Pacers

Les Pacers annoncent la couleur pour cet été : du créateur, du créateur, et encore du créateur à signer

Oladipo turner Pacers
Source image : NBA League Pass

Ils ne rejoueront plus avant octobre prochain, et vont passer un été assez agité. Que vont faire les Pacers dans les prochains mois ? On a déjà un premier élément de réponse, notamment concernant leur free agency.

On a écrit en long et en large dessus, l’été des Pacers pourrait être sacrément chaud. Si la saison passée fût remarquable en terme d’adaptation et de jeu collectif, celle à venir apportera un tout autre tas d’interrogations et d’attentes. En effet, 5 joueurs majeurs dont 3 titulaires seront disponibles sur le marché sur ce mois de juillet, et impossible de savoir s’ils retourneront dans le vestiaire de Nate McMillan la saison prochaine. Thad Young, Bojan Bogdanovic, Darren Collison, Cory Joseph, Tyreke Evansvoilà un quintet qui pourrait faire ses valises. Alors forcément, on n’espère pas de vilain strike pour les fans des Pacers, mais il existe bien un scénario dans lequel Indiana perd ces joueurs cet été et doit donc immédiatement penser à un plan B. Cela tombe bien, on sait anticiper ce genre de galère dans la région, et un homme a déjà prévu pas mal de choses. Kevin Pritchard, GM des Pacers, a parfaitement conscience que cela devrait pas mal bouger dans les prochaines semaines, c’est donc à l’occasion de la conférence de presse de fin de saison que l’intéressé s’est exprimé sur ses intentions estivales. Alors, on vise quoi à la free agency ? Un gros poisson bien grand pour accompagner Myles Turner et Victor Oladipo ? Un all-in sur les joueurs qui ont participé à la dernière campagne et doivent donc impérativement revenir ? Un mot d’ordre, pour le moment, a été répété et rabâché par Pritchard. C’est celui de la création.

« On est dans une NBA très offensive, et les règles changent pour donner encore plus d’avantages aux attaquants. Donc on doit regarder les choses de ce côté-là. On doit ramener des joueurs qui savent faire une ou deux choses, ou les deux à la fois. On a besoin de création, on a besoin d’un joueur qui peut démonter une défense. On a besoin de joueurs qui rentrent leurs tirs, ça a toujours été important, mais c’est désormais devenu fondamental. Quand vous avez 4-5 mecs qui savent rentrer leurs shoots dont 1-2 joueurs qui savent créer balle en main, pour eux comme pour les autres, c’est quasiment impossible à défendre.

Lorsque Victor jouait, c’était ce genre de créateur. Quand on a signé Tyreke (Evans), on voulait qu’il soit ce genre de créateur. Mais il n’y a pas besoin d’être un arrière ou un meneur pour être un créateur. Domantas (Sabonis) crée énormément de jeu offensif pour nous, donc ce n’est pas une position en particulier.

On veut jouer encore plus vite. Je veux regarder en détail les joueurs qui savent créer, j’adore les équipes qui se passent bien la balle. Se faire des passes, c’est contagieux, et il y a eu des séquences cette année durant lesquelles la balle était vraiment bien partagée entre nos joueurs. Mais si on arrive à ajouter un autre créateur ou passeur avec Victor, cela nous donnera encore plus de possibilités. »

Il est évident que pour les fans des Pacers, avoir un énième créateur serait de l’or en barre. On l’a bien vu avec la blessure d’Oladipo, une fois Totor placé sur le côté l’attaque de Nate McMillan est devenue méchamment molle et prévisible. Ce qui n’est pas possible, plus possible pour les habitants d’Indianapolis. Le projet initial, il y a quasiment un an, était de régler cela en signant Tyreke Evans. Sauf que le vétéran n’a pas été tip-top, et même en se donnant au max les Pacers n’ont pas pu compter sur une fournée de créateurs. Darren Collison ? Knock down shooter et gestionnaire. Cory Joseph ? Pitbull défensif capable de mettre ses shoots. Mais quand la pression défensive devient intense en face, Indy s’est souvent retrouvé dans la merde, ne sachant pas à qui refiler la patate chaude. D’où ce besoin urgent de rapporter des créateurs dans la région, surtout si des anciens comme Bojan doivent partir cet été. On l’a vu notamment à Houston avec cette envie de posséder les meilleurs créateurs du circuit, pareil pour Boston qui veut être imprévisible en attaque, la polyvalence offensive est devenu le mot d’ordre. Plus tu as de joueurs qui peuvent dribbler et se défaire de leurs défenseurs, mieux c’est. Les Pacers ont un excellent patron en Oladipo, à son management de bien l’entourer avec du génie balle en main.

Il sera très intrigant de voir comment Indiana va s’en sortir en juillet et août prochain, car l’avenir de la franchise pourrait se jouer, du moins en terme de qualité d’effectif, sur cet été 2019.

Source : NBA.com/Pacers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top