Playoffs NBA

Les Raptors n’ont pas peur des Warriors : TrashTalk l’a vu, sur place, de ses propres yeux

Warriors

Souvenir, souvenir.

Source image : YouTube

Il n’y a eu que deux matchs entre Raptors et Warriors sur cette saison régulière 2018-19. Un aller à Toronto, un retour à Oakland. Et pour ce second épisode qui a eu lieu en décembre dernier ? TrashTalk était sur place

Bonheur palpable en apprenant la nouvelle. Se déplacer avec Under Armour pour rencontrer Stephen Curry, découvrir sa nouvelle paire de pompes et le centre d’entraînement des Warriors, paye ton rêve de gosse. Jusque là, normalement c’est la totale. Mais la cerise sur le gâteau viendra, un peu plus tard, comme un alignement des planètes imprévisible. Quelques jours après un Raptors – Warriors exceptionnel en terre canadienne, les deux franchises se retrouvent à l’Oracle Arena… et les billets sont là. Oh pétard. Que demander de plus ? Comment envisager autre chose qu’une rencontre épique, un moment all-time, une giga cerise sur le gâteau afin de ponctuer un voyage déjà unique ? La jauge d’excitation explose, on arrive à l’Oracle Arena. Pour voir KD, pour voir Steph, pour voir ces Warriors rentrés profondément dans l’histoire. Pour voir Kawhi ? Malheureusement, la star de Toronto est absente. Enfin, présente, mais annoncée out pour ce match tantatendu. Tristesse, et réaction tentante dans la même seconde, ça sent le blowout à plein nez pour Kyle Lowry et ses potes. On ne va quand même pas assister à une victoire des Raptors sans Kawhi, là-bas à l’Oracle, alors que Golden State a perdu plus tôt à la Scotiabank Arena. On ne va quand même pas regarder le retour de Curry dans la rotation de Steve Kerr, pour que le type nous fasse une juin 2016. Certainement pas pour le premier déplacement de TrashTalk, sur place, dans cette salle de torture bientôt transformée en étape de pèlerinage.

Et bien, si.

Toronto et ses fans ne retiendront peut-être pas cette victoire, pour des raisons évidentes. Déjà car le blowout aura bien lieu, mais dans le sens inverse des projections. Plus concentrés, plus motivés, plus collectifs et disciplinés, les Raptors vont mener la rencontre avec la classe d’un… futur finaliste NBA, le mois de juin étant alors à l’époque un doux rêve, une utopie, plus qu’une proche réalité. L’homme fort se nomme Pascal Siakam, trop imprévisible et actif pour ces Warriors qui traînent des pieds. Le groupe complet de Nick Nurse fait le job sans trembler, un peu comme une grande répétition générale avant de futurs Playoffs qui leur serviront de grand test. Les fans de Golden State venus se rassembler ce soir là dans l’arène sont silencieux, mais de façon troublante. Il faut dire que l’équipe n’est pas sur une bonne passe. Est-ce une raison de paniquer pour autant ? Pas forcément. Mais le niveau de décibels est bien là, impossible à cacher, aussi bas que dans un pauvre match de pré-saison. Quelques supporters des Raptors, regroupés comme des vaches dans une cage, charrient le public à cœur joie. Les plus confiants leur hurlent que ce n’est qu’un match de saison régulière, qu’ils regarderont les futures finales NBA dans leur canapé, comme tous les ans dans l’histoire de la franchise. Aujourd’hui ? Ce souvenir est frappant, car la scène est bien là, posée devant nous. 

Toronto s’impose de 20 points chez les Warriors, une goutte d’eau dans un océan de saison régulière qui contient plus de 1000 rencontres. Mais il est impossible de croire, à quelques heures du début de ces finales NBA 2019, que cette goutte d’eau ne s’est pas transformée en véritable source pour Kyle Lowry et sa clique. Certes, bien des choses ont changé depuis, Marc Gasol et DeMarcus Cousins n’étaient pas là. Et par conséquent, les bancs étaient différents, l’énergie pas la même, l’approche bien différente. Sauf que Nurse sait ce qu’il pourra dire à ses hommes, cette nuit comme dans quelques jours, lorsqu’il prendra l’avion en direction d’Oakland : on a déjà regardé cette équipe dans les yeux, n’ayons pas peur de le refaire tout au long de cette série. 

La saison régulière est souvent prise par certains comme une anecdote, un teaser des Playoffs, une compétition totalement différente de celle du printemps. Et en effet, on ne pourra s’attendre au même jeu ni aux mêmes résultats sur les deux prochaines semaines. Mais pour avoir vu Toronto se déplacer et triompher en terre californienne, on peut vous affirmer ceci : ce n’est pas en tremblant que les Raptors approcheront cette série.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top