Celtics

Les Français unanimes sur Vincent Poirier : validé par Batum et Fournier, reste plus qu’à convaincre les fans des Celtics

Vincent Poirier

Déjà, il arrivera avec une médaille de bronze autour du cou contrairement à ses coéquipiers qui jouaient pour Team USA.

Source image : NBA 2K

La cohésion du groupe France qui vient de se hisser au troisième rang mondial n’est plus à prouver, tant leur joie d’être ensemble était communicative durant cette quinzaine chinoise. Le capitaine, Nicolas Batum, et Evan Fournier ont d’ailleurs montré leur admiration envers leur coéquipier Vincent Poirier qui découvrira la NBA avec les Celtics à la reprise.

La carrière de basketteur de Vincent Poirier va à 100 à l’heure. Encore joueur de Pro B à Hyères-Toulon il y a quatre ans, il s’apprête à faire ses grands débuts en NBA sous le maillot de Boston. Les fans des Celtics qui ne le connaissaient pas encore ont dû être satisfaits de ce qu’il ont vu du barbu en Chine même s’il n’est presque pas apparu lors des quarts et de la demi pour des raisons tactiques. Lors de la petit finale contre l’Australie, il a montré tout ce qu’il pouvait apporter sur un terrain : mobilité, puissance ou encore défense. Des caractéristiques indispensables pour lui permettre de se faire une place en NBA et ce ne sont pas Aron Baynes et Andrew Bogut qui nous contrediront. Le meilleur rebondeur de l’Euroleague cette année avec 8,3 prises par match a donc toutes ses chances pour réussir à Boston, une équipe coachée par Brad Stevens qui s’intéresse à Vince depuis quelques temps puisqu’ils souhaitaient déjà le faire venir déjà pour les Playoffs en 2019. En tout cas, Nicolas Batum s’est montré très enthousiaste sur l’avenir du pivot français dans la Grande Ligue au micro de John Schumann de NBA.com.

« Je crois qu’il a commencé le basket il y a cinq ans donc il a eu une carrière étrange. Il nous a beaucoup aidé avec son énergie. Nous ne pouvons pas compter sur Rudy [Gobert, ndlr] à chaque match… Il a été énorme. Il n’était pas intimidé par Bogut et par Baynes… il a été incroyable ce soir. »

Même son de cloche du côté d’Evan Fournier qui valide complètement le choix de Boston. On ne sait pas si le natif de Clamart est calé sur les lyrics de Booba mais Vavane aurait sûrement bien aimé le voir le rejoindre en Floride plutôt que de l’affronter dans la Conférence Est la saison prochaine.

« C’est un pivot capable de contrer des tirs et de contrôler la raquette. Il roule très bien, il peut attraper les passes lobées et il a beaucoup d’énergie. C’est une bonne recrue pour Boston sans aucun doute. »

Les fans de Vitoria, le dernier club de Poirier, pourront confirmer les propos des Français. En deux ans, il était devenu un joueur incontournable de cette grosse équipe espagnole arrivée jusqu’en quart de finale de l’Euroleague (défaite 3-1 contre le CSKA Moscou de Nando De Colo). Et même si son joueur 2K n’est pas encore au top de la ressemblance, il a un gros potentiel à développer dans l’équipe de Brad Stevens. En tout cas, il y aura des minutes à prendre derrière Enes Kanter pour tenter de se faire une vraie place en NBA. La concurrence risque d’être rude avec Daniel Theis et Tacko Fall.

Après sa médaille de bronze avec les Bleus, le rêve continue pour Vincent Poirier qui va partir en direction Boston pour commencer à se préparer avec sa nouvelle équipe. Ce qui est sûr, c’est qu’il aura déjà de quoi chambrer les quelques joueurs des Celtics qui étaient avec Team USA à l’entraînement.

Source texte : John Schumann/NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top