Magic

C’est l’heure des vacances pour le Magic : une série de Playoffs compliquée, mais une saison complète archi-appréciée

Orlando magic
Source image : NBA LEAGUE PASS

On peut enfin le dire, ça y est, la saison du Magic est terminée. Logiquement éliminés par des Raptors tout simplement meilleurs, les hommes de Steve Clifford sont peut-être déçus mais doivent garder la tête haute : leur saison fût chouette, et pas qu’un peu.

C’est un de nos jeux préférés, et on tient à y jouer d’entrée. Si on avait été voir les plus grands fans d’Orlando en septembre dernier, qu’on leur avait demandé de s’asseoir, et de vivre toute cette saison en la connaissant d’avance, difficile de savoir s’il y aurait eu une seule personne n’ayant pas envie de signer. Car oui, c’est la campagne dans son ensemble qu’il faut regarder aujourd’hui, si on est supporter de la franchise ou membre de cette dernière. Le Magic, c’est un fait, était l’équipe de l’Est ayant oublié les Playoffs depuis le plus longtemps. Il fallait impérativement y retourner. Oui, les Bulls, les Knicks, les Cavs évidemment, les Nets, toutes ces équipes avaient pu prolonger leur saison plus récemment, alors qu’en Floride on se faisait chier comme rarement. L’objectif était donc connu d’avance. En comptant sur un nouvel entraîneur fraîchement signé en sortie de Charlotte, le management du Magic ne tournait pas 200 ans autour du pot. On verra l’aspect financier plus tard, il faut d’abord acter la solidité du projet avec une place verrouillée dans le Top 8 de la Conférence Est. John Hammond et ses sbires ont donc sacrément transpiré, ils ont vu leur équipe échouer pendant longtemps, puis le run de fin de saison régulière a sauvé les meubles. Mieux, il a porté les fans de la franchise sur une vague sacrément excitante, avec Evan Fournier, Nikola Vucevic et compagnie à l’avant du train. Leaders d’une jeune troupe surmotivée, les deux hommes vont se cajoler tendrement sur le parquet de Boston, dans une étreinte si belle à voir. Ils le savaient, les Playoffs étaient désormais actés. Ce n’était que du bonus, désormais.

Car même si le discours n’était évidemment pas celui-ci en début de phases finales, et encore moins après un Game 1 qui sera difficile à oublier, la réalité a vite repris le dessus sur le Magic. Et sans surprise d’ailleurs. Un match remporté à Toronto, et derrière, une leçon de basket en quatre manches. Les Raptors n’auront laissé aucune chance à Terrence Ross et sa clique, mais là n’était pas le plus important. Non, ce qui était majeur, c’était de voir les kids du coin empocher un maximum d’expérience dans un tel cadre compétitif. Pour des minots comme Wes Iwundu, Aaron Gordon et Jonathan Isaac, se frotter à l’élite de la NBA et se prendre une fessée était quelque part la meilleure des choses qui pouvait leur arriver. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on apprend énormément dans ce type de situation. Et désormais, ces jeunes cités, entourés par différents vétérans, sauront comment garder la tête froide dans les moments chauds. Ils ne seront plus comme des minots, comme tous ces phénomènes passés par Orlando et qui ne faisaient que regarder les Playoffs à la téloche. Oui, il y a des jeunes déjà développés, d’autres à venir (Markelle Fultz, Mo Bamba), et c’est déjà très bien ainsi. La vraie question estivale sera évidemment de savoir ce que le management fera de Nikola Vucevic, lui qui est devenu All-Star cette saison et sera agent-libre en juillet. De fortes chances de voir le pivot rempiler sur place quand on voit la dynamique de groupe, mais rien n’est acté chez Hammond. Ce qui doit rassurer les fans, c’est que même en cas de litige avec Voutche, une base aura déjà été posée pour que le futur du Magic rayonne.

Que Vavane et sa bande soient fiers. L’élimination est violente, cruelle, mais elle était attendue. Et elle ne doit pas mettre d’ombre sur les 6 derniers mois, qui auront été d’une importance capitale dans la construction de ce nouveau Magic. Bien au contraire, elle ne doit donner qu’une seule envie : celle de se retrouver en octobre prochain pour reprendre le boulot tous ensemble.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top