Bulls

Coby White tape deux fois son career-high en 24 heures : tout est dans les cheveux, c’est le rookie qui le dit

Encore autorisés à rêver des Playoffs, les Bulls avaient un match important cette nuit face à Washington. La soirée au United Center n’aurait pas pu mieux se dérouler, surtout pour Coby White qui a battu un nouveau record en tant que rookie. Cette fois il a tout avoué en conférence de presse, s’il est si fort, c’est seulement grâce à ses cheveux. On aurait dû s’en douter.

Généralement sujets aux moqueries, les Bulls restent néanmoins toujours dans la course au Top 8 à l’Est. Avec cinq matchs de retard sur Orlando, huitième, et plus qu’1,5 derrière ses victimes de la nuit, les Wizards, Chicago doit viser un quasi-sans-faute pour tenter de prolonger sa saison au printemps. Ce ne sera pas chose facile, mais Zach LaVine a l’air particulièrement vénère de ne pas avoir été retenu pour son All-Star Game, à Chi-Town, et les Taureaux peuvent aussi compter sur un soutien de poids dans la second unit. Hier soir, Coby White a encore sorti le grand jeu pour rejoindre Michael Jordan dans une catégorie statistique au sein du grand livre d’histoire de la franchise de l’Illinois. Le genre de phrase qui met tout le monde d’accord, quoi qu’il arrive. En prenant un coup de chaud, notamment en première mi-temps où il a marqué 26 de ses 33 points, le septième choix de la dernière Draft est devenu le seul rookie de l’histoire des Bulls à enchaîner deux performances à plus de 30 points en back-to-back avec Sa Majesté. Ça vaut ce que ça vaut mais ce n’est pas le seul record qu’il a réussi à faire tomber hier, devenant également le premier first year à enregistrer deux performances d’affilée à 33 points, tout ça en sortant du banc. Trae Young et Allen Iverson sont les seuls à pouvoir en dire autant depuis 1992 mais ils étaient tous les deux déjà starters. Pas mal, non ?

On dirait que le rookie wall est un mythe ou qu’il lui permet au contraire de prendre appui pour se hisser encore plus haut. Toujours est-il que depuis la réception des Suns samedi soir, Coco est en feu en tapant deux fois son career-high à 24 heures d’intervalle. 33 puntos contre Phoenix à 7/13 du parking et donc rebelotte cette nuit à 5/7 de loin mais avec 6 rebonds, 2 passes, 2 steals et 1 contre pour noircir la feuille comme il faut. Ce n’est pas la première fois qu’il est aussi adroit de loin, lui qui avait envoyé sept flèches de la buvette en un quart-temps contre New York au mois de novembre. Un autre record historique pour un rookie. Et le point commun dans toutes ces performances qui risquent de rester dans les mémoires un petit moment ? Ce sont ses tifs, bien sûr ! Pour être tout à fait exact, il arborait encore une belle afro pour affronter les Knicks alors qu’on est plutôt sur de la tresse désormais. Mais si vous lui demandez, il a catégoriquement refusé de couper ses cheveux en se contentant simplement de faire évoluer leur forme pour ne jamais se fatiguer. Les propos son rapportés par ESPN.

« Oui, ça me donne des pouvoirs. C’est ce que tout le monde dit. C’est devenu ma marque de fabrique. […] Je les ai toujours. Les tresses ajoutent simplement un truc en plus. Je commençais à me lasser un peu de la fro. Ça ne me semblait plus assez frais. Ça commençait à devenir long et je n’avais pas envie de les couper alors j’ai commencé à les tresser et je les trouve incroyables. Ça change toujours un petit peu mais ils sont juste plus faciles à entretenir maintenant. […] Je ne mets rien de spécial. J’ai juste commencé à faire pousser mes cheveux et ça a poussé de cette manière. C’était frisé et naturel alors j’ai décidé de les garder. Il faut les laver mais à part ça je n’ajoute vraiment rien. Maintenant que la saison a commencé, je dois les laver une fois par semaine mais sinon je me lève et je me frotte la tête. C’est tout. Je n’ajoute rien, je me lève et c’est parti pour la journée. »

Vous l’avez compris, celui qui est entré dans la vingtaine la semaine dernière est plus bavard pour parler coiffeur que panier-ballon. Une originalité qui nous rappelle le Brow d’AD, la barbe de James Harden ou la calvitie de LeBron. Alors c’est bien beau tout ça, mais il va vite falloir réfléchir à un surnom pour désigner le rookie par une belle métaphore capillotractée (vous l’avez ?). Pour soumettre une proposition, envoyez un mail à coby.white@unsurnompourlavie.fr et le gagnant remportera un an de shampooing offert chez le coiffeur le plus proche de chez lui. Dommage que l’on sache tous que c’est le Shaq qui va encore gagner, à part quand il porte des perruques chelou il n’a pas trop besoin de se faire mousser la tignasse.

Rendez-vous sur la chaîne YouTube de Coby White pour de prochains tutos beauté. Si ça lui permet toujours d’être aussi efficace sur le terrain, les Bulls vont peut-être songer à lui assigner un coiffeur personnel. En tout cas, Jim Boylen va devoir réfléchir à la meilleure option entre continuer à le faire sortir du banc ou l’inclure dans son cinq majeur pour augmenter les chances de victoire de son équipe. Ah oui et au fait, à quand la Coby White wig night ? Y’a un autre record à battre à Chicago.

Source texte : ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. Rammi

    24 février 2020 à 10 h 58 min at 10 h 58 min

    Malin le rookie.

    Annoncer que tu te laves les cheveux qu’une fois par semaine (avec 3 matchs/3 entraînements par semaine environ), bonne méthode pour créer de gros trous dans les défenses.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top