Wizards

Scott Brooks n’est pas encore en danger à Washington : petite pause dans le grand ménage des Wizards

Scott Brooks

Scott Brooks n’est pas menacé… pour l’instant.

Source image : YouTube

Après avoir licencié Ernie Grunfeld, ce mercredi, et avoir tradé Kelly Oubre, Otto Porter et Markieff Morris en cours de saison, on pouvait s’attendre à ce que les grands travaux continuent à Washington. Si Scott Brooks aurait pu voir son fauteuil de head coach menacé, il n’en est rien. Du moins pour l’instant.

La saison 2018-19 a été une longue et intense zumba pour les Wizards. Un début de saison catastrophique, avec neuf défaites sur les onze premiers matchs de l’année, suivi de la grave blessure au talon de John Wall, que le meneur a eu la bonne idée d’aggraver en glissant chez lui. Privé de son franchise player, mais aussi de sa recrue phare, Dwight Howard (seulement neuf matchs cette saison), le GM Ernie Grunfeld a joué son va-tout pour espérer un push vers les Playoffs. Au revoir Otto Porter, Markieff Morris et Kelly Oubre, trois joueurs clés des dernières saisons, et bonjour Bobby Portis et Jabari Parker. Un coup dans l’eau, puisque les coéquipiers de Bradley Beal partaient de trop loin et se sont montrés trop irréguliers pour espérer se battre pour la huitième place. Des conséquences, les fans de la Capital One Arena en ont demandé, et le président Ted Leonsis a tranché la tête d’Ernie Grunfeld, GM historique de la franchise, remercié après 16 ans de loyaux services.

Suite à ce coup de tonnerre, qui intervient à quelques jours de la fin de la régulière, certains observateurs imaginaient Scott Brooks serrer les fesses pour son poste. Mais Leonsis l’a annoncé : l’ancien technicien du Thunder est tranquille. Pour la première fois depuis son arrivée à D.C. en 2016, les Wizards ne seront pas en Playoffs. Cependant, pour l’heure, il reste le capitaine du navire, comme le rapporte Fred Katz de The Athletic.

« [Ted] Leonsis sur sa décision sur le statut de Scott Brooks avant d’engager un nouveau GM/Président : ‘Nous avons décidé du statut de Scott. Il est l’entraîneur de cette équipe, et Tommy (Sheppard) continue de faire ce qu’il faisait. On va faire ce travail sur les deux ou trois prochaines semaines et ensuite on verra ce qu’on embauche, qui on embauche, comment on amène cette personne et je l’embarquerai. Mais il n’y a pas d’autres changements à discuter.' »

Une sécurité toute relative pour Scotty, qui pourrait malgré tout bénéficier des recherches d’un remplaçant à Grunfeld pour sauver sa tête encore quelques semaines. Malgré les blessures, le finaliste NBA 2012 n’a pas réussi à tirer le meilleur d’un effectif talentueux. Bradley Beal a réalisé sa meilleure saison en carrière, avec 26 points, 5,1 rebonds et 5,5 passes décisives de moyenne. Jabari Parker a retrouvé des couleurs après sa mise à l’écart aux Bulls, et Thomas Bryant s’est révélé précieux en l’absence d’Howard, en récupérant une place dans le cinq à 49 reprises. Mais les Wizards n’ont enchaîné trois succès de suite qu’à deux reprises, en début de saison. Deux, c’est également le nombre de séries de cinq défaites accumulées par la bande à Brooks. Impossible dans ces conditions de viser la postseason.

C’est dans ce contexte difficile que le prochain GM de la capitale va devoir évoluer. L’effectif a été rongé par les blessures toute l’année et la marge financière est très réduite pour cet été. Au sein de l’organigramme de Washington, un nom se dégage comme le candidat privilégié : Tim Connelly, président des opérations basket des Nuggets. Élément majeur en coulisses du retour de Denver sur le devant de la scène, il est déjà passé dans les bureaux de D.C., au début de sa carrière. Là encore, c’est Fred Katz de The Athletic qui rapporte l’information.

« Beaucoup autour de la NBA pensent que les Wizards sont focalisés sur le président des opérations basket des Nuggets, Tim Connelly, pour remplacer Ernie Grunfeld. »

Il y a tout de même un hic : le contrat de Connelly a été prolongé, en février dernier. Un signe fort de la confiance que place Denver dans le bonhomme, mais pas nécessairement un frein pour Ted Leonsis. Ce dernier peut très bien demander aux Nuggets l’autorisation de discuter avec leur président, dans l’optique de lui proposer le poste de GM. Autre solution, plus rare : un trade. Quelques exemples récents ont vu des franchises se séparer d’un choix de draft pour récupérer un coach déjà sous contrat : les Clippers pour Doc Rivers, en 2013, ou les Bucks pour Jason Kidd en 2014.

Malgré la volonté des Wizards de récupérer Connelly, il semble improbable de voir l’architecte des Nuggets quitter le Colorado. D’autres pistes pourraient être explorées, mais comme annoncé par Ted Leonsis, il faudra attendre la fin de la régulière pour voir Washington prospecter sérieusement.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top