètement différente. Au lieu de prendre les coups, c’est Jordan qui les inflige… à sa propre équipe. On rentrera dans les détails un peu plus tard.

Sorti en novembre 1991, le bouquin de Sam Smith racontait l’histoire du premier titre des Bulls lors de la campagne 1990-91. Et comme « The Last Dance » peut le faire aujourd’hui pour la dernière saison de la dynastie Chicago, « The Jordan Rules » était très axé sur les coulisses de l’équipe, n’hésitant pas à mettre en lumière les tensions au sein du groupe et surtout la dark side de Michael Jordan. Pourtant, ce livre à succès a failli ne pas voir le jour. Lors d’une interview récente avec HoopsHype, Smith se rappelle avoir galéré pour trouver un éditeur car à la base, quand il a proposé son projet, Jordan et les Bulls n’étaient pas encore champions NBA : « J’ai eu 90% de refus. On me disait, ‘C’est un très bon joueur, mais il n’a rien gagné. Et toi ? Qui es-tu à part un pauvre reporter qui bosse pour un journal ?' ». Mais une fois que le bouquin a pu sortir, il s’est transformé en best-seller.

# De l’homme parfait au leader tyrannique

Au cœur du bouquin, comme souvent, il y avait Michael Jordan. Ou plutôt la face cachée de Michael Jordan. Immensément populaire, au top de la NBA et véritable figure marketing, MJ était perçu comme le golden boy. Mais dans son livre, Sam Smith a déconstruit ce mythe, mettant notamment en avant son comportement parfois tyrannique avec certains de ses coéquipiers comme Will Perdue, Dennis Hopson ou encore Horace Grant.

« Il était l’Américain parfait. Il représentait les grandes marques, il y avait cette pub pour Coca-Cola dans laquelle il offre des canettes aux enfants. Les chaussures, son sourire, il était sur ‘Saturday Night Life’ avec Letterman. Il était vu comme cette personne magnifique, le gendre idéal. Et puis j’ai écrit ce livre qui disait, ‘Il peut vraiment être méchant parfois’. »

– Sam Smith, via le Chicago Tribune

Nombreux sont ceux qui ont immédiatement pris la défense de Michael Jordan, et les critiques concernant Sam Smith ont fusé. On apprend via le docu-série qu’il avait carrément reçu des menaces à l’époque et que le journal pour lequel il travaillait lui avait conseillé de rester chez lui pendant une semaine. Forcément, quand on s’attaque à la légende Jordan, il ne faut pas s’attendre à dormir tranquille. Cependant, comme le dit Smith dans le sixième épisode, le fait de montrer un autre aspect de Michael – beaucoup plus sombre et à contre-courant de son image habituelle – a fait le succès de son livre.

« J’étais choqué de voir les ventes exploser. Mais le livre était populaire parce qu’il a montré publiquement que Michael Jordan n’était pas parfait. Il n’y a pas tout le monde qui l’aimait. »

# Sam Smith a ouvert la porte aux controverses

« Les problèmes ont notamment commencé quand le livre de Sam Smith est sorti. »

Cette phrase, signée Phil Jackson dans « The Last Dance », démontre bien l’impact du bouquin de Sam Smith. Dans le docu-série, on voit que des questions ont commencé à se poser au sein de la franchise de Chicago et on peut imaginer le climat de méfiance qui pouvait régner dans l’équipe à ce moment-là, notamment pour Michael Jordan. Si ses performances sur les parquets n’ont pas été impactées par tout ça, MJ n’était évidemment pas ravi de voir son image si soigneusement construite être mise à mal.

« Ça le dérangeait. Il ne me l’a jamais dit, mais le connaissant, je savais que ça le gênait. […] Il gardait ça dans un coin de sa tête. Ce qui l’énervait le plus par rapport au livre ‘The Jordan Rules’ et puis les autres controverses comme le gambling, c’est le fait d’être perçu d’une manière négative. »

– Sam Smith, via le Chicago Tribune

Même si ce n’était pas l’objectif de Sam Smith, son livre a en quelque sorte ouvert la voie aux différentes controverses qui ont suivi, comme si le côté intouchable de Michael Jordan avait soudainement été brisé. Le chèque pour Slim Bouler, avec qui il s’est fait un golf au lieu d’aller à la Maison Blanche en décembre 1991, le livre de Richard Esquinas sur l’addiction aux jeux d’argent de MJ, la virée nocturne du côté des casinos d’Atlantic City lors des Finales de Conférence 1993 face aux Knicks… toutes ces histoires ont été mises en avant dans le sixième épisode car elles faisaient bien l’actualité à l’époque, portant ainsi atteinte à la réputation de Mike.

Les six premiers épisodes dans la boîte, on se retrouve la semaine prochaine pour de nouveaux débriefs et de nouveaux papiers zoom afin de revenir sur les grands tournants de la dynastie Bulls de Michael Jordan. En attendant, portez-vous bien, une semaine ça passe vite.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top