One-on-One

Dirk Nowitzki souffle aujourd’hui ses 41 bougies : l’occasion idéale pour lui rendre hommage… à notre façon

Dirk Nowitzki

Parce que c’est important, les hommages.

Source image : YouTube

Pour tout allemand amateur de basket, le 19 juin est évidemment une date à part. Non pas car c’est la date à laquelle Robin Benzing a un jour cru qu’il percerait au plus haut niveau, mais plutôt car il y a 41 ans venait à la vie l’un des plus beaux joyaux de l’histoire du sport allemand. Dirk Nowitzki est au basket ce que Michael Schumacher était aux bagnoles, il est à la balle orange ce que Gerd Muller fut au ballon de foute, il est au fade-away ce que l’inspecteur Derrick est aux arrestations de bandits de grand chemin. L’occasion parfaite pour lui faire un clin d’œil à notre façon, alors à vos… casseroles.

A vos casseroles ? Oui madame, oui monsieur, car aujourd’hui pour fêter les 41 ans du Wunderkind, nous partirons tout simplement sur la recette officielle de la choucroute garnie. Faut pas nous en vouloir, l’absence de matchs nous rend complètement cinglés.

Avant de débuter le papier le plus élaboré de l’année, sachez messieurs dames que le vrai nom de la choucroute est donc « choucroute garnie », le terme choucroute étant pour sa part dévolu exclusivement au fait de découper un chou en fines lanières et de le faire fermenter en saumure. Savez-vous également qu’à la base la choucroute est un procédé né… en Chine ? Eh bien disons que maintenant vous le savez. An de grâce 451 après Yeezus, les envahisseurs Huns rentrent de Chine avec des choux plein les poches, à croire qu’ils en avaient de très grosses (des poches) et la grande histoire de la Sauerkraut (sauer = acide et kraut = chou) allemande peut donc se mettre en marche, même si ce n’est qu’au XVIème siècle que la choucroute garnie apparait enfin sur les tables des monastères. Un plat que l’on appelle parfois à l’époque « kompostkrut », et franchement ça donne super envie. Telle qu’on la connait, la choucroute garnie est arrivée dans nos assiettes au XIXème siècle, comme le basket, ce qui peut aisément nous faire dire aujourd’hui que Siècle des Délices >>> Siècle des Lumières ».

Et c’est officiel pour les quelques hésitants, on est donc réellement parti pour une fabuleuse recette de cuisine.

Ingrédients :

  • 1 kg de choucroute crue (en saumure), rincée et essorée, deux adjectifs définissant bien le Dirk Nowitzki version 2019 ou le Anthony Bennett version « toute sa carrière »
  • 10 baies de genièvre de Fontenay.
  • 3 clous de girofle, à planter avec un marteau.
  • 1 cuillère à café de graines de carvi.
  • 120 g de graisse d’oie, à ponctionner directement dans les fesses de Kyle Lowry.
  • 50 g de beurre doux.
  • 50 cl de vin blanc Riesling, à verser avant qu’un J.R. Smith ou un Marc Gasol ne tape son cul-sec.
  • 2 oignons, coupés en petits dés.
  • 250 g de porc fumé, tranché.
  • 200 g de palette de porc fumée.
  • 150 g de lard fumé.
  • 20 petites pommes de terre à chair ferme, pelées (type grenaille, Charlotte Hornets ou Roseval).
  • 6 saucisses de Strasbourg, aucun rapport avec Vincent Collet.
  • 6 Gendarmes même si on ne voit pas le rapport.
  • 6 tranches de saucisson à l’ail fumé.
  • 3 feuilles de laurier.
  • Sel.
  • Poivre.
  • Un assortiment de charcuteries au choix.
Instructions :
  • Faire revenir les oignons dans le beurre pendant deux minutes à feu moyen.
  • Lorsque les oignons sont translucides, ajouter le porc fumé et remuer pendant cinq minutes.
  • Ajouter ensuite le chou en intercalant cuillère par cuillère la graisse d’oie au fur et à mesure. Assaisonner avec du sel, les clous de girofle, le carvi et les baies de genièvre. Bien remuer pendant quelques minutes, le temps que la graisse d’oie fonde.
  • Ajouter ensuite le vin blanc puis couvrir à hauteur d’eau bouillante. Amener le tout à ébullition.
  • Ajouter les pommes de terre préalablement salées et poivrées, ainsi que les tranches de saucisson fumé à l’ail, les gendarmes et les enfoncer dans le chou pour qu’ils soient immergés autant que possible.
  • Cuire à couvert pendant vingt minutes à feu moyen/fort, puis à feu doux pendant encore trente minutes. Remuer délicatement de temps en temps.
  • Découvrir ensuite pour laisser le liquide s’évaporer et cuire pendant trente minutes encore.
  • Enfin, ajouter les saucisses de Strasbourg et le lard sans trop les enfoncer dans le chou pour ne pas les abîmer en mélangeant, et laisser terminer la cuisson pendant environ quinze minutes.
  • Servir avec un assortiment de charcuterie.

Il ne vous reste plus qu’à vous mettre aux fourneaux, juste après vous être demandés si vous venez effectivement de lire une recette de choucroute sur votre site de NBA préféré. Mais comme on ne s’arrête jamais, voici pour finir comment s’intitule ce drôle de plat dans d’autres pays d’Europe, et avec ça on vous jure que vous aurez l’air d’un génie à la machine à café. Allez, 35 minutes de préparation, 1h15 de cuisson, à table et surtout n’oubliez pas l’essentiel : joyeux anniversaire Mr Nowitzki.

Italie : crauti
Bulgarie : kiselo zele
Croatie et Serbie : kiseli kupus
République Tchèque : kysané zelí
Lettonie : skābi kāposti
Lituanie : rauginti kopūstai
Pologne : kiszona kapusta
Roumanie : varza murata
Russie : kvashenaya kapusta
Slovaquie : kyslá kapusta
Slovènie : kislo zelje
Ukraine et Hongrie : savanyú káposzta

2 Commentaires

2 Comments

  1. chutney65

    19 juin 2019 à 11 h 49 min at 11 h 49 min

    41 ans pour l’ex n°41. Happy birthday Dirk !

  2. Vpc

    19 juin 2019 à 16 h 33 min at 16 h 33 min

    Merde j’avais pas lu la recette en détail. Sont fous ces trashtalkers !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top